Mes finances, mes projets, ma vie
18 août 2022

Comment se passe une introduction en bourse ?

L’introduction en Bourse d’une entreprise dépasse parfois la sphère strictement financière, pour occuper le devant de l’actualité, déchainant ainsi les passions du public. Mais au juste, c’est quoi une entrée en bourse ? Comment ça marche et « à quoi ça sert » ? myLIFE vous dit tout à ce sujet.

Dico ?

Qu’est-ce que la Bourse ou « Bourse des valeurs » pour reprendre le nom exact ? Les définitions s’accordent sur ce point : « la Bourse est un marché sur lequel transitent des titres financiers entre investisseurs ». Autrement dit, la Bourse est un lieu de commerce où se rencontrent les investisseurs pour acheter et vendre leurs titres financiers.

Mais que sont ces « titres financiers », et comment interviennent les entreprises à ce niveau ? Ces titres ont plusieurs formes possibles, myLIFE a d’ailleurs consacré tout un dossier spécial sur les classes d’actifs. Retenons juste pour le moment que les instruments les plus significatifs représentent des titres de propriétés (actions) ou de créances (obligations) d’entreprises actives sur la région couverte par la Bourse ou qui souhaitent faire un appel aux investisseurs de la région concernée. Sachez qu’il existe encore d’autres titres, mais les deux cités sont les plus représentatifs pour notre sujet.

Une introduction en bourse (souvent désignée IPO – Initial Public Offering) permet à une société d’ouvrir son capital (actions) aux investisseurs et ainsi lui permettre de lever des fonds pour accompagner sa croissance.

Au Grand-Duché ?

Il existe de nombreuses places boursières autour de la planète (New York, Londres, Tokyo…) et certaines se sont regroupées pour gagner en compétitivité. C’est notamment le cas d’Euronext, une société qui opère plusieurs marchés boursiers européens, répartis sur 6 pays dont la France et la Belgique.

Bien entendu, le Grand-Duché dispose lui aussi, depuis 1928, de sa propre Bourse. Son fonctionnement est analogue à celui des autres Bourses de valeurs dans le monde, bien qu’elle présente certaines spécificités, comme sa spécialisation sur les obligations internationales ou bien la finance durable. Un véritable atout !

L’indice référent à la Bourse de Luxembourg est le LuxX, qui pondère les 9 capitalisations les plus importantes du pays et permet d’évaluer la tendance du marché.

Au Luxembourg, LuxSE (Luxembourg Stock Exchange) travaille depuis 2000 en partenariat avec Euronext afin de permettre aux deux plateformes boursières d’interagir. L’indice référent est le LuxX. Celui-ci a été créé en Janvier 1999 avec une référence initial de 1,000, et est aujourd’hui composé des 9 capitalisations les plus importantes du Luxembourg. Vous souhaitez en savoir plus sur la Bourse de Luxembourg ? Rendez-vous sur www.bourse.lu 

Pourquoi entrer en bourse ?

Pourquoi une entreprise voudrait-elle s’introduire en Bourse ? Allons droit au but : c’est une opération financière. Entrer en bourse constitue un moyen pour une société de lever des capitaux et donc de disposer de ressources financières supplémentaires. Mais l’introduction en bourse peut aussi se justifier pour ouvrir son capital à de nouveaux investisseurs en remplacement ou en complément de ses actionnaires actuels. Une introduction en bourse se traduit donc par une augmentation de capital et/ou une cession de titres.

Si l’objectif de l’introduction en Bourse est univoque, les raisons qui motivent cet objectif peuvent être variées : l’argent engrangé peut servir à investir, à solder des dettes ou à élargir la trésorerie de la société par exemple.

Indirectement, entrer en Bourse est également un excellent moyen pour l’entreprise de faire parler d’elle et pour gagner en crédibilité en se en se soumettant volontairement aux critères plus importants de transparence et de reporting qui accompagnent une cotation en bourse. Faire appel à des investisseurs implique, en retour, un certain nombre d’obligations : informations annuelles, semestrielles, information significative susceptible d’avoir un impact sur le cours de bourse, offre au public de titres financiers, rachat d’actions, etc.

Bien gérée, la communication autour d’une introduction en Bourse génère une forte médiatisation de l’événement et un intérêt accru du public pouvant faire grimper la valeur du titre. En termes d’image, entrer en Bourse peut être un signal très positif qu’envoie une entreprise.

Quoi qu’il en soit, retenons que l’introduction en bourse contribue à la croissance interne (croissance organique) de l’entreprise concernée ou à sa croissance externe (acquisition, nouveaux marchés,..)

