Mes finances, mes projets, ma vie
25 juin 2022

Budget : la discipline ne fait pas tout

Plusieurs facteurs sont déterminants pour gérer judicieusement son budget.

Selon Eurostat, le revenu disponible ajusté des ménages par personne s’élevait à 33.332 € au Luxembourg en 2018 (année des dernières données officielles de l’UE), un chiffre nettement supérieur à la moyenne européenne de 22.689 €. Indépendamment du niveau de revenu, un même principe s’applique : la gestion d’un budget exige une certaine discipline. Il ne faut toutefois pas s’imposer des règles trop rigides afin de disposer de la marge de manœuvre nécessaire pour supporter les dépenses imprévues. Tout est une question d’équilibre.

Pour établir un budget familial en toute sérénité, il faut non seulement être capable d’éviter les pièges, mais aussi s’inspirer de certaines pratiques éprouvées en matière d’organisation financière. Il existe en effet différents principes qui vous permettent de contrôler parfaitement votre budget annuel et d’en avoir plus pour votre argent, pour ainsi dire.

Une évaluation réaliste

Une plus grande liberté financière n’implique pas forcément d’avoir plus d’argent. Il s’agit avant tout d’analyser précisément vos habitudes de consommation et de mieux gérer vos dépenses. Le fait de planifier vos dépenses régulières et de payer rapidement vos factures aura par exemple un effet positif sur votre budget. De cette manière, vous obtenez un aperçu plus réaliste de votre situation financière.

Pour avoir à tout moment une bonne vue d’ensemble, il vaut mieux définir des budgets annuels globaux plutôt que d’innombrables petites catégories de dépenses mensuelles.

Il est par exemple conseillé de créer un ordre permanent entre votre compte courant et le compte réservé aux dépenses plus importantes. Au fil du temps, ce dernier pourra entre autres servir à financer des rénovations coûteuses ou à payer des factures imprévues. En outre, si des remboursements d’impôts ou d’autres avoirs, par exemple, sont transférés sur ce compte, vous pourrez à n’en pas douter l’utiliser pour financer des vacances d’exception en famille, voire en vue de l’achat d’une maison.

Tout mettre par écrit – Ce principe directeur est particulièrement pertinent en matière financière.

Les bienfaits de la comptabilité

Tout mettre par écrit – Ce principe directeur est particulièrement pertinent en matière financière. Les adeptes du numérique disposent d’un large éventail d’outils dédiés, notamment les applications mobiles des banques, qui offrent le plus souvent une fonction permettant de catégoriser les dépenses et alertent l’utilisateur en cas de dépassement des limites autorisées. Les établissements financiers sont de plus en plus nombreux à offrir des services de « budgétisation » à leurs clients. Si la plupart d’entre eux permettent d’effectuer des opérations bancaires courantes directement sur Internet (consultation du solde des comptes, virement, édition de RIB, ajustement des plafonds, etc.), ils proposent aussi parfois des outils de suivi et de gestion de budget au quotidien.

Un budget n’est bien évidemment utile que s’il permet d’avoir un aperçu réaliste des revenus, des dépenses et des biens des personnes composant le ménage. Il convient à cet égard de garder à l’esprit les conseils du prix Nobel d’économie Richard H. Thaler : « Les ménages doivent établir des budgets suffisamment flexibles et les revoir régulièrement afin de dépenser l’argent disponible dans le meilleur intérêt de la famille ». Il n’y a rien à ajouter à cela.

Sept étapes pour réussir

Seul ou en famille, avec un budget serré ou des revenus confortables, la maîtrise de vos finances permet d’optimiser votre capital – en épargnant ou en investissant. Sept étapes vous permettront d’y parvenir.

Étape 1 : Identifier les sources de revenus. Avant de penser aux dépenses, il faut logiquement identifier toutes les sources de revenus (salaires, revenus locatifs, dividendes, pensions, prestations de sécurité sociale, allocations de chômage, etc.).

Étape 2 : Faire l’inventaire des dépenses mensuelles. Dans cette optique, toutes les dépenses doivent être comptabilisées, même les plus modestes (distributeur de café au travail, boulangerie, etc.). Les frais ponctuels, comme les primes de certaines assurances, doivent également être pris en compte.

Étape 3 : Trier les frais par catégorie. Classez les dépenses en catégories bien définies (logement, alimentation, transport, assurances, famille, santé, impôts, loisirs, cadeaux, etc.). En général, le logement (30 %), les biens de consommation, en ce compris l’alimentation (20 %), et les frais de transport (15 %) représentent les postes de dépenses les plus importants.

Pour des raisons de transparence, il est essentiel de distinguer les frais fixes des frais variables lors de l’établissement du budget.

Étape 4 : Identifier les frais fixes et variables. Pour des raisons de transparence, il est essentiel de répartir précisément vos dépenses entre coûts fixes (loyer et charges, remboursement d’un prêt immobilier, téléphone/Internet, assurance des biens mobiliers et immobiliers, etc.) et coûts variables (achats, loisirs, carburant, frais médicaux, vacances, etc.). Vous pourrez ainsi identifier les coûts inévitables ainsi que les économies potentielles. Dans ce contexte, il faudrait également essayer de définir un montant fixe à épargner chaque mois.

