Mes finances, mes projets, ma vie
19 février 2020

Opter ou non pour un scooter électrique ?

Avez-vous remarqué ? Un moyen de transport trouve de plus en plus d’adeptes sur les routes, notamment en milieu urbain : le scooter électrique. Vous hésitez encore à troquer votre véhicule thermique contre un scooter électrique ? Voici les informations essentielles pour vous aider à prendre votre décision.

Tant la hausse constante de la densité du trafic que la prise de conscience de l’impact environnemental des véhicules thermiques incitent progressivement les usagers de la route à changer leurs habitudes. Même si le chemin est encore long pour parvenir à des résultats satisfaisants, les modes de transports alternatifs se développent. Outre les transports en commun, de plus en plus d’utilisateurs se tournent vers des véhicules électriques : voiture, deux-roues, trottinette, etc.

Le scooter électrique est-il fait pour vous ?

Avant de vous lancer dans l’achat d’un scooter électrique, vérifiez que ce moyen de locomotion est adapté à votre situation et à vos besoins. Plusieurs paramètres sont à prendre en compte, notamment l’autonomie, la puissance, les équipements disponibles pour le recharger et, petit détail, le permis de conduire.

Pour Yohan Beaugeon, Responsable département BMW Motorrad chez Bilia-Emond à Luxembourg : « En dehors du prix d’achat, choisir un scooter électrique va dépendre de trois critères principaux : son utilisation, l’infrastructure environnante et le permis possédé par le conducteur. »

  • Utilisation : combien de kilomètres effectuez-vous chaque jour ? En milieu urbain ou hors agglomération ?

La première vérification à réaliser sur un scooter, c’est son autonomie. Si certains peuvent rouler plus de 160 km sans recharge, d’autres ne feront pas plus de 50 km ! De plus, l’autonomie affichée par les constructeurs est parfois éloignée de votre réalité. En effet, la tenue de la batterie est influencée par une multitude de facteurs. Pour vous faire une idée de l’autonomie réelle de votre scooter, n’hésitez pas à diminuer le chiffre annoncé de 15 % !

Autre point d’attention : la vitesse du scooter. Sachez que les équivalents 50 cm3 sont généralement plafonnés à 45 km/h. Si cela est largement suffisant en ville, cela risque d’être un peu limité sur une route nationale.

  • Infrastructures : En scooter au travail ? Oui, mais existe-t-il un moyen de le recharger à proximité ?

Si certaines batteries de scooters électriques sont amovibles et peuvent être branchées sur une prise de courant « classique », ce n’est pas le cas de tous les modèles. C’est pourquoi vous devez vous renseigner sur les bornes de charge disponibles à proximité de votre lieu de travail – et vérifier que vous avez le chargeur adapté pour vous y brancher. Si les bornes se multiplient dans les grandes villes, elles se font plus rares dans les campagnes.

Au Luxembourg, le réseau Chargy comptera au total 800 bornes, soit 1.600 points de charge en 2020 sur tout le pays. Vous en trouvez sur les parkings publics, de covoiturage et les P+R. Retrouvez la carte des emplacements des stations Chargy et Chargy-OK sur chargy.lu.

  • Permis : Le scooter que vous avez repéré nécessite-t-il un permis spécifique ?

Il existe différentes catégories de permis de conduire pour les deux-roues, qui dépendent de l’âge du conducteur et de la cylindrée. Permis A ou A2 pour une moto, permis A1 pour une 125 cm3 ou équivalent, AM pour un 50 cm3 ou équivalent. Avant d’acheter, vérifiez la législation à ce sujet !

  • Autre point à prendre en considération : le stockage du véhicule.

Si votre batterie n’est pas amovible, abriter son scooter électrique dans un garage est préconisé pour sa bonne conservation (et pour éviter les vols !).

« Comme la batterie est sensible au froid et à l’humidité, précise Yohan Beaugeon, l’idéal est de stationner son scooter dans un garage au sec et à l’abri des basses températures. En cas d’immobilisation plus longue, de mauvaises conditions de stockage peuvent faire perdre à la batterie en moyenne 15 % de sa charge. De plus, il est conseillé de mettre la batterie secondaire (qui sert à démarrer le véhicule) sous tension, sans quoi le scooter risque de ne pas démarrer en début de saison ».

La configuration optimale pour un scooter électrique reste la circulation urbaine.

Quelle est la situation idéale pour utiliser un scooter électrique ?

« La configuration optimale pour un scooter électrique reste la circulation urbaine, explique Yohan Beaugeon. Par exemple, un particulier, qui habite et travaille en ville ou en périphérie proche, pourra sans problème se rendre à son travail, sortir pour la pause de midi, partir en rendez-vous en cours de journée et rentrer chez lui. Il aura aussi plus facilement accès à des bornes de recharge en cas de besoin. S’il habite plus loin, il devra prendre plus de précautions et prévoir la possibilité de recharger son véhicule dans la journée. Cela signifie, avoir des bornes à proximité de son lieu de travail. En revanche, le scooter électrique n’est clairement pas adapté à une personne qui doit effectuer beaucoup de kilomètres par jour, sans pouvoir recharger son véhicule ».

L’économie financière pour le scooter électrique commence au kilomètre 0.

Le scooter électrique est-il vraiment économique ?

Certes, le prix d’achat d’un scooter électrique reste plus important que pour un scooter thermique. Les prix débutent autour de 2.000 € pour un équivalent 50 cm3 et peuvent grimper jusqu’à 16.000 € pour un maxiscooter ! Pourtant, une fois cet investissement effectué, le scooter électrique est le plus économique.

