Mes finances, mes projets, ma vie
3 décembre 2022

Acheter une voiture : ne rien laisser au hasard

Pour bien acheter sa voiture, il est essentiel de d’abord bien connaître ses besoins, de définir son budget et puis de se reposer sur le savoir-faire des professionnels.

L’Autofestival va souffler sa 59e bougie. Véritable institution au sein du paysage luxembourgeois, l’événement a toujours offert une formidable vitrine aux nouvelles tendances et aux dernières innovations de l’industrie automobile. Et les chiffres témoignent de son importance : jusqu’à 30 % des ventes annuelles sont réalisées entre janvier et mars.

Une décision mûrement réfléchie

L’achat d’un véhicule n’est pas une décision que l’on prend à la légère et nécessite une certaine réflexion en amont. Il est donc utile de commencer par dresser la liste des critères que vous recherchez, qu’il s’agisse par exemple de la taille du coffre, du nombre de sièges, de la motorisation ou des dispositifs de sécurité indispensables pour vous. Cela permet de faire un premier tri parmi les nombreux modèles existants, que vous pouvez ensuite affiner en fonction de vos capacités financières. Il ne vous reste alors plus qu’à répondre à deux questions fondamentales : quel type de carburant choisir (essence ou diesel) et quel type d’achat privilégier (neuf ou d’occasion) ?

La réponse à la seconde question dépend essentiellement de votre budget. Si le neuf est plus onéreux et subit une décote rapide, il bénéficie parallèlement d’une garantie du constructeur réduisant les coûts d’entretien. La voiture d’occasion, moins chère à l’achat, est cependant plus gourmande en frais d’entretien. Vous trouverez plus de détails à ce sujet, ainsi que les avantages et les inconvénients de chaque approche, dans le tableau ci-dessous.

Essence ou diesel ?

Il convient de prendre en compte les critères suivants pour comparer l’essence et le diesel : coût du carburant, consommation, prix d’achat, rentabilité, coût des assurances, taxes, kilométrage annuel, distances parcourues.

Par le passé, le diesel était plus avantageux que l’essence, notamment grâce à des avantages fiscaux généreux. C’est encore le cas dans l’UE, mais plus vraiment dans le reste du monde, où le moteur diesel tend à être relégué au second plan. En Europe, le diesel reste donc plus intéressant, du moins tant que l’avantage fiscal subsiste.

Il y a cinq ans à peine, le moteur diesel consommait environ 30 % de carburant en moins que les moteurs à essence. Ce chiffre est aujourd’hui tombé à 20-25 %. La technologie des moteurs à essence s’est considérablement améliorée, tandis que les innovations se font rares du côté du diesel. L’épuration des gaz d’échappement représente un autre obstacle pour le moteur diesel, car les filtres à particules et autres dispositifs connexes ont une incidence négative sur la consommation.

Alors que la question du « diesel ou de l’essence » était autrefois au centre des préoccupations lors de l’achat d’une voiture, le point central est aujourd’hui celui de l’électromobilité.

En 2022, le diesel sera probablement encore avantageux pour les personnes qui parcourent plus de 20.000 kilomètres par an. Cependant, les voitures diesel sont presque toujours plus chères à l’achat que leurs homologues à essence. La fabrication d’un moteur diesel coûte deux fois plus cher en raison de la forte pression que ses cylindres doivent pouvoir supporter, ce qui doit être répercuté sur le client final.

La durabilité des moteurs diesel constituait autrefois un argument de vente convaincant : ils étaient peu gourmands, de construction relativement simple et bénéficiaient dès lors d’une très longue durée de vie. Aujourd’hui, ils se sont complexifiés et affichent une autonomie similaire à celle de leurs homologues à essence (environ 200.000 kilomètres).

Alors que la question du « diesel ou de l’essence » était autrefois au centre des préoccupations lors de l’achat d’une voiture, le point central est aujourd’hui celui de l’électromobilité. Quand on veut choisir une voiture électrique, il faut savoir exactement quels sont ses besoins et l’usage que l’on prévoit de faire de son véhicule. Le gouvernement a mis en place différents programmes pour promouvoir une mobilité électrique plus respectueuse de l’environnement.

