Mes finances, mes projets, ma vie
27 mai 2022

Conseils pratiques pour l’éducation financière de vos enfants

Voulez-vous prendre en main l’éducation financière de vos enfants ? C’est une très bonne chose, à condition d’accepter qu’il faudra plus que des mots. Pour être efficace, il vous faudra en effet joindre les actes à la parole. Voici quelques conseils pratiques pour vous y aider.

Saviez-vous qu’en matière d’éducation financière vis-à-vis de vos enfants, l’essentiel se joue avant 7 ans. En effet, ce ne sont pas les grands discours abstraits qui déterminent les habitudes de vos enfants, mais aussi et surtout leur environnement qu’ils vont le plus souvent imiter. Vous êtes un modèle pour vos enfants. À vous de faire en sorte d’être un bon modèle. Oui mais comment s’y prendre ? Non seulement en expliquant les choses, mais aussi et surtout en vous assurant que vos actes sont en phase avec votre discours.

Pratiquez ce que vous prêchez !

Qu’il s’agisse de l’éducation en général ou de l’éducation financière en particulier, il est essentiel de ne pas se limiter à inculquer de la connaissance à nos enfants. En plus du savoir, il faut être capable de faire grandir le savoir-faire en eux. Ce qui compte en pratique, c’est davantage l’environnement dans lequel vous et votre enfant évoluez que les enseignements théoriques que vous pourrez lui prodiguer.

Pour cette raison, il importe d’être cohérent entre la manière dont vous parlez d’argent et la façon dont vous-même dépensez cet argent en la présence de votre enfant. Rien ne sert en effet de lui marteler qu’il faut éviter les dépenses inutiles et l’emmener le jour d’après dans un grand centre commercial où il va vous voir dépenser sans restriction pour des achats plaisir ! Pour que vos enfants puissent comprendre votre message, vos actes doivent correspondre aux paroles. En matière d’éducation financière, « fais ce que je dis, mais ne fais pas ce que je fais » constitue la recette d’un échec garanti !

Il importe d’être cohérent entre la manière dont vous parlez d’argent et la façon dont vous-même dépensez cet argent en la présence de vos enfants.

Vous voulez que votre enfant ne dépense pas sans réfléchir ? Établissez avec lui la liste de courses avant d’aller faire vos achats et invitez-le à y inclure des choses dont il pourrait avoir besoin ou envie. Vous voulez que votre enfant apprenne à épargner ? Montrez-lui que c’est ce que vous faites également chaque mois, quitte à ritualiser votre épargne sous la forme de quelques pièces mises dans une tirelire.

Quoi qu’il en soit, pratiquez ce que vous prêchez et soyez cohérent ! Fort de ce précepte, il devient possible de parler d’argent avec vos enfants et de passer aux travaux pratiques.

Parlez d’argent

En matière d’éducation financière, le plus simple est encore de commencer par le début, c’est-à-dire de prendre l’habitude de parler d’argent avec vos jeunes enfants. Expliquez-leur avec des mots simples ce que vous faites, ce que vous achetez et quel est votre processus décisionnel pour faire tel ou tel achat. Vous n’avez pas besoin de tout dire et de détailler votre patrimoine ou le montant de vos rentrées financières. Assurez-vous juste que l’argent ne soit pas un tabou et parlez-en comme d’une réalité de la vie quotidienne dans nos sociétés.

Ne cherchez pas la difficulté. Le simple fait de leur expliquer que vous allez à la boulangerie pour acheter du pain pour le repas du soir est déjà un bon début. Ensuite, il s’agira de leur montrer petit à petit comment fonctionne réellement l’argent, à savoir comme une valeur d’échange pour obtenir un bien ou un service. Préférez le paiement avec de l’argent liquide afin de rendre tangible la leçon, surtout vis-à-vis des plus jeunes enfants. Ils ont besoin de voir la réalité de l’échange : un pain contre quelques euros.

Préférez le paiement avec de l’argent liquide afin de rendre tangible la leçon, surtout vis-à-vis des plus jeunes enfants.

Vous pourrez ensuite les impliquer dans la création de la future liste de courses. Ils comprendront ainsi que l’argent permet d’acheter des biens répondant à des besoins réels. Lorsqu’ils se seront familiarisés avec cette liste, demandez-leur de vous aider à hiérarchiser les achats et, éventuellement à raccourcir la liste.

Laissez-les faire et commettre des erreurs

Puisque vos enfants vont vous accompagner pour faire les courses, ils doivent comprendre que l’argent est une ressource limitée, à traiter avec sérieux et parcimonie. Pour cela, rien de mieux que de les laisser expérimenter par eux-mêmes… quitte à les laisser commettre des erreurs.

