Mes finances, mes projets, ma vie
20 octobre 2021

Valider ses compétences grâce à la VAE

Vous avez acquis des compétences que vous aimeriez faire reconnaître de manière officielle en obtenant un titre qui reflète votre savoir-faire ? La VAE – validation des acquis de l’expérience – peut vous permettre de convertir vos connaissances et aptitudes en diplômes reconnus. Comment fonctionne-t-elle ?

Après 5 années passées à Singapour comme expatriée, Sophie, de retour au Luxembourg, souhaiterait valoriser les expériences qu’elle a acquises en tant qu’éducatrice bénévole afin de réorienter sa carrière professionnelle. Mathias, pour sa part, travaille depuis 12 ans dans un salon de coiffure. Autodidacte, il a acquis progressivement ses compétences et se sent aujourd’hui prêt à ouvrir son propre salon.

Tous deux ont besoin de faire reconnaître officiellement leurs aptitudes afin d’atteindre leurs objectifs. Pour les y aider, ils peuvent profiter du système de validation des acquis de l’expérience (VAE).

Qu’est-ce que la VAE ?

La validation des acquis de l’expérience (VAE) est un dispositif permettant de valoriser des compétences ou expériences (professionnelles ou extra-professionnelles) afin d’obtenir un diplôme officiel ou d’accéder à un programme d’études.

La reconnaissance obtenue avec la VAE peut viser des objectifs divers : enrichir son CV pour améliorer son employabilité, entamer une reconversion, favoriser une évolution professionnelle, accéder à certains métiers ou encore se mettre à son compte. Elle permet également de s’inscrire à un cycle d’études supérieures ou de raccourcir son parcours de formation en validant certaines compétences.

Les diplômes ou la validation de certains cours obtenus grâce à une VAE sont équivalents à ceux qu’une formation classique attribue.

→ Les diplômes ou la validation de certains cours obtenus grâce à une VAE sont équivalents à ceux qu’une formation classique attribue.

Par l’intermédiaire de ce dispositif, Sophie pourrait décrocher un diplôme d’éducatrice et serait en mesure de certifier son expérience auprès d’un futur employeur au Luxembourg. Mathias, quant à lui, pourrait obtenir le brevet de maîtrise dont il a besoin pour ouvrir son salon de coiffure.

Plusieurs types de VAE existent au Luxembourg

Selon la nature du diplôme convoité, plusieurs types de validation des acquis de l’expérience peuvent être sollicités au Grand-Duché.

    • La VAE pour l’obtention d’un certificat ou diplôme de l’enseignement secondaire général – diplôme de fin d’études secondaires générales (DFESG), diplôme de technicien (DT), diplôme d’aptitude professionnelle (DAP), certificat de capacité professionnelle (CCP) – ou pour un brevet de maîtrise de l’artisanat.
      Organisme de contact : le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse.
    • La VAE pour l’obtention d’un Brevet de Technicien Supérieur (BTS), même si tous les BTS ne sont à ce jour pas encore accessibles par la VAE.
      Organisme de contact : le lycée qui propose le diplôme visé.
    • La VAE pour l’obtention d’un diplôme de cours du soir.
      Organisme de contact : le Luxembourg Lifelong Learning Center (LLLC) de la Chambre des Salariés.
    • La VAE pour l’accès aux études menant à un diplôme d’enseignement supérieur de type bachelor ou master. Attention, cette procédure de VAE permet d’ouvrir l’accès à un niveau d’étude ou d’obtenir des dispenses de cours, mais elle n’attribue pas automatiquement le diplôme correspondant.
      Organisme de contact : l’Université de Luxembourg.

Les conditions d’accès à la VAE, les coûts et les délais d’introduction des demandes varient selon l’organisme qui délivre la validation.

Comment faire une demande de VAE ?

La VAE est ouverte à tous, quels que soient l’âge, le niveau d’étude ou la situation professionnelle. Une des conditions de base pour faire une demande de VAE est de pouvoir justifier d’une activité professionnelle, salariée, non-salariée ou bénévole d’au moins trois années (ou de 5.000 heures), en continu ou non, dans un domaine en rapport direct avec la certification visée.

Les conditions d’accès à la VAE, les coûts et les délais d’introduction des demandes varient ensuite en fonction de l’organisme qui délivre la validation.

Pour Sophie et Mathias, la première étape est donc d’identifier le diplôme qui correspond le mieux aux compétences qu’ils souhaitent faire valider. Ce choix est primordial : plus il sera en adéquation avec les qualifications à faire reconnaître, plus nos deux candidats seront en mesure d’obtenir leur VAE.

Comment choisir un diplôme adapté à son expérience ?

Afin de déterminer le diplôme correspondant le mieux à ses aptitudes, on peut se rapprocher des organismes et instituts de formation. En ce qui concerne les diplômes de l’enseignement secondaire général, il est possible de contacter la Cellule VAE du ministère ou d’examiner le détail des formations sur le site portal.education.lu. Pour les brevets de maîtrise, il convient de consulter les programmes Hands Up de la Chambre des Métiers et pour l’accès aux diplômes de l’enseignement supérieur, de se reporter à la liste des bachelors et des masters délivrés par l’Université de Luxembourg. Si l’on vise un brevet de technicien supérieur, on peut se référer à la liste des BTS et se renseigner auprès des lycées. Enfin, les profils de formation proposés par le LLLC informent sur les cours du soir.

Selon le diplôme choisi, les postulants devront ensuite déposer un dossier de candidature, une demande de VAE ou constituer un dossier de validation (en deux étapes : la « demande de recevabilité » et la « demande de validation sur le fond ») pour prouver qu’ils ont les connaissances et compétences liées à la qualification visée.

Cette démarche demande du temps et une forte implication personnelle. Le candidat à la VAE doit faire un travail d’analyse et d’introspection afin de décrire le plus précisément possible ses expériences et convaincre qu’il a toutes les compétences indispensables à l’obtention du diplôme.

→ Dans le cadre de la VAE pour l’obtention d’un diplôme de l’enseignement secondaire général ou d’un brevet de maîtrise de l’artisanat, il est possible, sur demande, de se faire accompagner afin d’élaborer la « demande de validation sur le fond ».

La requête est ensuite soumise à un jury ou à une commission qui peut, si besoin, demander des entretiens complémentaires ou des mises en situations professionnelles. Après analyse du dossier, la validation de l’expérience du candidat peut être :

    • Totale : le diplôme est attribué ou l’accès aux études est ouvert pour le niveau demandé.
    • Partielle : le candidat présente des lacunes, il doit compléter ses connaissances durant une période déterminée, en réalisant des stages ou en suivant des cours ; il est dispensé de suivre certains cours.
    • Refusée : si le jury ou la commission juge que l’expérience n’est pas suffisamment en adéquation avec le diplôme convoité ou avec le niveau d’étude demandé.

Sophie et Mathias savent désormais que la VAE peut les aider à concrétiser leurs projets. La démarche demande, il est vrai, une bonne préparation et une grande implication, mais le jeu en vaut la chandelle. Non seulement cela permet d’enrichir son profil en valorisant ses compétences, mais c’est aussi très gratifiant d’un point de vue personnel. Être reconnu à son juste niveau « booste » l’estime de soi.

Alors, n’hésitez plus : lancez-vous !