Mes finances, mes projets, ma vie
14 décembre 2018

Future ou contrat à terme : de quoi s’agit-il ?

Intéressé par le monde de l’investissement ? Aujourd’hui, vous allez en apprendre plus sur ce que l’on appelle les contrats Futures. Comment ça marche, à quoi ça sert ? On vous dit tout !

Dans le monde de l’investissement, un Future ou contrat à terme est un produit financier qui permet à un acheteur ou à un vendeur de s’engager sur l’achat ou la vente d’un actif à des conditions définies à l’avance.

À l’origine, les Futures étaient utilisés par les producteurs de matières premières (agriculteurs par exemple), qui voulaient se protéger de la fluctuation des prix sur le marché. Ils signaient alors un contrat à terme (Future) avec un client, en se mettant d’accord sur un prix et une date de livraison. En cas de baisse des prix, l’agriculteur était ainsi assuré de vendre sa récolte au tarif qu’il avait fixé. Aujourd’hui, les Futures sont davantage utilisés comme outil de spéculation et/ou de gestion des risques, mais le principe reste le même.

Comment fonctionne un Future?

Les Futures sont principalement prisés par les arbitragistes et les professionnels de la gestion. Lorsqu’ils prennent la forme de contrats standardisés, ils se négocient essentiellement sur des marchés réglementés. En effet, nous signalons ici sans l’approfondir qu’il existe également des contrats à terme non standardisés qui ne sont pas négociés sur un marché réglementé avec une chambre de compensation. C’est par exemple le cas de contrat de change à terme de devises.

Le principe d’un Future consiste à conclure un contrat entre un émetteur (le vendeur) et un investisseur (l’acheteur), pour acheter ou vendre un actif sous-jacent (action, obligation, indice boursier, matière première, devise, etc.) à un prix prédéterminé et à une date donnée (l’échéance).

Contrairement aux options, le contrat à terme est une promesse ferme. Il oblige les deux signataires à honorer leur engagement d’achat ou de vente à la date d’échéance.

Comment prendre position sur un Future ?

Vous pensez qu’un actif sous-jacent (l’indice boursier CAC 40, par exemple) va augmenter ? Vous pouvez vous engager sur l’achat d’un Future sur cet indice, ce qui vous oblige à l’acquérir (ou son équivalent en espèces) à un prix et à une date définis à l’avance. Si en revanche, vous estimez que cet actif va baisser, vous avez la possibilité de vendre des contrats Futures sur cet indice.

Pour acheter ou vendre un Future, vous devez verser un dépôt de garantie (…) destiné à couvrir les risques en cas d’évolution défavorable des cours.

Le dépôt de garantie

Pour ouvrir sa position (acheter ou vendre un Future), vous devez verser un dépôt de garantie. Il est réclamé par la chambre de compensation (organisme financier qui s’assure du règlement et de la livraison des transactions, ainsi que des appels de marges) si le contrat est négocié sur un marché réglementé.

Ce dépôt de garantie est destiné à couvrir les risques en cas d’évolution défavorable des cours. Il varie généralement entre 5 et 10 % de la valeur du contrat et doit être payé lors de la prise de position.

La valeur du contrat

La valeur d’un contrat Future dépend de la valeur du sous-jacent et du cours du produit. Ainsi, dans la situation où un point d’indice du CAC 40 à une valeur de 10 € et si le CAC 40 atteint 2.500 points à l’échéance du contrat, alors le Future vaudra 2.500 x 10 = 25.000 €.

⇒ Attention : cette somme (25.000 €) ne représente pas le prix que vous payez pour prendre position sur le Future, il s’agit de la valeur nominale sur laquelle vous vous êtes engagé. Pour vous engager, vous réglez donc entre 5 et 10 % de cette valeur (dépôt de garantie).

Quel est le fonctionnement d’un Future ?

L’échéance

L’échéance correspond à la date de fin de validité d’un Future. Elle est standardisée au troisième vendredi du mois de l’échéance, et peut être mensuelle, trimestrielle, semestrielle ou annuelle.

