Mes finances, mes projets, ma vie
27 février 2024

Placements: trouver le prochain Amazon

Qui n’a jamais rêvé de faire fortune en investissant avec succès dans le prochain Amazon, Google ou Tesla? Mais pour mettre toutes les chances de votre côté, mieux vaut peut-être s’adjoindre les services d’un gestionnaire de fonds d’investissement ayant fait ses preuves dans la sélection d’entreprises en début de croissance.

Pour un investisseur, l’idée de trouver le prochain Amazon au moment où il n’est encore qu’une étincelle dans l’œil de son fondateur est séduisante. Ceux qui ont investi dans les actions de la société lors de son introduction en bourse en mai 1997, en faisant confiance au concept alors largement théorique de la vente de livres et de CD en ligne, ont vu leur argent fructifier de plus de 100.000%. Une simple « bonne pioche » a permis à quelques chanceux de dégager un rendement exceptionnel.

On se souviendra toutefois également des Friends Reunited, Palm, Gateway et autres AltaVista. Toutes ces entreprises ont à un moment donné semblé promises à un avenir radieux. Chacun sait qu’une bonne idée n’est pas nécessairement un bon investissement et que si les investisseurs peuvent toucher le gros lot, ils peuvent aussi perdre l’intégralité de leur mise. La différence entre l’un ou l’autre tient souvent à un détail. Si identifier le prochain Google était chose aisée, tout le monde le ferait.

Si identifier le prochain Google était chose aisée, tout le monde le ferait.

Pour ceux qui souhaitent encore trouver les Amazon de demain, plusieurs pistes existent. La première consiste simplement à essayer de choisir un futur champion. Vous effectuez vos recherches dans le but de dénicher un géant technologique plein d’avenir qui n’en est encore qu’à ses balbutiements.

Si vous lisez un article à son sujet, il est déjà trop tard

La difficulté consiste à identifier l’entreprise avant tout le monde, ce qui exige une connaissance et une perspicacité rares. Si vous êtes actif dans un domaine bien précis, par exemple l’informatique, vous pourriez être en mesure de repérer les tendances naissantes plus tôt que la plupart des gens et trouver des opportunités d’investissement appropriées, mais c’est rare.

En général, si vous lisez un article dans les médias sur une entreprise donnée, son potentiel de croissance se reflète probablement déjà dans le cours de son action, ou dans la demande d’investissement si elle n’est pas encore cotée en bourse.

Quand on adopte ce type d’approche, il est utile de l’envisager comme le tiercé. Vous pouvez rassembler des informations sur les entraîneurs, la forme, l’histoire et les conditions, mais en fin de compte, deviner qui va gagner la course n’est guère plus qu’un jeu de pile ou face. Toujours intéressé(e)? Ne misez dans ce cas qu’une très petite partie de votre portefeuille, qui plus est avec des fonds que vous pouvez vous permettre de perdre.

Les fonds d’investissement

En tant qu’investisseur averti, vous pouvez également vous tourner vers les placements collectifs – par exemple, un fonds de capital-risque dont le gestionnaire s’efforcera de soutenir un certain nombre d’entreprises à fort potentiel dans l’espoir qu’une ou deux d’entre elles réaliseront les gains exceptionnels d’Amazon, de Tesla ou de Meta.

Les investisseurs doivent avoir l’assurance que le gestionnaire du fonds est un spécialiste qui possède les compétences et l’expérience nécessaires pour analyser les entreprises en détail et comprendre si l’équipe de direction est susceptible de tenir ses promesses et de réaliser le potentiel commercial ou technologique de l’entreprise.

Il existe de nombreuses sociétés d’investissement qui suivent de telles stratégies, et certaines d’entre elles ont fait leurs preuves en soutenant des entreprises en début de croissance qui génèrent des rendements impressionnants sur le long terme. Néanmoins, les rendements peuvent être volatils.

Sur les dix dernières années, le cours de l’action Tesla a chuté de 30% à plus de dix reprises.

