Mes finances, mes projets, ma vie
17 juillet 2024

Investir en conscience: l’énergie

La guerre en Ukraine a braqué les projecteurs sur les marchés mondiaux de l’énergie. Elle a mis en évidence à quel point les économies développées dépendent de nations politiquement ou économiquement moins stables pour leurs besoins énergétiques ainsi que les coûts liés à cette dépendance. Les marchés de l’énergie étaient déjà en pleine mutation, les gouvernements, les entreprises et les particuliers étant confrontés à la difficile transition des combustibles fossiles vers des sources d’énergie renouvelables ou plus propres. Quelles sont les implications de la transition énergétique pour les investisseurs?

Au début de l’année 2022, la transition énergétique mondiale s’est retrouvée au centre du débat public. L’accord de Paris, conclu par les dirigeants des quatre coins du globe en 2015, avait fixé comme objectif de contenir l’élévation de la température moyenne de la planète depuis le début de l’ère industrielle en dessous de 1,5°C. Les experts du climat s’accordent aujourd’hui à dire que cet objectif, sinon réalisable, est du moins encore techniquement possible. Les pays du monde entier ont annoncé des engagements en faveur de la décarbonation, notamment l’électrification des systèmes de transport publics et privés, des projets d’infrastructures vertes et des mesures d’incitation à la production d’énergies renouvelables. Mais malgré les promesses juridiquement contraignantes faites lors de la Conférence de Paris sur le climat de 2015, le Programme des Nations unies pour l’environnement nous alerte qu’il n’existe à ce jour « aucune trajectoire crédible en place pour atteindre l’objectif de 1,5°C ».

L’Europe a été à l’avant-garde de bon nombre de ces initiatives, confiant un rôle clé au secteur financier. En réponse à la volonté affichée par les principaux actionnaires institutionnels tels que les fonds de pension et les compagnies d’assurance d’adopter l’investissement durable et responsable, l’UE a mis sur pied un cadre de transparence exigeant des acteurs du marché financier, et à terme d’un large éventail d’entreprises, qu’ils rendent compte de l’impact environnemental et social de leurs produits, de leurs processus, de leur distribution et de leurs chaînes d’approvisionnement, en s’appuyant sur la taxinomie verte de l’UE, un système de classification qui dresse une liste d’activités économiques durables sur le plan environnemental.

L’impact de la guerre en Europe

Le conflit russo-ukrainien est venu redistribuer les cartes, forçant les gouvernements européens à reconnaître que la forte dépendance à l’égard des combustibles fossiles russes créait fondamentalement une brèche en matière de souveraineté. Un grand nombre d’entre eux n’ont eu d’autre choix que de se mettre en quête de sources d’énergie alternatives et, dans l’urgence, certains se sont tournés vers d’autres types de combustibles fossiles, comme le gaz naturel du Moyen-Orient et des États-Unis, voire le charbon.

« Amère mais… tout simplement nécessaire », c’est ainsi que Robert Habeck, co-leader du parti écologiste allemand, vice-premier ministre et ministre de l’action climatique, a qualifié la décision de Berlin d’augmenter le recours au charbon pour pallier les pénuries d’énergie.

Des sources telles que l’énergie éolienne et l’énergie solaire sont désormais de plus en plus compétitives en termes de coûts par rapport à de nombreuses sources d’énergie traditionnelles.

À plus long terme, toutefois, la crise ukrainienne donne un nouvel élan à la promotion des énergies renouvelables. Des sources telles que l’énergie éolienne et l’énergie solaire sont désormais de plus en plus compétitives en termes de coûts par rapport à de nombreuses sources d’énergie traditionnelles, mais de nombreux défis restent à relever en termes d’approvisionnement, notamment en ce qui concerne l’intermittence, les infrastructures et le stockage. Le vent et les rayons du soleil ne sont en effet pas modulables en fonction des niveaux de la demande.

Sur le Vieux Continent, les gouvernements se sont fixé d’ambitieux objectifs d’augmentation de la part des énergies renouvelables dans leur bouquet énergétique. Au Royaume-Uni, par exemple, Downing Street s’est engagée à multiplier par cinq la capacité de production d’énergie éolienne en mer d’ici la fin de la décennie, et a établi des objectifs non moins ambitieux en termes d’énergie solaire. Adoptée par les États membres en mai 2022, la stratégie REPowerEU vise à «réduire rapidement la dépendance à l’égard des combustibles fossiles russes et à accélérer la transition écologique ».

Efficacité et énergies renouvelables

Le programme REPowerEU intègre diverses mesures d’efficacité énergétique à long terme, notamment des objectifs plus contraignants dans le cadre du paquet législatif européen « Fit for 55 » du Pacte vert, ainsi que des mesures fiscales visant à encourager les économies d’énergie. Il vise également à doper l’adoption des énergies renouvelables par le biais d’initiatives englobant la production d’électricité, l’industrie, les bâtiments et les transports. La Stratégie de l’UE en faveur de l’énergie solaire, qui vise à doubler le déploiement de l’énergie photovoltaïque d’ici 2025 et à installer une capacité de production solaire de 600 GW d’ici 2030, en est un exemple.

