Mes finances, mes projets, ma vie
14 décembre 2018

Se faire accompagner par un Business Angel : comment ça marche ?

Á côté du soutien financier dans le développement de son entreprise, faire appel à un Business Angel permet de bénéficier d’un soutien sur de nombreux autres plans. Pour mieux comprendre comment cela se passe sur le terrain, myLIFE a rencontré Alfonso García Frey, CEO & CO-FOUNDER / PhD de Yotako. Il nous explique en quoi ces « anges d’affaires » l’ont aidé à développer sa start-up.

Bonjour Monsieur Alfonso García Frey. Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste votre activité ?

« Chez Yotako, nous aidons les développeurs d’applications web et mobiles à être plus efficaces. En deux mots, lorsque vous voulez créer une application mobile, les designers conçoivent avec vous la partie visuelle : pages, couleurs, etc. Cette partie graphique est ensuite traduite en code par un ou plusieurs développeurs. Ces derniers vont étudier les designs et faire le nécessaire pour que votre application soit compatible avec les différents types de téléphones (iOS, Android), avec les navigateurs web (Firefox, Chrome, etc.) et leurs différentes versions. Cela peut prendre plusieurs semaines, voire plusieurs mois !

Avec Yotako, tout cela se fait en quelques clics ! Nous transformons le design en lignes de code. D’ailleurs, si vous êtes plus à l’aise avec du papier et un crayon, vous pouvez aussi utiliser Yotako Freehand Canvas pour dessiner vos applications.

Vous êtes actuellement soutenu par plusieurs Business Angel. À quel moment sont-ils intervenus ? Qui a fait le premier pas ?

On peut dire que l’initiative est partagée. Lors de notre levée de fonds en 2017, nous étions à la recherche de Business Angels. Nous en avons trouvé et cette démarche a eu l’avantage de nous faire connaître. Ainsi, lorsque d’autres investisseurs ont découvert notre projet, ils nous ont contactés pour en savoir plus. Ils ne sont ainsi pas tous intervenus au même moment : certains nous accompagnent depuis le début, d’autres ont par contre participé à la levée de fonds à la dernière minute. Finalement, nous sommes aujourd’hui soutenus par cinq Business Angels.

Comment les avez-vous convaincus de se lancer avec vous dans l’aventure ?

Les Business Angels qui nous soutiennent sont des personnes avec qui nous pouvons avoir des réflexions objectives sur des éléments concrets. Une fois que la volonté de collaborer a été établie, nous avons commencé à envisager les points plus sensibles, comme les montants ou les conditions du deal. De manière générale, nous pouvons dire que les deux parties étaient séduites l’une par l’autre. Cela a évidemment facilité les discussions et les a rendues plus efficaces.

Nous avons la chance de pouvoir compter sur une équipe de Business Angels riches d’expériences diverses et complémentaires. Il s’agit de personnes avec des très bons réseaux, des entrepreneurs à succès, des profils complémentaires aux nôtres… Tout ceci représente une des grandes forces du projet et une valeur ajoutée indéniable.

Concrètement en quoi vous ont-ils aidé ?

La plupart d’entre eux nous ont aidés sur deux aspects majeurs : un apport financier d’un côté et un soutien à valeur ajoutée de l’autre. Chez Yotako, nous avons la chance de pouvoir compter sur une équipe de Business Angels riches d’expériences diverses et complémentaires. Il s’agit de personnes qui disposent de très bons réseaux. Ce sont des entrepreneurs à succès avec des profils complémentaires aux nôtres. Tout ceci représente une des grandes forces du projet et une valeur ajoutée indéniable… surtout pour une start-up !

Qu’est-ce qui favorise votre collaboration ?

De façon générale, je peux dire qu’une bonne collaboration dépend fortement de la relation humaine entretenue avec le Business Angel et aussi du niveau d’implication de celui-ci dans le projet. Pour certains, le projet est un investissement de plus, pour d’autres, c’est une manière de s’impliquer dans un projet excitant.

Dans les deux cas, il est toujours bon de pouvoir compter sur des personnes ayant de l’expérience, des connaissances, un réseau et un point de vue différent. On peut ainsi considérer un maximum d’alternatives, surtout dans les moments difficiles où des décisions critiques doivent être prises.

Comment vous organisez-vous au quotidien ?

Nous essayons de traiter les points majeurs autour de ce que nous appelons des « Conseils Stratégiques ». Je préfère ouvrir la discussion à l’ensemble des investisseurs dès que possible. Pas seulement pour que nous partagions tous les mêmes informations, mais surtout pour enrichir les échanges et avoir un maximum de points de vue sur les sujets à traiter. Pour les décisions urgentes, on privilégie la communication par mail ou téléphone. Çela fait partie du quotidien.

Je pense qu’il faut saisir l’opportunité de côtoyer des personnes aussi expérimentées sur le plan professionnel et humain !

Êtes-vous le seul maître à bord ou les Business Angels participent-ils à la gestion de votre entreprise ?

En tant que Société Anonyme, nous avons un Board of Directors dont les compétences sont bien définies et réglementées par la loi et les statuts de la société. Cela délimite la capacité d’action des membres en fonction de leurs responsabilités. Ainsi, un investisseur faisant partie du Board of Directors n’aura pas les mêmes responsabilités que celui qui n’en fait pas partie.

Chez Yotako, nos investisseurs n’ont pas de poste de direction. La gestion journalière de la société est donc à ma charge. Cela n’empêche pas d’échanger pour prendre certaines décisions de gestion. Je pense qu’il faut saisir l’opportunité de côtoyer des personnes aussi expérimentées sur le plan professionnel et humain.

Avez-vous eu des craintes particulières lorsque vous avez fait appel à des Business Angels ?

Je craignais surtout qu’ils ne soient pas disponibles !

N’ayez pas peur de poser des questions. Apprenez vite et laissez-vous aider. Et surtout, préférez la qualité à la quantité.

Quel conseil donner à un jeune entrepreneur qui voudrait faire appel à un Business Angel ?

Soyez humble et sincère avec vous-même et avec vos futurs investisseurs. Un Business Angel est une personne comme vous et moi, avec ses expériences, ses compétences, son réseau et sa propre vision des choses. Essayez d’en profiter. N’ayez pas peur de poser des questions. Apprenez vite et laissez-vous aider. Et surtout, préférez la qualité à la quantité. »

Découvrez l’interview de Larissa Best, Présidente du Luxembourg Business Angel Network (LBAN)  pour en apprendre plus sur les Business Angels  et connaître leur avis sur leur valeur ajoutée.