Mes finances, mes projets, ma vie
9 mars 2021

Investissement : méfiez-vous des stéréotypes !

Face à l’offre croissante de produits financiers disponibles, il devient possible de trouver la formule qui correspond au mieux au profil de chaque investisseur. Pourtant, face à une telle diversité, on peut s’y perdre et avoir tendance à décider en fonction de stéréotypes qui nous rassurent, par exemple ceux liés au genre. Dans les faits, existe-t-il vraiment une manière féminine d’investir ? Peut-on deviner le genre d’un investisseur rien qu’en regardant la composition, les mouvements et la performance de son portefeuille d’actions ? Il est temps de tordre le cou à certains préjugés qui ont la vie dure.

S’il est vrai que femmes et hommes n’ont bien souvent pas les mêmes trajectoires de vie personnelle et professionnelle, il faut éviter de tomber dans le piège des stratégies marketing qui reposent sur des stéréotypes ne vous correspondant peut-être en rien. Disons-le d’emblée, peu importe que vous soyez une femme ou un homme, ce qui compte est d’établir une stratégie en fonction de votre profil d’investisseur et de ses spécificités.

Quelle similitude existe-t-il entre vous et cette femme représentée sur le papier glacé d’un prospectus vantant les mérites d’un produit financier dit typiquement féminin ? Probablement aucune. De même, ce n’est pas parce que vous êtes un homme aisé de 40 ans, qu’investir est forcément un instinct naturel et qu’une stratégie agressive s’impose.

Des clichés plus qu’une réalité absolue

La plupart des produits financiers qui s’adressent aux femmes s’appuient sur des d’études qui ont tendance à montrer que les femmes ont plus d’aversion à la perte que les hommes. Dès lors, leur appétence au risque serait plus faible. De telles études existent effectivement, mais cela ne signifie pas qu’il faut prendre leurs conclusions pour argent comptant. En effet, un grand nombre d’entre elles se base sur d’expériences réalisées en laboratoire au cours desquelles les sujets sont invités à se soumettre à des tests très théoriques et rarement contextualisés. À l’inverse, d’autres études réalisées en conditions réelles de prise de décision financière ne montrent aucune différence notable dans la prise de risques entre femmes et hommes.

Comment expliquer cette différence et où trouver l’origine d’appétence au risque parfois constatée entre femmes et hommes ? L’économie comportementale montre que notre prise de décision est rarement objective et rationnelle. Elle est souvent sous l’influence de facteurs tels que le contexte, la norme sociale, notre environnement.

Nous avons tendance à nous conformer à une norme qui semble nous correspondre, même si elle va à l’encontre de nos préférences personnelles et de nos intérêts propres.

Et en matière de normes sociales, les stéréotypes agissent parfois comme de puissants catalyseurs de prise de décision. Ils ont notamment tendance à influencer l’appétence au risque et l’aversion à la perte. Nous avons tendance à agir pour nous conformer à une norme qui semble nous correspondre, même si elle va à l’encontre de nos préférences personnelles et de nos intérêts propres. C’est une des raisons principales pour lesquelles beaucoup d’investisseurs se laissent influencer par les clichés liés au genre dans leur prise de décision. Quels sont ces clichés ?

On entend dire que les femmes, lorsqu’elles osent investir, le font de manière beaucoup plus conservatrice et frileuse que les hommes. Et les pseudo explications à l’appui de cette affirmation sont nombreuses : moins aptes à prendre des risques, moins éduquées en finance, moins douées pour les mathématiques. Certains osent même avancer des particularités biologiques ou hormonales pour justifier les différences.

Ces clichés, voire ces stéréotypes, pourraient prêter à sourire s’ils n’avaient pas une influence réelle sur les comportements. À force d’être entendus, ces affirmations sont bien souvent intégrées inconsciemment par des femmes qui voient leur confiance en elle se dégrader et leur comportement être influencé en fonction.

Des stéréotypes intégrés et des discriminations qui perdurent

En manque de modèles féminins dans l’investissement, beaucoup de femmes auront alors le réflexe de se tourner vers un produit présenté comme étant spécialement conçu par et pour les femmes. La raison ? Tout simplement le besoin d’être rassuré. Ainsi présenté, le cliché de la femme investisseur fonctionne si bien qu’il peut être perçu comme une norme sociale que l’on aspire à embrasser. Et cela a des conséquences qui débordent largement la sphère de l’investissement, par exemple dans l’accès à des postes de managers qui impliquent de prendre des décisions risquées.