L’introduction en bourse des actions

Tout commence par une IPO (Initial Public Offering) par laquelle une entreprise (de grande ou de petite taille) se propose de vendre des parts de son capital. On dit qu’elle « ouvre son capital à de nouveaux investisseurs » sous formes d’actions. Lors de l’introduction en bourse, les actions peuvent être proposées à la fois aux investisseurs institutionnels, aux investisseurs particuliers et aux salariés de l’entreprise en question.

A quel prix ?

Cette valeur justement, ce que l’on nomme la cote, comment est-elle déterminée lors de l’introduction en bourse ? Lorsque l’entreprise entre en bourse pour la première fois, la quantité d’actions mises en vente ainsi que son prix unitaire est fixé selon plusieurs modalités : offre à prix ouvert, offre à prix ferme, offre à prix minimal.

    • Offre à prix ouvert (OPO), procédure la plus courante, par laquelle une fourchette de prix est établie par action destinée aux investisseurs particuliers. C’est alors l’équilibre de l’offre et de la demande qui déterminera le prix initial (et les quantités de titres à livrer) au sein de la fourchette.
    • Offre à prix ferme (OPF) : c’est l’entreprise et les intermédiaires en charge de l’introduction en Bourse qui fixent le prix d’une action avant sa mise en vente sur les marchés.
    • Offre à prix minimal (OPM) : proche de l’offre à prix ouvert, l’offre à prix minimal compte sur la demande et la surenchère des investisseurs pour faire augmenter un tarif minimal fixé en amont.

La cotation d’un titre, dès son entrée en Bourse et par la suite, repose en grande partie sur la loi de l’offre et de la demande. Plus une action est demandée, plus son prix grimpe. Une fois que le régulateur, les autorités des marchés, ont validé cette procédure d’offre que nous venons d’évoquer, des sociétés dites émettrices vont distribuer les actions sur les marchés dans un ordre précis.

Primaire ou secondaire ?

Les titres d’une entreprise sont mis en vente pour la première fois sur le marché primaire. Sur ce marché, on retrouve essentiellement les investisseurs institutionnels (accessoirement les investisseurs particuliers), les plus grands détenteurs de capitaux. On parle ici des banques, des fonds de pension, des caisses de retraites ou des assurances par exemple.

Puis, lorsque ces investisseurs décident de revendre leurs titres, ces derniers rejoignent alors le marché secondaire, celui où se trouvent les investisseurs traditionnels, les épargnants, vous et moi. L’analogie avec le marché du neuf et de l’occasion est à la fois fréquente et pertinente pour décrire ces deux étapes de circulation des titres boursiers.

Si toutes les entreprises peuvent entrer en Bourse, précisons qu’une introduction en bourse n’est pas gratuite, loin s’en faut !

Combien ça coûte ?

Si toutes les entreprises peuvent entrer en Bourse, précisons qu’une introduction en bourse n’est pas gratuite. En effet, cette démarche entraîne l’intervention de nombreux acteurs et partenaires externes pour réaliser l’opération. Avocats, banquiers, auditeurs, sociétés de conseils etc… Ces procédures sont relativement complexes à réaliser et coûte bien sûr du temps et de l’argent.

La phase de fixation du prix initial de l’action dont nous avons parlé a également un coût, tout comme la mise en circulation des titres effectuée par la société de Bourse émettrice. Bref, dans la pratique,

seules les sociétés disposant d’un chiffre d’affaires suffisant peuvent y prétendre.

Et ensuite ?

Quelles seront les conséquences les plus importantes pour l’entreprise, suite à son introduction en Bourse ? Dès qu’une société est cotée en bourse, elle s’engage à communiquer de manière précise et détaillée sur sa situation financière et ses résultats auprès de ses investisseurs. Ces derniers, en tant qu’actionnaires, peuvent influer sur les décisions prises en interne pour autant que leur part respective représente un poids significatif dans le capital de la société et sous condition que les actions en question disposent bien d’un droit de vote.

Enfin, autre conséquence tout à fait logique une fois sur les marchés, l’entreprise s’expose à la fluctuation intrinsèque de ces derniers. La cote de son action peut donc décoller… comme dégringoler. Si réussir son IPO n’est déjà pas simple, il faut ensuite également réussir l’aventure du marché secondaire en évitant que la stratégie de l’entreprise ne devienne otage du cours de bourse. Mais ça, c’est une autre histoire !

À la fois levier financier et opération de communication, l’introduction en Bourse est un moment décisif pour une entreprise. Malgré un protocole règlementaire lourd et coûteux, cette entrée en Bourse est aussi un levier pour une forte croissance future, un signal prometteur pour les investisseurs, ainsi qu’une vitrine aux yeux du grand-public.