Mes finances, mes projets, ma vie
26 mai 2019

Comment parler de succession en famille ?

Le décès d’un proche n’est jamais un événement facile à gérer. Et c’est une triste réalité : à côté de toutes les formalités administratives et décisions à prendre dans la précipitation, il y a les questions d’héritage, qui provoquent parfois des conflits et divisent les familles dans des moments qui sont déjà ô combien difficiles. En préparant soigneusement votre succession et en faisant preuve d’une bonne communication avec vos héritiers, il est possible d’éviter ces écueils malheureux. myLIFE vous en parle avec le cœur.

Penser à son décès et planifier sa succession n’est pas une chose qui coule de source ou à laquelle nous avons envie de nous confronter. Nous avons pourtant tout intérêt à le faire. Au moment du décès, la famille et les proches sont plongés dans un tourbillon d’émotions, et il peut leur être difficile de prendre des décisions ou de penser à « l’après ». Prévoir votre succession leur permettra de se libérer un peu l’esprit et rendra la transition un peu plus facile. Au-delà de l’aspect purement pratique, cela est également une opportunité pour étudier les possibilités d’alléger la facture fiscale pour les héritiers et, surtout, d’éviter les éventuels conflits entre eux.

Faites le point sur votre patrimoine

Avant d’envisager de communiquer ce que vous allez léguer ou donner à vos descendants, il s’agit pour vous-même d’y voir un peu plus clair. Immobilier, financier, matériel : que possédez-vous, et comment souhaitez-vous transmettre vos biens ?

S’adjoindre les services d’un expert en la matière est plus que recommandé pour y voir clair et prendre les décisions en connaissance de cause. Un gestionnaire patrimonial ou votre conseiller bancaire vous aidera à obtenir une visibilité optimale sur vos biens, à préparer leur transmission, et surtout à faire en sorte que votre patrimoine perdure.

Maintenant que vous avez les idées claires et que vous envisagez éventuellement de rédiger votre testament, il est temps de penser à vos proches.

Il existe des règles précises pour déterminer qui sont les héritiers légaux, ainsi que la part qui leur revient.

Faites le point sur vos héritiers

Nous ne ferons pas de longs discours sur ce point, dont vous seul détenez la vérité. La question est d’autant plus délicate que vous n’êtes pas libre de faire tout ce que vous voulez. Il existe des règles précises pour déterminer qui sont les héritiers légaux, ainsi que la part qui leur revient.

Mais dans le respect du cadre légal, la question de savoir à qui vous léguerez tel ou tel bien, tel ou tel souvenir, se trouve en vous uniquement. C’est une démarche parfois difficile, mais à laquelle vous devrez inévitablement vous confronter si vous voulez éviter à vos héritiers d’avoir à décider entre eux qui récupère votre collection de timbres ou cette bague dont vous avez vous-même hérité de votre grand-mère. N’improvisez pas en promettant ceci à l’un, puis cela à l’autre. C’est sans doute le meilleur moyen de provoquer déceptions, jalousies et ressentiments entre vos héritiers.

Anticipez sereinement de votre côté et, lorsque vous serez sûr de vous, vous pourrez en parler, tous ensemble.

Faites le point tous ensemble

S’il est un sujet que personne n’évoque avec plaisir, c’est bien celui de sa disparition. Ne perdez pas de vue que c’est un moment aussi compliqué pour vous que pour vos proches. Dans notre cas, les sentiments et les émotions se mélangent, car à la dimension psychologique se mêlent alors des considérations financières ou liées à la succession patrimoniale.

L’échange porte sur vos dernières volontés, il n’est pas une négociation.

