Mes finances, mes projets, ma vie
25 septembre 2021

Argent : un comportement en héritage

Si un héritage peut être une bénédiction, c’est aussi une responsabilité parfois lourde à porter. C’est vrai lorsqu’une importante somme d’argent, un patrimoine ou une entreprise sont en jeu, mais aussi lorsqu’on hérite d’un comportement monétaire. En effet, notre rapport à l’argent est en partie le fruit d’un héritage familial.

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi vous avez tendance à dépenser de manière compulsive ou, à l’inverse, pourquoi vous voulez épargner et économiser à tout prix ? Pourquoi hésitez-vous toujours avant d’investir, quitte à passer à côté de belles opportunités ? Un élément de réponse est le suivant : votre comportement financier est partiellement le fruit de votre histoire familiale avec l’argent. Il est donc nécessaire de prendre le temps de l’introspection pour décrypter votre comportement face à l’argent, l’apprivoiser et le modifier si nécessaire afin de mieux gérer à l’avenir vos finances et vos investissements.

Votre comportement financier est partiellement le fruit de votre histoire familiale avec l’argent.

Lecteur assidu des contenus de finance comportementale sur myLIFE, vous savez que nous sommes tous, d’une façon ou d’une autre, irrationnels lorsqu’il s’agit de gérer notre argent. Des biais cognitifs nous font plonger dans un excès de confiance, nous nous laissons influencer par des normes sociales et, souvent, nous remettons au lendemain ce qui devrait être fait aujourd’hui. Face à cette réalité, s’il est toujours recommandé de faire appel à l’aide objective de partenaires financiers de confiance, vous avez aussi appris que, en dernière instance, vous êtes la personne la mieux placée pour savoir ce qui vous convient le mieux et pour décider ce qui sert le mieux vos projets de vie.

Pour bien décider, il faut être capable de réfléchir objectivement aux choix financiers les plus pertinents pour concrétiser la vie future désirée. Et cela implique d’abord d’être capable d’examiner attentivement son passé afin de faire le bilan de son histoire familiale face à l’argent. En effet, à côté des valeurs et principes de vie, nous recevons aussi en héritage un rapport à l’argent. Un héritage qui nous est transmis au sein de notre cercle familial lors de nos premiers contacts avec l’argent, mais aussi, dès le plus jeune âge, au travers des réactions de nos proches face aux questions financières.

La richesse socio-émotionnelle en héritage

Notre héritage familial ne se réduit pas uniquement à un patrimoine matériel ou financier. Il comprend aussi ce que la littérature scientifique qualifie de richesse socio-émotionnelle. Celle-ci se compose notamment de sentiments d’influence et de contrôle associés à l’argent, ainsi que de sentiments d’identification, d’attachement et de liens que l’argent peut contribuer à renforcer ou au contraire à affaiblir au sein d’une même famille.

Prenons le cas d’une entreprise familiale qui se transmet de générations en générations. Les enfants ont peut-être vu la famille organiser sa vie autour de cette entreprise, qu’il s’agisse d’en sacraliser les valeurs et sa transmission, ou d’être privé de moments privilégiés avec des parents toujours absents pour faire tourner à tout prix ladite affaire familiale. Quels comportements ces enfants vont-ils développer dans ce cas de figure ?

Il n’y a pas de scénario écrit à l’avance ! Les uns vont peut-être apprendre à gérer leur argent de poche comme un vrai budget d’entreprise. Leurs études, leurs investissements futurs et leur énergie seront mis au service d’un seul but : prendre la succession à la tête de cette affaire et la faire perdurer. D’autres, par réaction à ses absences parentales, pourraient rejeter en bloc cet état d’esprit entrepreneurial et dépenser tout l’argent à leur disposition pour jouir de la vie. Pas question ici de juger les choix de vie, juste de constater que la richesse socio-émotionnelle en héritage a fortement influencé les décisions prises dans chacune des situations évoquées.

La richesse socio-émotionnelle, y compris notre rapport familial à l’argent, n’est pas immuable. Elle peut évoluer et être modifiée, à condition d’être d’abord bien comprise.

La bonne nouvelle est que cette richesse socio-émotionnelle, y compris notre rapport familial à l’argent, n’est pas immuable. Elle peut évoluer et être modifiée, à condition d’être d’abord bien comprise. Pour prendre le contrôle de son futur en matière de finances, il faut faire le bilan de son historique monétaire familial.