Beaucoup de femmes se voient systématiquement proposer des solutions d’investissement très conservatrices, potentiellement moins rémunératrices que d’autres produits plus risqués.

Mais ce n’est pas seulement la femme investisseur qui va vouloir embrasser la norme. Cela peut aussi être le cas de celui qui lui propose des solutions d’investissement. Ainsi, beaucoup de femmes se voient systématiquement proposer des solutions d’investissement très conservatrices, qui leur rapporteront donc potentiellement moins que d’autres produits plus risqués.

Les stéréotypes liés au genre ne sont pas l’apanage des femmes. Il faut tout autant se méfier des études qui généralisent des traits de personnalités qui seraient typiquement masculins : une plus grande appétence au risque, beaucoup d’impulsivité et une tendance à revendre trop vite les positions de leur portefeuille.

Ce profil d’investisseur existe bel et bien, mais il n’est pas le propre de l’homme ! Un homme peut être un investisseur de type analytique et être également mal à l’aise avec des stratégies d’investissement agressives.

Comprendre le contexte pour investir sereinement

Lorsqu’on cherche à investir, il ne faut donc pas vouloir coller à ce qu’on pense être une norme, mais avant tout rechercher une solution qui correspond vraiment à son profil. Pour cela, il peut être très utile de se tourner vers un spécialiste en qui vous avez confiance et qui saura vous présenter, dans un environnement neutre et objectif, toutes les options possibles. Votre banquier est en principe le mieux placé pour cela.

Ne perdez jamais de vue que le contexte a une influence majeure sur la prise de décision et parfois même sur les performances des individus. Pour revenir au préjugé selon lequel les femmes seraient moins douées en mathématiques que les hommes, une équipe internationale de chercheurs, dirigée par la scientifique Paola Sapienza, s’est intéressée à l’origine de ce stéréotype. Ses conclusions : un manque de représentation des femmes dans les carrières scientifiques et plus particulièrement en mathématiques. En manque de modèles, les jeunes filles se laissent naturellement orienter vers d’autres disciplines. Ces préjugés sont même parfois inconsciemment renforcés à la maison où les carrières mathématiques sont rarement évoquées pour les jeunes filles.

Or ces préjugés culturels n’ont aucun fondement cognitif. Placées dans un environnement éducatif plus neutre, plus bienveillant ou vivant au sein de sociétés qui accordent plus d’importance à l’égalité homme-femmes, ces petites filles performent exactement de la même façon que les petits garçons du même âge.

On pourrait dresser un parallèle entre cet exemple et l’acte d’investir pour les femmes. Elles sont moins nombreuses que leurs congénères masculins à franchir le pas, probablement parce qu’elles sont en manque de modèles féminins ou parce qu’elles ont accès à des modèles fictifs et marketing qui ne leur correspondent pas. Mais une fois le pas franchi, les femmes qui deviennent des investisseurs avertis ne prennent pas moins de risques que les hommes.

Bien plus que le genre, c’est le profil de risque d’un individu qui compte lorsqu’il s’agit de choisir une stratégie d’investissement.

Reprendre le pouvoir !

Finalement, peu importe ce que veulent vraiment les femmes ou les hommes. Ce qui importe en matière d’investissement, c’est qui vous êtes, votre situation et ce que vous voulez vous en tant qu’individu. En effet, bien plus que le genre, c’est le profil de risque d’un individu, sa situation familiale, professionnelle, financière, patrimoniale et ses projets de vie qui doivent compter lorsqu’il s’agit de choisir une stratégie d’investissement.

Ce qui est vrai de vous comme individu, l’est aussi dans le choix d’un produit. Il n’y a pas de produit idéal dans l’absolu. Il y a en revanche des produits qui correspondent à votre profil et à vos préférences personnelles. Et d’autres qui ne vous conviennent pas du tout. À vous de trouver l’environnement financier le plus neutre possible au sein duquel vous pouvez vous entretenir en confiance avec un spécialiste qui ne tentera pas de vous faire rentrer dans des cases prédéfinies. Le rapport humain et la confiance sont ici des éléments importants !

Au moment d’établir votre profil de risque, ne considérez pas l’exercice comme une simple obligation légale mais prêtez-vous objectivement au jeu en répondant avec clarté et indépendance. C’est la meilleure manière d’aider votre banquier à vous accompagner efficacement.

Que vous soyez un homme ou une femme, il est temps pour vous de reprendre le pouvoir et d’exprimer clairement vos préférences personnelles en matière d’investissement plutôt que de vous laisser imposer une approche stéréotypée présentée sur un beau papier glacé.