En 2022, le diesel sera probablement encore avantageux pour les personnes qui parcourent plus de 20.000 kilomètres par an.

L’importance des limites

De manière générale, il convient de bien délimiter les choses lors de l’achat d’une voiture. En premier lieu, il y a la question du budget. Il est essentiel de se fixer une limite et de s’y tenir pour ne pas regretter l’achat lorsqu’il est déjà trop tard. Il est également conseillé de définir des limites pour les remboursements, que ce soit dans le cas d’un financement par crédit ou pour un leasing privé. Par ailleurs, la souscription d’un prêt peut présenter des avantages fiscaux. Les intérêts d’un prêt personnel s’élevant au maximum à 672€ par an (par personne vivant dans le ménage) peuvent être déduits.

Certains concessionnaires proposent également des solutions de financement. En dehors des conditions spéciales (par exemple un prêt à 0 % offert par une marque), le crédit accordé par les banques est généralement assorti de conditions plus favorables. Cela est d’autant plus vrai que le dépôt exigé du concessionnaire est généralement plus élevé. Chaque situation est unique. Il faut donc comparer et négocier avant de prendre une décision.

Faites appel à un expert

De manière générale, il est conseillé pour une voiture d’occasion d’acheter chez un concessionnaire professionnel, surtout si vous ne vous y connaissez pas bien. Leurs voitures d’occasion sont certes un peu plus chères, mais vous avez la certitude d’acheter un véhicule contrôlé et assorti de garanties. Sans parler de l’important pouvoir de négociation dont vous disposez lorsque vous revendez votre véhicule actuel au concessionnaire lors d’un nouvel achat.

Avant de vous laisser convaincre, dites-vous qu’un ressenti positif vaut souvent bien plus que de grandes promesses. Qu’il soit neuf ou d’occasion, vous devez toujours tester le véhicule que vous souhaitez acheter. C’est le meilleur moyen de vérifier qu’il répond à vos attentes.

Les démarches administratives

En passant par un professionnel, c’est en principe lui qui s’occupe des formalités administratives, ce qui ne sera pas le cas avec un particulier. Celles-ci varient en fonction du pays où vous achetez le véhicule et de celui où vous le faites immatriculer.

Quel que soit le pays dans lequel l’achat est effectué, les documents suivants doivent vous être remis :

    • le contrat de vente (particulier) ou la facture d’achat (professionnel) ;
    • le certificat d’immatriculation (carte grise du propriétaire précédent en France et en Belgique, en 2 parties en Allemagne et au Luxembourg) pour une occasion ;
    • le certificat de conformité communautaire, surtout si le véhicule est acheté à l’étranger ;
    • le carnet d’entretien (conseillé pour suivre l’historique et vérifier le kilométrage) ;
    • un Car-Pass (relevé de kilométrage) de moins de 2 mois pour une occasion achetée en Belgique.

Selon le pays où vous ferez immatriculer votre véhicule, vous aurez également besoin de documents complémentaires : un certificat de contrôle technique (notamment au Luxembourg, en Belgique, en France ou en Allemagne), un quitus fiscal du centre des impôts (France) pour une occasion, une vignette 705 de la douane (Belgique et Luxembourg).

En matière de TVA, les règles changent si vous achetez votre véhicule à l’étranger. Si la voiture est neuve, c’est-à-dire qu’elle a moins de 6 mois ou moins de 6.000 km, vous payez la TVA dans votre pays de résidence.

Si c’est une occasion, c’est-à-dire qu’elle a plus de 6 mois et plus de 6.000 km, vous n’avez pas de TVA à régler dans votre pays de résidence. Si vous achetez auprès d’un professionnel, vous payez la TVA en vigueur dans le pays d’achat. Auprès d’un particulier, vous n’avez pas de TVA à payer.

Pour circuler avec votre nouvelle auto, il faudra aussi vous acquitter de taxes supplémentaires, notamment au Luxembourg (taxe d’immatriculation sous forme de timbre « droit de chancellerie », taxe sur les véhicules routiers), en Belgique (taxe de circulation, taxe de mise en circulation), en France (taxe régionale, taxe sur le CO2) et en Allemagne (taxe sur les véhicules, taxe d’immatriculation).