Il arrive que même les meilleures entreprises soient délaissées. Sur les dix dernières années, le cours de l’action Tesla a chuté de 30% à plus de dix reprises. Amazon n’a commencé à réaliser des bénéfices qu’en 2003, soit près de sept ans après son introduction en bourse, et sa valeur a chuté de manière significative lors du lancement d’Amazon Prime en 2007, immédiatement suivi par la crise financière mondiale. En fin de compte, les deux entreprises se sont révélées être des choix judicieux pour les investisseurs patients qui ont tenu bon contre vents et marées.

Différents types de fonds investissent dans des entreprises en devenir. Certains gestionnaires ne soutiennent les entreprises qu’une fois qu’elles sont cotées en bourse, alors que les sociétés de capital-risque investissent dans des entreprises encore privées et fournissent un financement tout au long de leur cycle de vie – du financement d’amorçage à l’entrée en bourse et au-delà. Chaque type d’investissement s’accompagne de différents niveaux de risque et de rendement potentiel.

Incitations fiscales pour les investissements de début de croissance*

Les gouvernements souhaitent vivement que les investisseurs orientent leurs capitaux vers de petites entreprises qui ont besoin d’un soutien financier pour se développer; elles sont souvent le principal moteur de la croissance économique et la source de nouveaux emplois. C’est pourquoi, dans de nombreux pays, d’importantes mesures d’incitation fiscale sont disponibles pour encourager l’investissement dans les entreprises en phase de démarrage ou de post-création, ce qui peut inciter à prendre le risque d’investir dans des entreprises dont le succès final n’est en aucun cas garanti.

Au Luxembourg, la SICAR (Société d’investissement en capital à risque), introduite en 2004, offre un véhicule réglementé de capital-risque ou de capital-investissement. La SICAR est conçue pour combler le fossé entre les fonds soumis aux règles des OPCVM de l’Union européenne pour les investissements de détail et les sociétés non réglementées qui investissent dans des actions ou des financements – les « Soparfis » –, souvent utilisées pour les investissements en capital-investissement.

Les particuliers plus fortunés – ceux qui peuvent se permettre de placer 100.000 euros ou plus dans un seul fonds et qui, selon la loi luxembourgeoise, sont considérés comme des investisseurs avertis – peuvent également avoir accès à des structures de fonds d’investissement alternatifs tels que les fonds d’investissement alternatifs réservés luxembourgeois.

Cibler les PME

D’autres pays, comme la France et le Royaume-Uni, offrent des incitations fiscales à l’investissement dans les petites et moyennes entreprises. Les fonds de capital-risque britanniques, qui sont ouverts aux investisseurs individuels, offrent un crédit d’impôt sur le revenu de 30% pour les investissements détenus pendant une période supérieure à cinq ans. Cela peut atténuer le risque d’investir dans des entreprises plus petites et, par définition, plus imprévisibles, et constitue un amortisseur potentiel de la volatilité des performances d’investissement.

La perspective de trouver le prochain Amazon ou Google est séduisante – et vous pourriez avoir de la chance. Cependant, de nombreuses idées brillantes se disputent l’attention des investisseurs et peu d’entre elles deviendront les géants technologiques de demain, dont le chiffre d’affaires se chiffrera en milliers de milliards de dollars. Au lieu de se lancer à corps perdu dans la recherche de la perle rare, il peut être intéressant de considérer également les incitants fiscaux disponibles et d’identifier les gestionnaires professionnels qui ont déjà démontré à maintes reprises leur capacité à trouver les futurs gagnants.

Dans de nombreux pays, d’importantes mesures d’incitation fiscale sont disponibles pour encourager l’investissement dans les entreprises en phase de démarrage ou de post-création, ce qui peut inciter à prendre le risque d’investir dans des entreprises dont le succès n’est en aucun cas garanti.

* « N’oubliez jamais que les informations fournies doivent toujours être considérées en fonction de votre situation personnelle et qu’elles peuvent changer en fonction de la législation. »