Il existe désormais de nombreuses opportunités d’investissement bien établies dans le secteur des énergies renouvelables, y compris le développement d’infrastructures, les rendements des investisseurs étant le résultat de la combinaison des subventions, des prix de l’énergie et de la valeur des actifs sous-jacents.

Il existe désormais de nombreuses opportunités d’investissement bien établies dans le secteur des énergies renouvelables.

Ces projets procurent généralement un flux de revenus corrigés de l’inflation fiable, allié à une certaine forme d’appréciation du capital au fil du temps, se rapprochant des rendements de l’immobilier commercial ou d’autres actifs d’infrastructure. Des prises de participation dans des entreprises produisant des équipements pour les énergies renouvelables, notamment des turbines éoliennes et des panneaux solaires, sont également possibles. Le stockage par batterie représente un autre débouché prometteur, lié directement à l’intermittence des sources d’électricité renouvelables.

Les investisseurs en quête de placements offrant un potentiel de croissance supérieur peuvent également se tourner vers des technologies à un stade plus précoce, comme l’hydrogène. L’UE a élaboré une stratégie visant à développer l’utilisation de l’hydrogène en 2020 dans le cadre du Pacte vert pour l’Europe. Elle a désormais établi le concept d’accélérateur d’hydrogène pour intensifier le déploiement de l’hydrogène renouvelable comme carburant, avec pour seul intrant l’eau. Il s’agit d’une technologie prometteuse, dont l’adoption est encore balbutiante, mais qui est envisagée pour décarboner les industries à forte intensité de carbone ainsi qu’une partie des transports lourds.

Opportunités dans les infrastructures

Les infrastructures énergétiques appellent également à de vastes adaptations. À mesure que les sources d’énergie évoluent, de nouvelles connexions et de nouveaux réseaux doivent être créés. La connexion des nouveaux projets d’énergie renouvelable sur le réseau électrique existant génère également des opportunités d’investissement, par exemple dans les entreprises qui gèrent les systèmes de transmission électrique à grande échelle.

De nouveaux marchés s’ouvrent par ailleurs aux entreprises qui développent des câbles et des équipements d’alimentation électrique de nouvelle génération. D’ici 2050, il faudra plus que doubler la longueur des lignes électriques, ainsi que le nombre de transformateurs, afin de faciliter l’adoption des énergies renouvelables à l’échelle planétaire.

L’électrification des systèmes de transport est également un domaine d’où émergeront de nouveaux produits et procédés. La loi sur la réduction de l’inflation (Inflation Reduction Act) adoptée par le Congrès américain à l’automne 2022 prévoit l’affectation d’une enveloppe de 12,5 milliards de dollars aux véhicules électriques, par la mise en place d’incitations à l’achat de véhicules zéro émission, neufs ou d’occasion. Quoi qu’il en soit, l’électrification du parc automobile s’est accélérée, en partie du fait de la flambée des prix de l’essence et du diesel. Les gouvernements pressent également le pas pour déployer des infrastructures de recharge adaptées.

Véhicules d’investissement collectifs

Le rôle des combustibles fossiles reste controversé. La guerre en Ukraine a mis en évidence la dépendance persistante de l’Europe à l’égard des combustibles fossiles. Le gaz continue en effet de couvrir plus de 20% des besoins énergétiques de la région, malgré les efforts généralisés pour réduire la consommation. La transition vers les énergies renouvelables ne se fera pas en un claquement de doigts, mais certains groupes énergétiques se mettent à investir massivement dans les énergies renouvelables. BP, par exemple, est un investisseur majeur dans l’infrastructure de recharge des véhicules électriques au Royaume-Uni.

Il existe un large éventail d’options d’investissement collectif pour les personnes à la recherche d’opportunités découlant de la transition énergétique: des ETF spécialisés dans l’investissement en actions dans les énergies propres aux fonds actifs ciblant les bénéficiaires probables de la transition énergétique. Les gestionnaires d’actifs peuvent opter pour une approche pure, en recherchant des entreprises ayant un impact direct sur la réduction des émissions de carbone, ou chercher à promouvoir la transition énergétique en incitant les entreprises à réduire leur empreinte carbone et à adopter des modèles de production et d’affaires durables.

Il s’agit d’un thème de croissance structurelle qui peut être intégré dans n’importe quelle stratégie d’investissement à long terme.

D’une manière ou d’une autre, la transition énergétique offre aux investisseurs soucieux de l’environnement une palette de nouveaux moyens d’exprimer leurs principes moraux et politiques à travers leurs portefeuilles. Il s’agit d’un thème de croissance structurelle qui peut être intégré dans n’importe quelle stratégie d’investissement à long terme.