Mes finances, mes projets, ma vie
25 mai 2020

Devenir travailleur indépendant : les 7 pièges à éviter !

Ça y est, vous avez décidé de sauter le pas pour devenir travailleur indépendant! Vous allez être maître de votre temps, de vos clients, de vos tarifs et de votre travail. Si cette perspective est séduisante, votre nouvelle vie professionnelle ne sera pas pour autant sans obstacles, ni contraintes. Pour vous aider, myLIFE a répertorié 7 erreurs à éviter lorsque l’on débute comme travailleur indépendant.

1. Choisir un statut juridique inapproprié

Le choix du statut juridique doit être étudié avec attention. Il définit vos responsabilités en tant qu’indépendant, influence vos démarches administratives, la gestion de votre comptabilité ou encore le montant de vos impôts. Ainsi, les obligations sont différentes si vous exercez en nom propre ou via une Sàrl (Société à responsabilité limitée).

D’autre part, si vous êtes frontalier, vous pouvez choisir de devenir indépendant dans votre pays de résidence ou au Luxembourg, à condition d’avoir une adresse dans le pays choisi (domicile, bureau, espace de coworking, etc.). Ce dernier détermine le lieu dans lequel vous paierez vos impôts et vos cotisations sociales.

Pour vous aider à choisir la forme de votre entreprise, vous pouvez vous rendre à la House Of Entrepreneurship de la Chambre de Commerce ou encore contacter le service Contact entreprise de la Chambre des Métiers. On vous renseignera sur les aspects juridiques, sociaux et fiscaux des différents statuts, et sur les démarches et formalités à accomplir pour devenir indépendant. Prenez le temps de la réflexion, c’est important !

Changez régulièrement d’environnement en vous installant dans un espace de coworking, afin d’échanger et de partager vos compétences avec d’autres entrepreneurs.

2. Rester seul

Vous travaillez depuis votre domicile, sans collègue ou collaborateur, et votre ordinateur devient votre seule source de communication avec le mode extérieur. Outre le sentiment de solitude qui peut s’installer, l’isolement n’est pas idéal pour votre business !

Changez régulièrement d’environnement en vous installant dans une bibliothèque, un parc, un café par exemple ou encore dans un espace de coworking afin d’échanger et de partager vos compétences avec d’autres entrepreneurs. Vous optimiserez ainsi votre efficacité et développerez vos contacts. Ces espaces vous simplifient également la vie en mettant à votre disposition différents équipements et des facilités dont vous ne disposez pas forcément à domicile. Seul désavantage, ils ont un coût.

Il existe de nombreux espaces de coworking au Luxembourg, comme The Office, Silversquare, Urban Office, Paladium, Bamhaus, Wishbox, Luxembourg City Incubator, etc.

N’hésitez pas à participer à des événements organisés dans votre secteur d’activité, à assister à des conférences, à vous rendre dans des salons professionnels, à suivre des formations ou à profiter des afterworks. Réseauter vous aidera à enrichir et à diversifier votre carnet d’adresses : un excellent moyen pour multiplier les opportunités professionnelles et trouver de nouveaux clients !

Vous serez heureux d’avoir une logique de fonctionnement rigoureuse lorsque vos missions se multiplieront et qu’il vous faudra jongler entre plusieurs projets.

3. Manquer d’organisation

Être indépendant rime avec liberté et flexibilité. Mais attention à ne pas vous laisser aller, être indépendant demande également de la rigueur et de l’organisation. Dès le début de l’aventure, il convient de prendre de bonnes habitudes !

Tout d’abord, planifiez vos journées. Fixez-vous des horaires et tenez-vous-y. Découpez votre emploi du temps en différentes tâches : traitement des mails, client 1, prospection commerciale, client 2, gestion administrative, client 3, etc. N’oubliez pas d’inclure vos pauses, loisirs et prévoyez des plages pour les urgences !

L’un des risques, surtout si vous travaillez à domicile, est de vous déconcentrer : passer du temps sur les réseaux sociaux, jouer avec vos enfants, vous attarder sur les sites d’actualités, etc. Cela devient vite chronophage ! En structurant votre journée vous serez plus productif et vous équilibrerez votre vie privée et professionnelle.

Ensuite, organisez votre travail. Listez vos tâches et classez-les par ordre de priorité. Estimez le temps qu’elles vous prendront et fixez-vous des échéances à respecter. N’hésitez pas à prendre des notes après vos rendez-vous, vos appels téléphoniques ou vos échanges mails afin d’éviter les oublis et de mettre à jour votre programme de travail. Vous aurez ainsi en permanence une vision globale de votre planning. Évitez de toujours privilégier l’urgent sur l’important, faute de quoi vous finirez par devoir toujours traiter l’important en urgence.

Enfin, prenez le réflexe de classer et de ranger vos documents administratifs régulièrement, même si cela vous paraît fastidieux ! Ne remettez jamais au lendemain ces petites tâches qui ne prennent que 5 minutes par jour. En tant qu’indépendant, vous cumulez plusieurs métiers et vos papiers vont très rapidement s’accumuler : documents en rapport avec la création de votre entreprise, sécurité sociale, impôts, TVA, devis, factures, reçus de carte bancaire, etc.

Une bonne organisation vous facilitera la vie au quotidien et vous serez heureux d’avoir une logique de fonctionnement rigoureuse lorsque vos missions se multiplieront et qu’il vous faudra jongler entre plusieurs projets. N’attendez pas d’être surbooké pour adopter les bons réflexes en la matière !