Définir des objectifs

Étape 5 : Définir des objectifs. Maintenant que vous disposez d’une vue d’ensemble de votre situation financière, vous pouvez analyser vos habitudes de consommation et les adapter si nécessaire. Généralement, cet exercice réserve quelques surprises en termes de possibilités de réduction des dépenses et d’épargne.

Étape 6 : Établir votre budget annuel. En connaissant la somme d’argent que vous déboursez chaque mois, vous pouvez plus aisément anticiper vos sorties d’argent et ajuster vos dépenses. Vous pourrez ainsi prévoir à l’avance le budget des vacances, l’achat de nouveaux pneus pour votre voiture ou les dépenses liées aux cadeaux d’anniversaire pour la famille et les amis, ce qui vous simplifiera la vie. Il convient également de consacrer un poste aux dépenses imprévues (frais médicaux, réparations de voiture, etc.) afin d’éviter les mauvaises surprises.

Étape 7 : Respecter le budget. C’est sans doute l’étape la plus difficile. Pour éviter que la planification ne devienne incontrôlable, vous devez garder un œil sur vos finances et veiller à respecter votre budget.

Des priorités divergentes

Au sein d’une famille ou d’un couple, les souhaits et priorités financières peuvent varier d’une personne à une autre. Toutefois, les choix de chacun affectent le patrimoine de toute la famille, ce qui doit également être pris en compte lors de l’élaboration du budget. Pour éviter que les souhaits des uns n’aient un impact négatif sur les besoins ou les désidératas des autres, il est important de communiquer et de faire preuve de transparence en matière financière. Des discussions régulières permettent d’anticiper et, surtout, d’éviter les dépassements de budget.

Différentes études ont montré que les couples ayant opté pour un compte commun sont plus susceptibles d’utiliser l’argent commun pour les dépenses familiales importantes. Les partenaires ont chacun tendance à consommer moins de produits non essentiels, dès lors que ceux-ci pourraient entamer le patrimoine global du ménage, malgré le plaisir qu’ils pourraient en retirer à titre individuel. En règle générale, lorsque le budget est serré, les deux partenaires doivent faire des efforts !

Il est bien sûr possible de gérer les finances du ménage avec des comptes séparés. Dans ce cas, chaque partenaire prend en charge certains postes de dépenses. C’est à chacun de décider si la répartition doit être parfaitement égale ou non. Cependant, la création d’un compte commun est probablement la solution la plus simple. Cela n’empêche pas de garder un compte personnel, et permet par ailleurs de constituer une épargne et de planifier des investissements communs de manière plus transparente.

Vivre sous le même toit entraîne inévitablement des dépenses communes.

Expériences de couple : chacun à sa façon

La vie en couple implique inévitablement des dépenses communes qui exigent une certaine organisation. Loyer, achats, assurances, voyages en commun, frais de scolarité, etc. Comment procéder sans renoncer à son compte bancaire personnel ? À titre d’exemple, nous avons examiné le cas de deux couples « fictifs ».

Barbara et Guillaume ont décidé de conserver leurs comptes bancaires sans ouvrir de compte commun supplémentaire. Chacun gère ses dépenses personnelles. Pour eux, c’est le meilleur moyen d’éviter les conflits liés à l’argent. Si l’un d’eux veut s’offrir quelque chose, il le peut, à condition de pouvoir honorer les dépenses communes, ce sur quoi le couple s’accorde naturellement.

En ce qui concerne le loyer, les factures d’électricité et d’eau ou les aliments pour leur labrador, Barbara et Guillaume ont établi une liste de frais mensuels communs récurrents. Comme ils n’ont pas de compte commun, Guillaume paie le loyer directement depuis son compte, et Barbara supporte les autres coûts de la même manière. Les frais totaux sont divisés en deux de manière égale. Dès lors que leur salaire est pratiquement équivalent, le calcul est simple. Pour les « frais imprévus » ou les « dépenses de loisirs » en commun, par exemple de nouvelles plaquettes de frein pour la voiture ou une sortie au cinéma, c’est généralement Guillaume qui paie la facture. Barbara vire ensuite le montant correspondant à sa part sur son compte.

Barbara et Guillaume envisagent d’acheter une maison. C’est là que leur organisation financière atteint ses limites. Sans compte commun, il est déjà plus compliqué d’épargner. Le faire chacun de son côté ne simplifie pas les choses.

Nous partageons presque tout ! C’est le principe de Jérôme et Marie-France, qui conservent leurs propres comptes bancaires mais ont également ouvert un compte commun pour simplifier la gestion financière de leur ménage. Pour eux, il est tout à fait normal que chacun finance ses propres loisirs, d’autant plus qu’ils ne les partagent pas. Jérôme est passionné de parapente, tandis que Marie-France a le vertige et se passionne plutôt pour la peinture à l’huile. Toutes les dépenses liées à leurs hobbies sont payées via leur compte personnel.

En revanche, les mensualités du prêt de la maison ainsi que, par exemple, la facture Internet ou les achats sont débités du compte commun, sur lequel ils versent chacun leur part via la banque en ligne. Comme pour Barbara et Guillaume, ce budget mensuel a été préparé à l’avance. Il s’agit de dépenses identifiables et récurrentes, qui sont donc d’autant plus faciles à automatiser.

Étant donné que Jérôme gagne 30 % de plus que sa partenaire, mais qu’il souhaite que le partage soit équitable, il contribue davantage à toutes les dépenses communes, mais aussi aux dépenses imprévues ou liées aux loisirs, dans une proportion équivalente à la différence de salaire.