Mes finances, mes projets, ma vie
12 juin 2021

Gestion des liquidités en temps de crise

En temps de crise, veiller à conserver des liquidités en suffisance pour permettre à sa société de survivre est essentiel. Mais comment s’y prendre ? Daniel Haag, Global Head of Corporates à la BIL, explique les bons réflexes à adopter pour optimiser la gestion de sa trésorerie et protéger autant que possible son business pendant ces périodes difficiles et incertaines.

Qu’est-ce que la trésorerie, en quoi est-elle importante ?

La trésorerie d’une entreprise représente le niveau des liquidités disponibles qu’elle détient. Le dirigeant d’une société pilote la gestion de sa trésorerie notamment à travers un tableau de flux de trésorerie qui enregistre tous les mouvements de trésorerie entrants et sortants sur une période donnée. Ce document comptable donne une vision claire et détaillée des mouvements de trésorerie et du niveau de liquidités disponibles. Il est donc particulièrement important aux yeux de la banque.

Depuis quelques années, les sociétés comme les banques évoluent dans un contexte de taux négatifs.  La conséquence est une incitation à minimiser la trésorerie puisque des intérêts négatifs sont chargés sur les dépôts importants. Il faut trouver le bon équilibre. En effet, la trésorerie disponible représente un coussin de sécurité qui permet d’encaisser des chocs liés à des évènements exceptionnels comme la crise sanitaire que nous vivons. Lors d’une baisse ou d’un arrêt complet temporaire de l’activité, c’est la trésorerie qui permettra de couvrir les dépenses, évitant ainsi de devoir prendre des décisions difficiles pour un dirigeant.

Existe-t-il des moyens pour anticiper une crise et optimiser sa trésorerie ?

Mettre en place certains outils et adopter les bons réflexes permettent d’éviter des problèmes. Les moyennes et grandes entreprises ont par exemple l’habitude d’utiliser des tableaux de flux de trésorerie prévisionnels pour avoir une vision très claire de leur trésorerie. Grâce à cet outil, elles peuvent réaliser des projections sur plusieurs jours, semaines, mois ou années. Elles sont également capables de détecter les problèmes de liquidités et les moments où les rentrées ne permettent pas de compenser les sorties, par exemple lorsque des contrats arrivent à terme ou que les fournisseurs doivent être payés. Pouvoir anticiper des problèmes de trésorerie est indispensable afin d’avoir le temps de revoir son modèle économique et étudier les solutions avec son partenaire bancaire. Pour décider d’octroyer ou non un crédit, la banque utilise aussi ces tableaux et imagine différents scénarios (« worst case » et « best case »). Il n’est pas possible de prendre de bonnes décisions sans y voir clair au préalable.

Pour protéger son patrimoine, le gérant peut en outre réfléchir à la structuration légale de sa société. Si le patron n’a pas séparé son patrimoine privé et son patrimoine professionnel, c’est l’ensemble qui est en risque en cas de situation compliquée. Il est donc important de dissocier les deux.

La crise est aussi une opportunité pour les entreprises de revoir et optimiser leur business model.

La crise est aussi une opportunité pour les entreprises de revoir et optimiser leur business model. Des sociétés ont réussi à rapidement s’adapter. C’est le cas des restaurants qui ont opté pour la livraison alors qu’ils ne l’envisageaient pas autrefois. Dans une telle situation, il faut être agile et trouver des solutions pour survivre, quitte à accepter de faire provisoirement des efforts supplémentaires pour un résultat moindre. Aller chercher des exemples de bonne gestion peut être intéressant.

Je suis en difficulté financière et je dois payer mes employés, clients et fournisseurs. Comment faire ?

Pour améliorer la situation, vous devez analyser votre tableau de flux de trésorerie en détail avec un objectif clair : freiner les sorties et augmenter le cash dans la société. Si vous entretenez une bonne relation avec un fournisseur, vous pouvez par exemple discuter avec lui pour étendre le délai de paiement de 30 jours à deux mois, voire plus. Vice-versa, essayez de diminuer les délais de paiement de vos clients. Concernant le loyer, il est possible de négocier avec votre propriétaire afin de le réduire ou le stopper. Vous pouvez également diminuer le coût salarial en recourant par exemple au chômage partiel. En tant que patron, vous pouvez mener cette réflexion seul ou vous faire assister par des programmes comme Fit 4 Resilience qui ont été mis en place expressément pour des périodes comme celle que nous traversons.

Quels sont les principaux risques pour moi en cas de mauvaise gestion ou de manque d’anticipation ?

Certains risques sont financiers. Ici, je ne saurais trop encourager les personnes concernées à en parler avec leur partenaire bancaire. Dans certains cas, la société ne respecte pas une clause du contrat conclu avec la banque afin de se sauver. Même si les intentions sont bonnes, ce n’est vraiment pas la meilleure chose à faire. La banque peut en effet exiger le remboursement immédiat du crédit, ce qui ne ferait qu’empirer la situation. Il est donc particulièrement important d’aller voir rapidement son partenaire bancaire afin de trouver une solution.

Pouvoir reconnaître et dire quand cela va mal est important, ce n’est pas un signe de faiblesse.

D’autres risques sont psychologiques. La situation pèse sur le moral de chacun, surtout lorsqu’elle dure comme c’est le cas aujourd’hui. Pouvoir reconnaître et dire quand cela va mal est important, ce n’est pas un signe de faiblesse. Garder les choses pour soi peut au contraire mener à de graves dommages et empêcher l’émergence de solutions par la discussion avec les bonnes personnes.

De quelle manière ma banque peut-elle m’aider ?

Pour aider l’entreprise à optimiser sa trésorerie, la banque peut adopter une approche rationnelle, mais doit également être créative pour trouver des solutions. Elle va donc accompagner le gérant dans son travail de réflexion. C’est un vrai partenariat.

Aller voir son partenaire bancaire le plus tôt possible, discuter ouvertement de ses problèmes, chercher ensemble des solutions est la meilleure approche à adopter. Ce partenaire va s’assurer que des tableaux de flux de trésorerie ont été réalisés en amont et que toutes les mesures ont été prises par le patron. Le partenaire bancaire aide alors ce dernier à chercher les bonnes aides et les bons financements. Pour bénéficier de ce soutien financier, l’entreprise doit démontrer que sa situation est due à la pandémie. Les sociétés qui se trouvaient déjà en difficulté avant la crise ou étaient mal gérées ne sont donc pas concernées.

À quels financements et aides ai-je droit ?

Le Luxembourg prévoit différents mécanismes pour soutenir les entreprises. Ces aides peuvent varier selon le type de société. Pour savoir quel est le financement le plus approprié, la meilleure chose à faire est de prendre rendez-vous avec son partenaire bancaire.

Une crise comme celle que nous traversons peut mettre à mal une entreprise et sa trésorerie. Si anticiper une telle situation est particulièrement difficile, mettre en place certaines mesures et dialoguer ouvertement avec son partenaire bancaire sont particulièrement indiqués pour éviter de se retrouver dans une situation dramatique.