Vous n’êtes pas obligé de tout faire vous-même ! Vous pouvez déléguer certaines tâches, en faisant appel à un comptable, par exemple, pour vous aider à gérer vos obligations en matière d’impôt et de TVA.

Si certains ont une aisance naturelle pour prospecter et ne craignent pas de valoriser leurs compétences, d’autres angoissent à la seule pensée de mener une négociation !

4. Oublier l‘aspect commercial

À moins de réussir à faire fonctionner votre business grâce au bouche-à-oreille, vous allez devoir vous « vendre » pour trouver des clients. Si certains ont une aisance naturelle pour prospecter et ne craignent pas de (sur)valoriser leurs compétences, d’autres angoissent à la seule pensée de mener une négociation ! L’exercice reste néanmoins incontournable pour développer votre activité.

Si vous n’êtes pas à l’aise dans la peau d’un commercial, il est conseillé de bien préparer vos rendez-vous. Travaillez votre présentation, anticipez les inquiétudes de vos clients et leurs interrogations. Posez-leur des questions, écoutez-les attentivement et prenez des notes pour adapter votre message à leurs besoins. Entraînez-vous autant qu’il le faudra pour que votre discours soit naturel. Et surtout, ayez confiance en vous ! C’est le meilleur moyen de convaincre vos clients.

Vous pensez avoir suffisamment de clients ? N’arrêtez pas pour autant de prospecter ! Vous ne savez pas de quoi demain sera fait et un « gros » client peut très bien mettre fin à votre contrat du jour au lendemain. Vous vous retrouverez alors dans une situation difficile !

5. Fixer ses prix de manière aléatoire

À quel prix allez-vous proposer vos prestations ? Voilà une question délicate que tout indépendant s’est déjà posée. Si vous êtes trop bon marché, vous allez décrédibiliser votre travail et vous serez mal perçu par vos pairs. Trop cher, vous risquez de ne trouver aucun client.

Pour fixer correctement vos tarifs, commencez par vous renseigner sur ceux que vos concurrents pratiquent et ajustez-les en tenant compte de la nature de la mission (combien de temps va-t-elle vous prendre, quels seront vos frais ?), de vos années d’expérience, de votre degré de technicité (maîtrisez-vous un aspect spécifique de votre métier ?) et de la demande (vos compétences sont-elles recherchées dans votre secteur géographique ? Avez-vous beaucoup de concurrents ?). Ces variables vous permettront de fixer des tarifs adaptés à votre marché.

Réfléchissez également à votre politique de prix : allez-vous proposer des tarifs dégressifs pour les grosses commandes ? Offrir des remises aux clients fidèles ?

Évitez de multiplier les remises exceptionnelles sous peine de ne plus parvenir à offrir des prestations à un tarif normal. En effet, le bouche-à-oreille fonctionne aussi sur la politique de prix que vous pratiquez et personne n’aime découvrir qu’un tier a payé beaucoup moins cher pour un même service chez vous.

Dès que vos premiers contrats seront signés, ne dépensez pas tous vos gains ! Pensez aux mois où vous aurez moins de rentrées d’argent et épargnez régulièrement.

6. Négliger la gestion de son budget

Les débuts en tant qu’indépendant peuvent être difficiles d’un point de vue financier. Avant de vous lancer, assurez-vous de pouvoir payer vos charges en attendant de trouver vos premiers clients. Pour cela plusieurs options s’offrent à vous : faire un emprunt, utiliser vos économies, compter sur vos proches, cumuler un emploi salarié le temps de développer votre portefeuille client ou encore cumuler chômage et statut d’indépendant (sous conditions).

Ensuite, séparez comptes professionnels et comptes personnels et estimez vos dépenses mensuelles : charges, sécurité sociale, impôts, frais divers, TVA, etc. Vous aurez ainsi une vue globale sur vos finances et pourrez anticiper vos paiements.

Dès que vos premiers contrats seront signés, ne dépensez pas tous vos gains ! S’il est tentant de récompenser ses efforts en s’offrant quelques plaisirs, pensez aux mois où vous aurez moins de rentrées d’argent et épargnez régulièrement.

Soyez rigoureux dans le suivi de vos factures. N’hésitez pas à relancer un client qui ne vous paye pas. Cela pourrait mettre en péril la survie de votre entreprise malgré un carnet de commandes suffisamment rempli.

7. Se décourager trop vite

Les difficultés et les contraintes ne manquent pas au début de votre entreprise : démarches de création de votre structure, déclaration à la TVA, cotisations sociales à payer, impôts, recherche de clients, gestion du budget, sans compter l’exercice de votre métier ! Il y a de quoi se sentir dépassé…

Vous aurez des doutes, des passages à vide, vous remettrez peut-être en cause vos compétences ou votre légitimité. Ce n’est pas pour autant que vous devez baisser les bras et abandonner. N’hésitez pas à demander de l’aide et dédramatisez les situations qui vous angoissent en discutant avec d’autres indépendants qui, eux aussi, sont passés par ces moments de remise en question.

Se lancer comme indépendant est un challenge. Il faut faire preuve de rigueur et de persévérance. Quelle que soit l’issue, vous en apprendrez beaucoup sur vous-même et vous pourrez être fier d’avoir relevé ce défi ! Alors, profitez de cette aventure !