Chaque famille a son mode de fonctionnement et ses codes, il n’existe pas de formule miracle pour mener cette discussion. Il existe toutefois quelques éléments à considérer pour pouvoir la mener de la manière la plus sereine possible :

  • Réunissez les bonnes personnes et adaptez votre discours aux personnes présentes. En toute logique, le choix des mots utilisés sera différent selon la présence ou non de jeunes enfants. Si les questions relatives au deuil et à la mort sont déjà abstraites pour eux, imaginez s’ils doivent en plus affronter des considérations administratives et financières. C’est à vous de voir quel degré de réalisme empruntera votre discours. L’importance du sujet justifie sans doute qu’on leur explique la situation, sans pour autant entrer dans des détails qu’ils ne comprendraient pas.
  • L’héritage n’est pas uniquement matériel. Envisager sa propre disparition nous fait souvent prendre conscience que nos plus grandes richesses ne sont pas uniquement d’ordre matériel. Profitez de cette discussion pour verbaliser aussi l’héritage spirituel que vous souhaitez léguer à vos proches : vos valeurs, vos priorités, vos combats et vos espérances.
  • L’échange porte sur vos dernières volontés, il n’est pas une négociation. Aussi complexe soit ce moment, il est crucial pour le bon déroulement des événements futurs. Un des intérêts d’anticiper et de parler à vos héritiers, c’est de pouvoir discuter, expliquer pourquoi vous procédez ainsi, et pas autrement. Soyons clairs, si la parole doit pouvoir circuler, ce n’est pas pour autant une phase de négociation. Vos dernières volontés doivent être respectées. Et si, en discutant de celles-ci avec vos héritiers, vous vous apercevez que telle ou telle chose mérite d’être adaptée ou ajustée, il sera toujours possible de le faire et de le faire savoir ensuite.

Aussi délicate soit-elle, une discussion autour de la succession est souvent un exercice très sain. Elle ne permettra sans doute pas d’éviter totalement de froisser la susceptibilité de certains, voire de réveiller des rancœurs enfouies, mais elle a le mérite énorme de mettre les choses à plat et de ne pas laisser les non-dits et la suspicion dissoudre des liens familiaux. C’est là tout l’intérêt de cette démarche.

Lorsqu’il est question de biens matériels, mettez-vous à la place de vos héritiers, surtout de ceux qui pourraient se sentir délaissés. Faites-le sans culpabiliser, et rappelez-vous : cette peinture de votre grand-père que vous aimiez tant, pourquoi l’a-t-il donnée à votre cousin, et pas à vous ? S’il vous avait dit de son vivant pourquoi il la donnerait à votre cousin, et pas à vous, cela aurait été sans doute plus simple à appréhender. C’était son choix, et vous l’auriez su, et peut-être mieux compris aussi. Peut-être même ignorait-il que vous aimiez cette toile à ce point. Avec votre cousin, vous auriez pu trouver un terrain d’entente. Pour cela, il aurait fallu parler.

L’avantage de faire appel à des experts réside aussi dans leur capacité à conserver un regard neutre sur la situation, ce qui leur permet en général d’être bien écoutés et compris par la famille.

Faites-vous aider

Pour bien préparer votre succession, il est important de s’entourer d’experts en la matière. Votre banquier et un notaire pourront vous aider à réaliser toutes les démarches préparatoires à la discussion avec vos proches, dont nous venons de parler. Pouvoir se reposer sur un ou plusieurs professionnels connus de la famille peut faciliter énormément la succession. Avec vous, ils seront en mesure d’expliquer tous les tenants et les aboutissants aux descendants. L’avantage de faire appel à eux réside aussi dans leur capacité à conserver un regard neutre sur la situation, ce qui leur permet en général d’être bien écoutés et compris par la famille.

Même si c’est un sujet délicat et sensible à aborder, pour vous comme pour vos proches, préparez votre succession et parlez-en avec eux. Quelques mots justes de votre part leur permettront de mieux comprendre vos décisions et éviteront les tensions familiales qui peuvent surgir plus tard. N’hésitez pas non plus à vous adjoindre les conseils avisés d’un professionnel à ce sujet.