Apprendre à « guérir » ses plaies d’argent

Vos parents se disputaient toujours sur les questions d’argent ? Cela ne vous oblige pas à avoir un rapport conflictuel à la dépense ou l’investissement. Il est possible de rompre consciemment avec la frilosité héritée et de chercher à mieux gérer votre patrimoine en profitant des opportunités d’investissement en phase avec votre profil d’investisseur.

Vos parents vous ont appris l’importance de savoir se construire par soi-même, d’entreprendre et de prendre tous les risques pour réussir ? Vous pouvez ici décider de ne pas faire preuve de ce même niveau de confiance lorsqu’il s’agit d’investir vos économies. Après tout, ce n’est pas parce que les risques consentis pour lancer votre business ont payé, que cela fait de vous un expert financier pouvant se permettre, sans l’aide de personne, de prendre les mêmes risques sur les marchés financiers.

Vous l’avez compris, il est essentiel de se plier à l’exercice d’une introspection personnelle, d’oser remonter dans son passé pour décider quelle part de son héritage socio-émotionnel conserver et quelle part rejeter. Cela se fait un peu à la manière d’audit stratégique au cours duquel vous évaluez les forces, les faiblesses, les succès et les erreurs du passé dans le but d’améliorer, en accord avec vos projets de vie, vos perspectives d’avenir sur le plan financier.

Les parents peuvent décider de ne pas faire des questions d’argent un tabou et, surtout, promouvoir une éducation financière active en famille.

Conscients de l’impact que l’histoire monétaire familiale peut avoir sur les futures générations, les parents peuvent aussi décider de ne pas faire des questions d’argent un tabou et, surtout, promouvoir une éducation financière active en famille. myLIFE est là aussi pour cela. Mais de manière beaucoup plus essentielle, il peut être important d’apprendre aux enfants à savourer les petits plaisirs de la vie, particulièrement ceux qui résultent des leurs propres efforts. Cela peut être un achat effectué grâce à de l’argent de poche patiemment mis de côté pendant des mois, ou de vacances entre potes payées avec le salaire d’un premier job d’été.

Nous insistons sur ce point car plusieurs études mettent en évidence que les enfants issus de familles aisées ont du mal à savourer les petits plaisirs de la vie. Ils ont tendance à être blasés et à penser que seules les grandes dépenses apportent de grandes satisfactions. Ce comportement les empêchent de savourer les fruits de leur propre travail. Un petit plaisir découlant d’un mérite personnel apporte davantage de satisfaction que le « tout, tout de suite et sans effort ». En effet, considérer l’abondance comme acquise peut conduire à adopter un comportement outrageusement dépensier, à vivre sur le court terme et à ne pas faire les efforts nécessaire à la préservation et à la croissance du patrimoine. Bon à savoir pour tous ceux qui veulent avoir « l’argent heureux » !

Solder son passé pour investir son avenir

Il y a autant de rapports à l’argent que d’histoires familiales différentes. Et il appartient à chacun de gérer les spécificités de son héritage. Vous pouvez soit contribuer à faire perdurer inconsciemment une certaine tradition monétaire familiale ou, au contraire, vous construire en opposition à un rapport à l’argent hérité. Ce qu’il faut retenir toutefois, c’est que rien n’est définitif. Si vous acceptez de faire l’audit de votre histoire familiale monétaire, libre à vous de lui donner une nouvelle direction. Le tout est d’oser regarder son passé en face.

À cet égard, avant de venir voir votre conseiller financier, nous vous invitons à vous livrer à un petit exercice en répondant honnêtement aux questions suivantes :

  • quels sont vos plus grands succès ou revers financiers ?
  • quelles leçons avez-vous apprises sur la gestion de l’argent ?
  • que pensez-vous de l’argent et du rôle qu’il joue dans votre vie ?
  • quel genre de comportement financier avez-vous adopté en grandissant ?
  • receviez-vous de l’argent de poche ? Qu’en faisiez-vous ?
  • quels sont vos meilleurs et pires souvenirs d’achats ? Pourquoi ?
  • comment l’argent a-t-il affecté les relations de vos parents ?
  • comment la classe ou le statut économique de votre famille ont-ils affecté vos croyances financières ?

En réalisant cet exercice, vous remontez à la source de votre rapport à l’argent et vous apprenez à dépassionner et pacifier votre rapport à l’argent. Libre à vous ensuite de maintenir votre comportement face à l’argent ou, au contraire, de le revoir totalement. Reste qu’il vous sera dorénavant plus simple d’opérer, en toute indépendance, des choix d’investissement, de placements ou de dépenses. En matière de finances, affronter son passé est le prix à payer pour pouvoir construire en toute sérénité l’avenir désiré.