Attention : n’oubliez pas de prévenir votre compagnie d’assurance avant d’acheter votre nouvelle cylindrée, car vous ne pouvez pas rouler sans attestation d’assurance provisoire. Si vous achetez une voiture à l’étranger, pensez à vous procurer des plaques d’immatriculation temporaires pour la conduire chez vous. Renseignez-vous auprès des services d’immatriculation du pays d’achat.

Voiture neuve ou d’occasion ?

Le prêt personnel, un moyen de financement qui a fait ses preuves

Vous avez en tête d’acheter une nouvelle voiture ou de réaliser un autre projet relativement onéreux, mais vous ne disposez pas des fonds nécessaires ou ne souhaitez pas puiser dans votre épargne ? Un prêt personnel s’impose !

Le prêt personnel est souvent désigné comme un prêt à la consommation et n’est en réalité rien de plus qu’un contrat de prêt. En vertu de ce contrat, un montant déterminé est mis à la disposition du particulier, qui le remboursera ensuite en versant régulièrement (chaque mois généralement) une somme fixe sur une période donnée. Un prêt personnel se distingue ainsi d’un crédit immobilier en cela que ce dernier est spécifiquement destiné à l’achat d’une maison ou d’un appartement.

Deux formats de prêts personnels s’offrent à vous. Le crédit affecté à un usage précis permet de financer l’achat d’un objet en particulier, comme une voiture ou du mobilier. Via ce type de crédit, il est en outre possible de financer des travaux de rénovation ou d’assainissement par exemple. Dans ce cas, des bordereaux d’achat ou des devis dans le cas de travaux dans une maison doivent être présentés à l’organisme prêteur. A contrario, le prêt non engagé ne sert pas à une dépense précise. Le montant est mis à disposition de l’emprunteur sans que celui-ci ne doive fournir d’informations sur l’utilisation qui en sera faite.

Il est utile de commencer par dresser la liste des critères que vous recherchez pour votre voiture.

Ce qu’il faut savoir

Le prêt à la consommation est généralement accordé (ou refusé) relativement rapidement après examen par l’institution financière du profil financier du demandeur. Un autre avantage est que le prêt à la consommation ne requiert aucun apport de capital propre et qu’il est assorti d’un taux d’intérêt fixe sur toute sa durée. Le taux et la durée des remboursements varient en fonction de la banque/l’institution financière auprès de laquelle vous contractez le prêt à la consommation. Selon nos recherches, la plupart des institutions luxembourgeoises ont toutefois trois principes en commun :

    • Le montant maximal du crédit accordé est habituellement de 100.000€.
    • La période au terme de laquelle le crédit doit être remboursé se situe généralement entre 12 et 60 mois. En fonction du montant du crédit, ce délai relativement court peut rapidement se traduire par des mensualités élevées.
    • Les prêts à la consommation s’accompagnent souvent de taux d’intérêt plus élevés que les prêts hypothécaires.

Dans le cadre d’une régularisation de l’impôt sur les salaires par décompte annuel au Luxembourg ou du dépôt de votre déclaration fiscale, vous pouvez faire valoir votre prêt à la consommation à la rubrique. Ainsi, des intérêts débiteurs équivalant à 672€ par an peuvent être déduits du revenu imposable au Luxembourg, et ce pour chaque personne du ménage. Certaines primes d’assurance vie dans le cadre d’un prêt personnel peuvent être déduites du revenu imposable à hauteur de 672€ par an pour chaque personne du ménage. Attention : le montant maximal déductible de 672€ par personne vivant dans le ménage et par an comprend tous les intérêts débiteurs et les primes d’assurance déductibles.

Comme pour tous les crédits, vous êtes tenu à une obligation de remboursement de votre prêt à la consommation, ce qui peut vous exposer à un risque de surendettement. Rappelons pour terminer qu’emprunter de l’argent coûte aussi de l’argent.