Mes finances, mes projets, ma vie
25 septembre 2018

7 conseils pour concilier étude et travail étudiant

Que ce soit pour arrondir les fins de mois, pour gagner en expérience ou par nécessité, de plus en plus d’étudiants exercent une activité rémunérée parallèlement à leurs études. Voici quelques points d’attention à considérer avant de vous lancer en quête du précieux petit boulot.

Selon les études effectuées, entre 45% et jusqu’à 70% des étudiants exercent ou ont exercé une activité rémunérée pendant leurs études supérieures en France. Et parmi ceux-ci, seule une partie travaille pour véritablement financer ses études. Pour la majorité des étudiants interrogés, le travail durant les études est quelque chose de positif. Pourtant, lorsqu’il est exercé de manière trop intensive, il peut non seulement nuire à la réussite académique, mais également affecter la santé et la qualité de sa vie étudiante. C’est particulièrement vrai lorsque l’activité est totalement déconnectée de la formation.

Alors, à quoi faut-il faire attention pour bien concilier étude et job étudiant?

1. Fixez vos objectifs, soyez honnête avec vous-même et organisez-vous

La première question à vous poser est celle des objectifs: pourquoi souhaitez-vous un travail étudiant? Est-ce vraiment un must ou juste un moyen d’arrondir les fins de mois?

Ensuite, offrez-vous 5 minutes d’introspection honnête: êtes-vous sûr de vraiment vouloir ou pouvoir combiner études et job? Si la réponse est non, oubliez le beurre dans les épinards et focalisez-vous sur votre réussite scolaire… ou revoyez simplement vos ambitions à la baisse!

Enfin, n’oubliez pas qu’une bonne organisation est obligatoire pour réussir à jongler entre les cours, les devoirs et les périodes d’examens, tout en étant productif dans un travail étudiant qui, selon le contrat, peut requérir beaucoup de temps et d’efforts chaque semaine.

2. Privilégiez une activité en lien avec vos études

Que ce soit dans le cadre d’un stage de formation ou d’un contrat de travail en alternance, exercer une activité rémunérée en rapport avec vos études est une aubaine à ne pas laisser passer. Non seulement vous êtes payé, mais votre activité contribue en plus à votre apprentissage, favorise votre réussite et peut figurer dans votre CV comme expérience probante. Certes, certaines filières comme celles de la santé s’y prêtent mieux que d’autres!

L’idéal est de trouver un petit job sur le campus. La probabilité de pouvoir y aménager vos horaires est plus élevée.

3. Fixe ou occasionnelle, préférez une activité planifiable

Que vous fassiez du babysitting, des cours à domicile ou la plonge dans le resto, essayez d’avoir une activité sans trop d’imprévus en termes d’horaires ou de charge de travail. Pour bien vous organiser, il est important de pouvoir planifier votre charge de travail. Si possible, optez pour un travail où vous pouvez moduler vos horaires en fonction de votre activité scolaire. Par exemple, choisissez un job où vous pouvez travailler beaucoup pendant les vacances, un peu pendant les semaines de cours et presque pas, voire pas du tout, en période d’examens. Cela étant, rares sont les employeurs qui font preuve d’une telle souplesse. Ici, l’idéal est de trouver un petit job sur le campus. La probabilité de pouvoir y aménager vos horaires est plus élevée. Comment décrocher un tel boulot? En vous ruant sur les annonces qui fleurissent en début d’année et en ne remettant surtout pas au lendemain l’occasion de postuler. Inutile de préciser que vous ne serez pas le seul sur le coup donc venez préparé!

4. Misez sur la proximité

Préférez un job à deux pas de chez vous. Les longs déplacements fatiguent et font perdre un temps fou qui serait mieux investi dans vos livres. Soyez tenace et présentez-vous avec votre CV auprès de tous les employeurs du coin compatibles avec vos objectifs.

Si possible, évitez absolument de travailler plus de 20 heures par semaine. C’est un seuil au-delà duquel on constate une baisse sensible des résultats académiques et donc un taux d’échec qui s’envole.

5. Soyez un étudiant salarié et pas un salarié étudiant

Si possible, évitez absolument de travailler plus de 20 heures par semaine. C’est un seuil au-delà duquel on constate une baisse sensible des résultats académiques et donc un taux d’échec qui s’envole. Sans parler de l’impossibilité de mener une vie étudiante épanouie, que ce soit sur le plan relationnel, culturel ou sportif. N’oubliez pas qu’une bonne socialisation fait aussi partie des études et que le réseau que vous vous constituez dès la fac peut être très utile dans votre future vie active.

6. Faites attention aux absences injustifiées à répétition

Certains cours sont obligatoires, même à l’unif! Des absences injustifiées à certains travaux dirigés ou travaux pratiques peuvent engendrés un zéro pointé difficile à compenser. Renseignez-vous auprès de votre établissement, des aménagements existent peut-être… même si les conditions sont souvent difficiles à remplir. Avec un peu de chance, un professeur compréhensif fermera les yeux sur certaines de vos absences si vous lui en parlez avant et lui remettez une copie de votre certificat de travail.

7. Exigez un contrat de travail et une fiche de salaire!

Outre l’aspect illégal du travail au noir qui devrait en principe vous interpeller un minimum, songez qu’une absence de cotisation vous laisse totalement sans protection sociale si vous êtes victime d’un accident de travail. Cela n’arrive pas qu’aux autres!