Mes finances, mes projets, ma vie
23 octobre 2018

Comment financer sa start-up au Luxembourg?

Un projet, une idée, une envie de vous lancer dans la grande aventure de l’entrepreneuriat ou de faire évoluer votre société? Si la motivation ne manque pas, trouver le financement est souvent un parcours du combattant qui la met à rude épreuve. Heureusement, le Grand-Duché est un écosystème propice aux start-up et il existe de nombreux moyens pour y trouver des financements. myLIFE a concocté pour vous une liste non-exhaustive des solutions existantes pour financer votre entreprise.

L’emprunt auprès d’une banque

Après avoir fait le tour des ressources internes de votre société, c’est-à-dire de vos fonds propres, après avoir sollicité vos éventuels associés ou partenaires, voire vos proches, il vous reste de nombreuses solutions possibles. A côté des Business Angels et autres Venture Capitalists, la solution la plus évidente pour financer votre start-up consiste à faire appel à un établissement de crédit. Si votre projet tient la route, que vous êtes convainquant et que vous présentez à la banque des garanties adaptées, vous devriez pouvoir accéder à plusieurs types de financements (prêt d’investissement, crédit-bail, crédit de caisse, etc.) adaptés aux besoins des entreprises.

La SNCI

Autre possibilité, s’adresser à la SNCI ou Société Nationale de Crédit et d’Investissement. Cet «établissement bancaire de droit public spécialisé dans le financement à moyen et long terme des entreprises luxembourgeoises» accorde notamment des prêts de création et de reprise, des prêts à l’investissement, à l’innovation, ainsi que des crédits à l’exportation. Si ses prêts et crédits couvrent en moyenne 25% du coût d’un projet industriel, ils peuvent couvrir jusqu’à 75% des investissements éligibles dans le cas d’un crédit d’équipement pour le premier établissement de jeunes artisans, commerçants, hôteliers ou restaurateurs. Renseignez-vous, les solutions de financements proposées sont nombreuses.

Les aides à l’obtention d’un prêt

  • La mutualité de cautionnement (MC). Les garanties fournies à la banque ne sont pas suffisantes ? Sachez que vous pouvez obtenir un soutien de la Mutualité de cautionnement. Cette dernière vise à faciliter l’accès au financement bancaire, en se portant garant auprès des banques pour les entreprises qui détiennent une autorisation d’établissement.
  • La mutualité des PME (mpme).  Celle-ci soutient les PME luxembourgeoises en jouant notamment un rôle de facilitateur en apportant une couverture totale ou partielle du financement de vos projets.
  • La garantie InnovFin. Si votre PME opère dans le secteur de l’innovation, n’hésitez pas à solliciter la garantie InnovFin, qui a été mise en place par la Banque européenne d’investissement (BEI) via le Fonds européen d’investissement (FEI). Cette garantie permet à des intermédiaires financiers, comme une banque luxembourgeoise, d’accorder aux sociétés éligibles sous InnovFin, des prêts garantis à 50% par le FEI. La banque prend ainsi moins de risques et peut octroyer des crédits compris entre 25.000€ et 7.500.000€.

Les alternatives au prêt bancaire

  • Le Business Angel. Au moment du lancement de votre activité, n’oubliez pas la solution du Business Angel. Il intervient au début de l’aventure et choisit généralement de soutenir de jeunes entreprises innovantes. En plus de vous fournir entre 10 et 30% du capital, il vous fera bénéficier de son expérience et de ses contacts. Comptez sur (et avec) lui!
  • Le Venture Capitalist. Si votre société montre des signes de développement prometteur et que vous cherchez des financements pour la faire évoluer rapidement, le Venture Capitalist (VC) ou investisseur en capital-risque peut être une bonne option. En échange de parts et bien souvent d’une place au Conseil d’Administration, il pourra apporter un joli pactole pour booster votre activité.

Crédit refusé? Ne baissez pas les bras, il existe des alternatives. Si vous n’avez pas ou peu de moyens, vous pouvez vous tourner vers une institution de microfinance.

  • Les institutions de microfinance. Votre demande de crédit a été refusée? Ne baissez pas les bras. Si vous n’avez pas ou peu de moyens, vous pouvez vous tourner vers une institution de microfinance. Ces dernières proposent notamment des micro-crédits d’un montant maximal de 25.000€. Renseignez-vous auprès de la Maison de la microfinance gérée par l’association ADA.
  • Le crowdfunding. Autre solution très à la mode, le crowdfunding ou financement participatif. Le principe consiste à réunir un grand nombre de personnes via une plateforme internet, pour financer un projet ou une start-up. Les personnes qui contribuent et investissent dans votre entreprise peuvent recevoir en contrepartie une participation dans le capital de la société. Ce n’est pas la seule possibilité. Le crowdfunding peut également constituer en un don contre don, c’est-à-dire qu’en échange d’un soutient financier, l’investisseur privé recevra le produit/service qu’il soutient une fois celui-ci développé, avec ou sans remise.

