Mes finances, mes projets, ma vie
14 décembre 2018

Comment partager le budget du ménage?

Qu’elle est belle cette nouvelle vie à deux faite de petites attentions, de fous rires et de tendres moments! Oui mais voilà. Il y a aussi un frigo à remplir, des factures qui s’accumulent et la cuisine à refaire. Comment répartir les dépenses équitablement et éviter que des questions financières ne viennent fragiliser cette idylle? myLIFE passe en revue pour vous les différentes formules qui ont fait leurs preuves… non sans rappeler qu’il appartient à chaque couple de trouver son propre équilibre.

Le 50 / 50

C’est carré, c’est facile et c’est clair. Avec cette approche, chacun paye exactement la même chose que l’autre pour couvrir les dépenses communes et fait ce qu’il veut avec l’argent qui lui reste. Au nom de l’égalité, c’est l’approche retenue par de nombreux couples en concubinage ou mariés.

Ici, finance et sentiment sont clairement séparés et, dans le principe du partage, il n’y a pas de réelle différence avec une colocation classique. Chaque conjoint alimente alors un compte commun avec des montants identiques. Montants à ajuster d’un commun accord en fonction des dépenses courantes et des projets de couple. Pas besoin de calculer qui aurait payé le plus pour ceci ou cela, ni de raison de se disputer pour des remboursements qui tardent à être effectués. Les questions financières se règlent en amont et puis il n’y a plus de discussion sur le sujet… à condition d’être d’accord sur ce qui constitue une dépense commune! Ce que l’un considère comme de la radinerie, l’autre le voit comme étant économe. Comme pour tous les autres domaines du couple, le dialogue est essentiel!

Si vous n’aimez pas l’idée d’un compte commun, la solution devient plus fastidieuse puisqu’il vous faudra calculer en fin de mois les dépenses de chacun et gérer la question du remboursement de celui qui aurait payé davantage que l’autre. A vous de voir.

Chacun selon ses moyens

Dans un couple, estimez-vous que chacun doit payer la même chose ou que chacun doit contribuer selon ses moyens? L’égalité et l’équité sont des concepts différents et les deux se défendent. Le tout est de bien se mettre d’accord sur la formule que l’on choisit pour son couple. Ainsi, si un des deux conjoints est au foyer pour l’éducation des enfants, il est évident que la formule du 50/50 ne fonctionne plus. Le même raisonnement peut s’appliquer pour des personnes dont les revenus salariés sont très différents. Dans de tels cas, devoir payer la même chose serait impossible à l’un des conjoints ou ressentis comme injustes.

C’est la raison pour laquelle de nombreux couples gèrent leurs finances communes sur le principe de la proportionnalité. Concrètement, cela signifie que chacun contribue selon ses moyens. Par exemple, si le conjoint A gagne le double du conjoint B, il contribuera pour le double aux dépenses du ménage, soit 66,7% des dépenses.

Une fois ce calcul effectué, il ne vous reste plus qu’à alimenter le compte joint de la part qui vous revient et à ajuster vos versements en fonction de l’évolution des dépenses communes.

Le cas du conjoint propriétaire

Il arrive souvent dans un couple que l’un des conjoints vienne s’installer dans l’habitation du second. Un loyer étant rarement demandé au sein d’un couple, un arrangement possible consiste séparer les frais liés au logement et les autres frais courants. En effet, on peut grosso modo considérer que les frais liés au logement constituent grosso modo la moitié des charges communes d’un ménage.

Le conjoint qui conserve son habitation prend alors en charge le loyer ou le remboursement du prêt logement, tandis que l’autre conjoint assume les autres frais du foyer.

Le conjoint qui conserve son habitation prend alors en charge le loyer ou le remboursement du prêt logement, tandis que l’autre conjoint assume les autres frais du foyer. En cas de dépenses imprévues ou de nouveaux projets, il appartient alors au couple de se mettre d’accord sur la manière de l’assumer de manière à ce que chacun y trouve son compte.

Je paye tout

Dans certains couples, un des conjoints paye tout et gère seul la question des finances au quotidien. Ce n’est pas un problème, tant que l’autre conjoint n’est pas exclu des décisions à prendre. Vouloir assumer le volet financier et en soulager son partenaire est une chose, vouloir le contrôler par le biais des finances risque de générer de grosses frustrations et tensions dans le couple. A vous de sonder votre cœur, c’est encore le meilleur moyen de s’assurer que vous agissez effectivement par amour.

Au cas par cas

Il arrive que des couples fonctionnent au cas par cas, c’est-à-dire ne se fixent aucune règle figée et s’adaptent constamment en fonction du type de dépenses. Cette solution ne conduit pas à l’anarchie, mais plutôt à un équilibre résultant du mélange des différentes solutions exposées ci-dessus selon une logique et des proportions spécifiques à chaque couple. Pourquoi pas. Notre seul conseil ici sera d’insister sur la qualité du dialogue pour éviter les non-dits et les tensions éventuelles qui peuvent en découler.

Dans une société qui survalorise l’individu, on oublie qu’il existe une solution qui règle toutes les questions relatives au partage des dépenses: la mise en commun de vos biens et finances.

Plus besoin de partager si tout est commun

Dans une société qui survalorise l’individu, on oublie un peu rapidement qu’il existe encore une ultime solution qui règle toutes les questions relatives au partage des dépenses: la mise en commun de vos biens et finances. Le principe est simple: tout ce qui est à toi est à moi et vice versa. En matière de régime matrimonial, c’est le principe du régime de la communauté universelle ou, dans le cadre du régime d’une communauté réduite aux acquêts, le patrimoine commun des époux.

Ici, pas de problème de proportionnalité, d’équité ou de 50/50 puisque l’ensemble appartient au couple. Les salaires sont versés sur un compte joint qui sert tant aux dépenses conjointes que personnelles. D’une certaine manière, c’est reconnaître que le couple est une entité à part entière qui n’est pas réductible aux deux personnes qui le composent. Bien sûr, cela implique la confiance totale dans son conjoint et son rapport à l’argent. Autant dire qu’il n’est sans doute pas très prudent d’envisager cette solution les premières semaines après votre rencontre. Mais cela demeure une option qui simplifie beaucoup la gestion du budget du ménage pour des couples «aguerris». Après tout, ce n’est pas absurde comme approche dans l’optique d’une vie à deux, pour le meilleur et pour le reste.

Au final, c’est votre couple

Égalité, proportionnalité, mise en commun, voire prise en charge complète par l’un des conjoints, il existe un large éventail de possibilités. Et ce qui fonctionne pour un couple n’est pas forcément indiqué pour l’autre. Même au sein d’un même couple, les solutions peuvent évoluer en fonction des étapes de vie et des choix professionnels. Il est donc essentiel de pouvoir en discuter sereinement et de s’assurer qu’aucun des conjoints ne se sente lésé dans les décisions prises.

Les dépenses du ménage sont un sujet délicat à traiter mais essentiel pour la solidité du couple à long terme. Ce n’est sans doute pas l’argent qui fera votre bonheur, mais une bonne gestion commune de vos finances devrait quand-même pas mal y contribuer. Vivez heureux!