  • L’entretien. Les contrôles au garage d’un scooter électrique doivent être réalisés à la même fréquence que pour un engin thermique : renseignez-vous auprès de votre garage pour connaître les préconisations de la marque. En revanche, ces révisions sont bien moins importantes et coûtent deux fois moins chers que pour un scooter thermique.

« L’économie financière pour le scooter électrique commence au kilomètre 0, précise Yohan Beaugeon. Pour les entretiens d’un véhicule thermique, il faut compter les consommables, mais également effectuer les vidanges des différents liquides, changer les filtres, les bougies, etc.

En revanche, pour un électrique, il n’y a que les consommables : pneus, plaquettes, disques et liquide de frein. Le garage n’a qu’à contrôler l’état de la batterie et vérifier que le scooter est bien en ordre de marche. Il y a moins de travail et cela se ressent sur la facture. On passe d’un entretien de 250 – 300 euros (thermique) à 150 euros pour un électrique. »

  • Le « carburant ». Même si le Luxembourg est relativement épargné par rapport à ses voisins, les prix du carburant sont très variables et la facture peut vite grimper. En comparaison, le coût de l’électricité est bien moins onéreux.

« Prenons l’exemple du scooter électrique BMW qui consomme 9 kWh pour 100 km. Avec en moyenne un prix de 0,13 €/kWh au Luxembourg, cela coûte un peu plus d’un euro pour faire 100 km. En comparaison, le maxiscooter thermique consomme plus ou moins 5 litres/100 km. Avec un prix moyen de 1,2 €/l, le coût pour 100 km est de 6 €. À la fin du mois, cela représente une belle économie ! »

  • Prime de l’État. Depuis 2019, l’achat d’un scooter électrique donne droit à une prime. L’État verse jusqu’à 500 euros pour les véhicules 100 % électriques suivants : quadricycle, motocycle, motocycle léger (125 cm3) et cyclomoteur (scooter et pedelec45). Le montant de la prime s’élève à 25 % du coût hors TVA du véhicule, sans toutefois dépasser 500 euros. Cette aide financière est allouée jusqu’en décembre 2020.

Les sensations que procurent le scooter électrique sont bien différentes de celles d’un moteur thermique.

Quels sont les avantages et inconvénients du scooter électrique ?

Afin que vous puissiez faire votre choix de manière réfléchie, passons à présent en revue les avantages et inconvénients de ce mode de transport.

Les avantages :

  • L’aspect économique. Certes plus onéreux à l’achat qu’un modèle thermique, le scooter électrique vous donne la possibilité de profiter d’une prime de l’État. Il revient moins cher à l’utilisation grâce aux coûts d’entretiens et de recharge réduits. En outre, inutile de se déplacer à une station-service pour faire le plein avec l’électricité à domicile !
  • L’impact sur l’environnement. Les véhicules électriques polluent moins, puisqu’ils n’émettent pas de dioxyde de carbone (CO2), ni de gaz d’échappement dans l’atmosphère.
  • Les performances. Les sensations que procurent le scooter électrique sont différentes de celles d’un moteur thermique. Le couple est directement disponible, ce qui offre une forte accélération dès le démarrage et de bonnes reprises. Sur un scooter thermique, c’est beaucoup plus progressif.
  • L’agrément de conduite. Terminé les odeurs d’essence et le bruit du moteur qui hurle dans les rues. Le scooter électrique est silencieux ! Un avantage pour vos oreilles, même si, par conséquent, vous allez devoir redoubler de vigilance envers les piétons car ils ne vous entendront pas arriver !

Les inconvénients :

  • Le prix d’achat. Il faut prévoir un budget de départ plus élevé que pour un véhicule équivalent thermique, quelle que soit la puissance du modèle.
  • L’autonomie. Même si des efforts ont été réalisés dans ce domaine, l’autonomie d’un scooter électrique reste nettement moins importante que son équivalent thermique.
  • Le recyclage des batteries. Les batteries au lithium en fin de vie constituent un vrai déchet polluant en raison des produits chimiques qui la composent.
  • Un deux-roues sans les sensations du deux-roues. Pour les motards puristes, l’absence de bruit et de vibrations du moteur, effacent un peu le plaisir de conduire…

Les scooters électriques ont beaucoup évolué ces dernières années. Ils sont plus abordables, mieux adaptés, plus performants et plus élégants aussi !

Pour conclure…

Yohan Beaugeon, mordu de moto depuis son plus jeune âge, considère que les scooters électriques ont beaucoup évolué ces dernières années. Ils sont plus abordables, mieux adaptés, plus performants et plus élégants aussi !

« J’ai régulièrement l’occasion de rouler le BMW C-Evolution et je trouve que l’agrément de conduite et la performance de ce scooter électrique sont vraiment impressionnants.

Cela dit, en tant que motard passionné, il manque quand même les vibrations et la sonorité du thermique, c’est un peu trop linéaire pour moi. Je reste cependant convaincu que les véhicules électriques ont leur place sur le marché et qu’il y a une clientèle pour ces modèles. La demande est d’ailleurs croissante. Je constate que de plus en plus de personnes délaissent leur voiture, pour passer au scooter électrique et, ainsi, limiter les désagréments de la route ».

Voilà, vous êtes au courant de tout ce qu’il faut savoir pour faire votre choix de manière raisonnée. Bonne route !