Les Fonds d’investissement

Autre moyen pour que votre société puisse se développer, faire appel à un Fonds d’investissement. La Société Nationale de crédit et d’Investissement (SNCI) et le Fonds Européen d’investissement (FEI) ont constitué le Luxembourg Future Fund. Ce fonds de 150 millions d’euros réalise des investissements directs et indirects dans des PME innovantes en phase de démarrage, de développement ou de croissance.

Le Digital Tech Fund, est un Fonds d’amorçage pour les start-up du domaine des TIC qui a aussi été créé par l’Etat luxembourgeois avec 7 autres investisseurs privés (dont la BIL), afin de soutenir financièrement les jeunes pousses en phase de lancement.

Les aides publiques

Le Ministère de l’Economie luxembourgeois propose une série d’aides pour les PME (en création ou déjà installées) appelées les «aides de la loi-cadre classes moyennes». Un beau coup de pouce pour l’entrepreneur, qu’il soit dans l’industrie, le commerce, la construction ou encore les services. Diverses et variées, ces aides sont réparties selon les régimes suivants.

  • Aide à l’Investissement. L’aide à l’investissement pour PME artisanales ou commerciales a été mise en place afin de favoriser la création et la reprise d’entreprise au Luxembourg. Elle s’applique sur les investissements en immobilisations corporelles (terrain, constructions, machines, mobilier, matériel informatique, etc.) et incorporelles (logiciels, brevets, marques, fonds de commerce, etc.).
  • Aide aux créateurs ou aux repreneurs d’entreprises. S’il s’agit du premier établissement de la société ou de la reprise d’un établissement existant, vous avez droit à une majoration de 10 points de pourcentage sur le taux d’intervention de base de l’aide à l’investissement pour PME. Cela s’appelle l’aide Investissement initial.
  • Aide en matière de protection de l’environnement et utilisation rationnelle de l’énergie. Vous avez prévu de réaliser des investissements en matière de protection de l’environnement ou d’économie d’énergie, sachez que vous pourrez bénéficier d’un concours de l’Etat. Les montants de ces aides sont variables en fonction du type d’investissement, mais aussi selon que vous soyez une PME qui réponde aux critères de la loi cadre ou une entreprise industrielle soumise à d’autre législation.
  • Aide à l’Innovation. A côté de l’aide à l’innovation des PME proprement dite, le Luxembourg propose de nombreuses aides dans le domaine de la R&D et de l’Innovation (aide pour les jeunes entreprises, conseils, infrastructures, faisabilité technique, etc.). Si vous êtes dans ce créneau, n’hésitez pas à faire une demande!
  • Aide «sécurité alimentaire». Réservée aux entreprises artisanales et commerciales du secteur de l’alimentation, cette aide porte sur le financement de méthodes, instruments et mesures en rapport avec l’hygiène, la traçabilité et la sécurité alimentaire.

Si vous n’entrez pas dans les critères pour bénéficier d’une aide «classique», il existe un régime dérogatoire (…).

  • Aide «de minimis». Les aides aux PME sont évidemment accordées à condition de remplir certains critères que nous ne détaillons pas ici. Renseignez-vous donc avant de vous lancer. Et si vous n’entrez pas dans ces critères pour bénéficier d’une aide «classique», sachez encore qu’il existe un régime dérogatoire qui peut vous soutenir jusqu’à 200.000€. Cela s’appelle l’aide «de minimis»  pour les grandes entreprises commerciales ou artisanales et professions libérales.

Il existe encore d’autres aides publiques encadrées par la loi cadre classes moyennes (première participation à une Foire, recours à un service de conseils), ainsi que par d’autres textes législatifs relatifs à divers aides publiques aux sociétés et entreprises industrielles. Ainsi, votre jeune start-up peut aussi bénéficier d’aides spécifiques de l’Etat notamment pour les infrastructures touristiques, la digitalisation ou encore l’exportation. Attention, Le régime des aides publiques a été réformé au Luxembourg en 2018. Des modifications ont été apportées et de nouvelles formes d’aides ont vu le jour. Renseignez-vous!

Les initiatives spécifiques

Pour terminer ce tour d’horizon, n’oubliez pas que le Luxembourg se positionne comme une terre d’accueil pour les start-up. Plusieurs structures accompagnent les jeunes créateurs d’entreprises (Innohub, LHoFT, Luxinnovation, Nyuko, Technoport, Paul Wurth InCub) et les aident à accéder à des financements. Des événements sont organisés à destination des jeunes pousses prometteuses, notamment dans le domaine des nouvelles technologies, comme par exemple: Fit4Start, Pitch your Startup, Startup World Cup Luxembourg. La plupart de ces événements sont en fait des concours permettant de remporter des subventions et de rencontrer des investisseurs. Encore un moyen de trouver des fonds pour votre société et mener à bien votre projet. Ne les manquez pas!