Mes finances, mes projets, ma vie
1 octobre 2022

La valeur de l’argent

Perspectives scientifiques sur la recherche du bonheur

La relation entre argent, richesse et bonheur est un sujet qui passionne les économistes depuis plusieurs dizaines d’années. Citons à cet égard les travaux de Richard Easterlin, qui a mis en évidence dès 1974 un paradoxe qui porte son nom.

Celui-ci décrit une réalité familière pour beaucoup d’entre nous : les citoyens des pays à revenus élevés ne sont pas les plus heureux. Inversement, les citoyens des pays à faibles revenus ne sont pas les plus malheureux. Le paradoxe d’Easterlin démontre en outre que les résultats diffèrent fortement lorsque l’on compare les différences de revenus au sein d’un même pays : les habitants d’une zone donnée qui gagnent moins bien leur vie sont nettement moins satisfaits, et vice versa.

Les plus heureux du monde ?

Les thèses d’Easterlin ont naturellement une résonnance toute particulière dans un pays comme le Luxembourg, régulièrement cité comme le plus riche du monde. Il n’y a pas si longtemps, on pouvait lire ces lignes dans un article du Manager Magazin : « Le Grand-Duché s’est hissé à la première place des pays les plus riches du monde. Macao, qui a longtemps occupé cette position, est sorti du top 10. Le Luxembourg est donc non seulement le pays le plus riche d’Europe, mais aussi de la planète, à l’aune du PIB par habitant corrigé du pouvoir d’achat. Le pays ne compte que 639.117 habitants (au mois d’avril 2021). Son économie est principalement axée sur le secteur financier et les services connexes. Le PIB par habitant corrigé du pouvoir d’achat s’élevait à 111.857,71$ en 2020 ».

Précisons ici que le produit intérieur brut (PIB) désigne la valeur totale de tous les biens et services produits à l’intérieur des frontières du pays pour la consommation finale au cours de l’année considérée. La nationalité des prestataires de services est sans importance, pour autant que le service ait été généré sur le territoire national. Il s’agit d’un indicateur important de la force économique d’un pays.

Une question subsiste : les personnes les plus heureuses vivent-elles aussi au Luxembourg ?

Cela fait beaucoup de chiffres et de faits, mais une question subsiste : les personnes les plus heureuses vivent-elles aussi au Luxembourg ?

Tout est une question d’attitude

Selon un adage populaire, l’argent ne fait pas le bonheur. S’il y a un fond de sagesse dans cette affirmation, la plupart d’entre nous estiment que ce proverbe est un peu naïf. C’est pour cela qu’on y ajoute souvent « l’argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue ». Gagner de l’argent n’a absolument rien de répréhensible et nous permet de satisfaire nos besoins primaires et d’assurer la sécurité de notre foyer. Il s’agit de deux éléments essentiels de notre bien-être.

Mais au-delà de ces évidences, mieux connaître son rapport à l’argent et apprendre à le dépenser et à l’investir selon des critères qui nous correspondent vraiment peuvent contribuer à augmenter le bonheur de notre foyer. La question qui se pose alors est : quel est votre rapport à l’argent ? Comme souvent, tout est une question d’attitude !

Nous voulons vous aider à mieux évaluer votre rapport à l’argent et vous proposons à cet égard un petit exercice simple, suggéré par l’auteur japonais Ken Honda dans son livre Happy Money. Prêt ? Ouvrez le détail du bilan de votre compte en banque en ligne et observez ce que vous voyez : les entrées d’argent, les avis de dépenses, les ordres permanents, etc. Ne vous focalisez pas sur le solde de votre compte, mais bien sur les mouvements financiers. Que ressentez-vous ? Ce que vous voyez est-il pour vous une source de satisfaction, de contentement, d’inquiétude, de colère, voire de frustration ? En bref, avez-vous l’argent heureux ou malheureux ?

La frustration : l’alerte rouge

Ne prenez pas à la légère les émotions ressenties. Ce test peut contribuer à une première prise de conscience d’une inadéquation profonde entre la manière dont vous utilisez votre argent et vos aspirations. Si c’est la frustration qui domine quand vous regardez les mouvements de votre compte en banque, il est temps de réfléchir sérieusement à vos habitudes de vie.

Que nous en ayons conscience ou non, une grande partie de notre rapport à l’argent et de nos préférences en matière de style de vie est dictée par des normes sociales, qui évoluent par ailleurs en fonction de nos moyens. Concrètement, lorsque vos revenus augmentent, les normes matérielles sur lesquelles vos jugements de bien-être sont fondés vont très probablement augmenter également. La poursuite du bonheur est donc étroitement liée à une plus grande richesse matérielle, ce qui peut se traduire par une frustration accrue malgré un accroissement de revenus. Si vous n’y prenez pas garde, vous risquez de sombrer dans l’illusion que gagner plus constitue la clé du bonheur. L’argent est un moyen de parvenir à une fin et non une fin en soi.

L’argent est un moyen de parvenir à une fin et non une fin en soi.

Il convient donc de prendre du recul et de vous demander si l’argent que vous générez vous permet de combler vos désirs profonds ou si, au contraire, il fait obstacle à votre bonheur. Il est en effet primordial d’être en mesure d’identifier les sentiments que l’on associe à l’argent. Si les pensées négatives dominent, elles auront une influence néfaste sur vos décisions financières. Dans ce contexte, vous risquez de courir après une norme sociale plutôt que d’avancer sereinement et progressivement dans la réalisation de vos projets et aspirations.

Une réflexion intéressante en guise de conclusion : Donner ou dépenser de l’argent pour les autres nous procure du plaisir car nous sommes des êtres sociaux valorisant la réciprocité. Rendre les autres heureux nous rend également heureux nous-mêmes. Il convient d’en tenir compte dans notre attitude vis-à-vis de l’argent. Le Nouvel An (et les bonnes résolutions qui vont avec) est une période idéale pour nourrir une telle réflexion.