Vous êtes au supermarché ? C’est une bonne occasion de favoriser la prise de décision financière et l’autonomie. Allouez-leur un (tout) petit budget et laissez-les choisir ce qu’ils veulent acheter avec. Laissez-les suffisamment libres pour que cela reste un vrai choix ! Pour apprendre, ils doivent avoir la liberté d’acheter ce qu’ils souhaitent. Ils regretteront peut-être ensuite leur achat ou ils vous réclameront davantage. Votre job est tenir bon pour qu’ils apprennent à gérer le regret et évitent de refaire la même erreur la fois d’après. A vous de tenir bon, même face à quelques larmes pour vous attendrir.

Rappelez-vous que c’est en testant et commettant des erreurs que l’on progresse dans la vie. Votre ambition est de les aider à grandir, pas de satisfaire tous leurs caprices.

Apprenez-leur à épargner

Apprendre à épargner n’est pas seulement une habitude financière essentielle, c’est une discipline nécessaire qui renforce la sécurité et l’indépendance. Apprendre à épargner, c’est apprendre à retarder la gratification immédiate au profit d’un objectif, d’un projet futur.

Si les premières interactions de vos enfants avec l’argent impliqueront probablement des dépenses, il est également important de leur apprendre une notion très importante : la gratification différée. Cela signifie qu’on ne peut pas tout avoir tout de suite et qu’il faut accepter de se restreindre aujourd’hui pour pouvoir obtenir quelque chose de plus important demain.

Vos enfants vous voient utiliser l’argent pour acheter des biens, y compris pour eux. Mais ils ne réalisent pas forcément que vous mettez aussi de l’argent de côté pour plus tard. Il est donc important de leur apprendre dès le plus jeune âge que l’argent disponible ne sert pas uniquement à la dépense immédiate, mais qu’il peut aussi être utilisé pour économiser, voire investir.

Aidez vos enfants à prendre l’habitude d’économiser en leur donnant une tirelire ou un pot d’épargne où ils peuvent déposer des espèces. Ici encore, il est préférable d’avoir de l’argent liquide pour rendre la leçon plus tangible.

Avec les jeunes enfants, vous aurez plus de chance de leur apprendre les vertus de l’épargne en la liant à des objectifs à court terme.

Attention toutefois à bien lier cet apprentissage de l’épargne à des objectifs, surtout au début. Apprendre à épargner pour le principe d’épargner risque d’être trop abstrait et contre-productif. Avec les jeunes enfants, vous aurez plus de chance de leur apprendre les vertus de l’épargne en la liant à des objectifs à court terme. Epargner 2-3 mois pour s’acheter un jouet qui lui plaît vraiment représente un effort modéré pendant une durée acceptable pour son âge. Lui demander à 6 ans d’épargner pour ses études universitaires ne fait aucun sens pour lui.

L’expérience du marshmallow

Pour comprendre la difficulté des enfants (et de beaucoup d’adultes !) face à la gratification différée, il vous suffit de reproduire chez vous l’expérience du marshmallow. Ce test cognitif a été développé en 1972 par des chercheurs qui souhaitaient étudier le fonctionnement du cerveau lorsqu’on demandait à des enfants de patienter pour obtenir une récompense.

Le principe est le suivant :

    • Chaque jeune enfant était invité à s’asseoir dans une pièce avec devant lui une assiette contenant un délicieux marshmallow.
    • Les chercheurs expliquaient à l’enfant qu’ils allaient s’absenter (sans leur donner le délai précis) et que, lorsqu’ils reviendraient, l’enfant recevrait un second marshmallow s’il n’avait pas mangé le premier.
    • Les chercheurs quittent la pièce et laissent l’enfant seul pendant 15 minutes face à un dilemme : manger un marshmallow tout de suite ou obtenir deux marshmallows à condition de patienter.

Cette expérience célèbre a attendri des générations de chercheurs avec les vidéos de ces enfants cherchant à ne pas penser au marshmallow, puis se mangeant les doigts pour résister à la tentation et finissant, pour 2/3 d’entre eux, par y succomber malgré tout.

Au-delà du côté mignon de l’expérience qui a ses limites, celle-ci a mis en évidence que faire preuve de patience et de discipline augmente les chances de réussite scolaire et professionnelle. Ceux qui sont capables de comprendre et d’appliquer le principe de la gratification différée ont davantage de chances de succès dans la vie que ceux qui privilégient toujours le plaisir immédiat en hypothéquant leur futur. Ce n’est pas un scoop, mais il est définitivement utile de s’en souvenir.

Moralité : cela vaut le coup de jouer honnêtement à l’épicier avec votre enfant !