Mes finances, mes projets, ma vie
17 novembre 2019

Comprendre la blockchain

Annoncée comme une des révolutions les plus importantes à venir depuis l’invention d’Internet, la blockchain défraie régulièrement l’actualité économique mondiale. Elle reste cependant assez souvent mal comprise ou confondue avec le bitcoin qui est une cryptomonnaie. Aujourd’hui, myLIFE fait le point sur ce sujet, vous explique de quoi il s’agit, comment ça marche, à quoi ça sert, et quel est son intérêt.

Définition

N’espérez pas toucher du doigt ou prendre la blockchain dans votre main, elle n’est pas un objet concret. La blockchain est une technologie informatique que l’on pourrait assimiler à une application ou à un logiciel comme ceux de votre smartphone ou de votre ordinateur. Malgré ses utilisations très concrètes, la blockchain est donc virtuelle.

Si l’on s’en tient à une définition communément admise, la blockchain permet de stocker et de transmettre des informations de manière transparente, sécurisée, sans instance de contrôle centralisée. Autrement dit, la blockchain prend la forme d’une base de données en réseau qui s’autorégule elle-même. Tous les utilisateurs sont sur un pied d’égalité face aux informations qu’elle contient. Il n’y a pas un administrateur plus influent qu’un autre.

À la façon d’un système politique républicain démocratique, la blockchain est à tout le monde et à personne en même temps. Une individualité ne peut se substituer à l’intérêt général en ce qui concerne son fonctionnement.

La blockchain est comme « un très grand cahier, que tout le monde peut lire librement et gratuitement, sur lequel tout le monde peut écrire, mais impossible à effacer et indestructible. » (Jean-Paul Delahaye)

La meilleure analogie pour définir la blockchain nous vient du mathématicien Jean-Paul Delahaye, qui la décrit ainsi : « Un très grand cahier, que tout le monde peut lire librement et gratuitement, sur lequel tout le monde peut écrire, mais qui est impossible à effacer et indestructible. »

On pourrait aussi évoquer l’image d’un historique, comme celui de votre navigateur internet, non modifiable et mis en réseau entre les utilisateurs.

Comment ça marche ?

Si l’on parle « d’une chaîne de blocs », c’est simplement parce que les informations sont rassemblées par blocs.

(Source: Blockchain France)

Pour garantir leur authenticité, toutes les informations sont cryptographiées au sein de la blockchain. Le système repose sur une structure de clés publiques et privées qui sont de longues suites de caractères numériques. Ma clé publique est à donner aux autres afin qu’ils puissent authentifier la provenance d’un message que je transmets grâce à sa signature qui est générée à l’aide de ma clé privée. Cette dernière doit rester privée et vous ne devez jamais la divulguer à qui que ce soit. En résumé :

  • la clé publique est générée en même temps que la clé privée avec laquelle elle forme une paire ;
  • je divulgue ma clé publique afin de permettre à des tiers de chiffrer les messages qu’ils me destinent. Étant le seul à disposer de la clé privée, je suis également le seul à pouvoir déchiffrer les messages ;
  • lorsque j’émets un message, je le signe avec ma clé privée. Les autres peuvent vérifier que j’en suis bien l’auteur grâce à ma clé publique.

C’est le principe de cryptographie asymétrique.

À intervalles de temps réguliers, tous les blocs d’informations sont vérifiés, et les utilisateurs forment un réseau de nœuds entre les blocs. Chaque fois que le contenu figurant dans un bloc est modifié, tous les utilisateurs en sont donc informés.

L’intérêt de la blockchain, c’est son caractère infalsifiable. C’est à la problématique de l’authenticité que répond cette technologie.

Quel intérêt ?

L’intérêt de la blockchain, c’est son caractère infalsifiable. C’est à la problématique de l’authenticité que répond cette technologie. Elle sera donc particulièrement utile pour assurer l’intégrité d’un document ou d’une transaction financière, par exemple. Ce qu’un document manuscrit ne pourra jamais garantir de la même façon. L’émetteur est-il vraiment celui qu’il prétend être ? L’expéditeur ? Comment garantir que le document n’a pas été modifié frauduleusement ? La blockchain assure l’identité des parties prenantes, tout autant que l’authenticité du contenu en jeu entre ces différentes parties.

Pour résumer, il faut distinguer 3 usages, ou fonctions, assurés par la blockchain :

  • transférer des actifs financiers monétaires (p.ex. bitcoins), ou bien des titres, actions, obligations ;
  • assurer la traçabilité d’un échange, auquel cas la blockchain fait office de registre ;
  • exécuter des contrats tel un programme autonome et automatique, sans intervention humaine.

Le cas du bitcoin

Nous venons de le voir, la blockchain présente un intérêt certain dans le cas d’échanges commerciaux et de transactions financières. Pour cette raison, elle fonctionne conjointement à une monnaie virtuelle, ou cryptomonnaie, dont une des appellations les plus connues est le bitcoin, mais qui n’est qu’une devise virtuelle parmi d’autres. Pour généraliser, il faudrait plutôt parler de token.

La blockchain ouvre donc la voie à une économie du token, dont les vertus sont à nouveau la transparence et la sécurité, même si certaines dérives ont fait surface. En réalité, ce n’était pas l’intégrité des cryptomonnaies qui était en jeu, mais plutôt les usages qui en étaient faits.

Pour éviter les critiques des experts, précisons ici que, à proprement parlé, le bitcoin est bien un coin et non un token. Expliquer la différence entre les deux dépasse l’ambition de cet article et nous vous renvoyons vers des contenus spécialisés en la matière si vous désirez en savoir davantage.

La preuve d’authenticité que fournit la blockchain est donc d’un grand intérêt.

Pour qui ?

La technologie blockchain a de beaux jours devant elle. Son application est prometteuse au niveau des assurances, des banques, du monde de la finance en général, mais également pour l’administration, le domaine juridique, notamment, ainsi que pour le secteur de la santé et celui du commerce, bien sûr. Tous ces marchés produisent des contrats à différentes échelles et de différentes natures ; la preuve d’authenticité que fournit la blockchain leur est donc d’un grand intérêt. Cette technologie permet également de réduire de nombreux frais de fonctionnement lors des transactions.

L’économie participative, ou le financement participatif, trouve aussi dans cette technologie de nombreuses vertus. L’absence d’intermédiaire et la formation en réseau se prêtent particulièrement bien à ces types d’économie et sont synonymes de simplicité, comme de sécurité, pour les utilisateurs.

Si comprendre la technologie blockchain n’est pas insurmontable, il y a cependant de nombreuses composantes plus ou moins complexes à appréhender. Nous n’en avons ici résumé que les principaux aspects. Si vous souhaitez cependant creuser le sujet, myLIFE vous recommande des contenus rédigés sur des sites spécialisés : « découvrir la blockchain » et « qu’est-ce que la technologie blockchain ? ».