C’est en additionnant l’ensemble des appels de marge (payés et reçus) pendant toute la durée du contrat que l’on voit si l’investisseur a fait des bénéfices sur son investissement ou essuyé des pertes.

Les appels de marge

Pendant la durée du contrat, la chambre de compensation calcule, tous les jours, les pertes et les gains réalisés dans la journée. C’est ce qu’on appelle les appels de marge. Ils sont quotidiennement crédités ou débités sur le compte de l’investisseur et varient en fonction du cours de compensation, c’est-à-dire des dernières cotes de l’actif sous-jacent. Si le compte n’est pas suffisamment approvisionné, le dépôt de garantie pourra être utilisé pour payer l’appel de marge.

En pratique, si un investisseur clôture sa position (vend ou achète le contrat) avant la date d’échéance, l’appel de marge correspondra à la différence entre le cours au moment de la liquidation et le cours de compensation de la veille.

S’il décide de garder sa position jusqu’au lendemain (on dit qu’il roule sa position ou est en position overnight), l’appel de marge correspondra alors à la différence entre le cours de compensation du jour et le cours de compensation de la veille.

Exemple : Vous pensez que le CAC 40 qui cote actuellement 2500 points va augmenter. Vous décidez de prendre un Future. À 15h, le CAC 40 cote 2560 points. Vous décidez de vendre votre Future. À la clôture du marché, vous avez donc gagné 60 points. À 10 € le point, vous gagnez donc : 60 x 10 = 600 €. La somme est créditée sur votre compte. À l’inverse, si le CAC 40 ne cote plus que 2460 points et que vous le vendez, vous perdez donc 400 € (40 x 10 €).

C’est en additionnant l’ensemble des appels de marge (payés et reçus) pendant toute la durée du contrat que l’on voit si l’investisseur a fait des bénéfices sur son investissement ou essuyé des pertes.

⇒ À noter : la plupart du temps, il n’y a pas de livraison de l’actif sous-jacent, car le paiement se fait en espèces. Mais il est préférable de veiller à clôturer sa position avant la date de l’échéance, pour éviter de se retrouver physiquement avec le produit sur lequel vous avez spéculé (dans le cas d’un achat) où à devoir le fournir (dans le cas d’une vente).

Exemple : Vous avez décidé de spéculer sur du blé ou de l’or par exemple. Si vous ne clôturez pas votre position avant la date d’échéance, vous allez vous retrouver physiquement avec cet or ou ce blé, et non pas avec les bénéfices (ou les pertes) liés à la spéculation sur sa valeur !

À quoi sert un Future ?

Comme nous l’avons vu, un Future va permettre d’anticiper les fluctuations des prix sur les marchés. Mais son utilisation présente aussi plusieurs autres avantages :

  • L’effet de levier : les Futures vont permettre de dynamiser  les performances de son portefeuille, en spéculant sur la variation d’un sous-jacent avec un effet de levier important. En effet, en ne versant que le dépôt de garantie, les gains peuvent être démultipliés en cas de prévision juste. Dans l’exemple précédent, l’investisseur a payé 1250 € comme dépôt de garantie (5% de 25.000 €) et gagné 600 € à la clôture du marché. Son rendement est alors de +48% (600 / 1250), alors que le marché n’a augmenté que de +2,4% (60 / 2500).
  • Négociation et liquidation encadrée : la majorité des contrats Futures se négocient sur les marchés réglementés, ainsi les spécificités de chaque contrat sont précises et définies à l’avance.
  • Élimination du risque de contrepartie : grâce à la chambre de compensation qui s’occupe des dépôts de garantie et des appels de marge, les risques de contrepartie (liés au fait que l’une ou l’autre partie ne paye pas) sont éliminés.
  • Rôle de couverture en cas de chute des cours : si un investisseur anticipe une chute des cours, il peut prendre position sur un Future de vente sur un des actifs de son portefeuille. Il vendra ainsi au prix du cours actuel. Si sa prévision est juste et que le cours baisse, son Future sera vendu au prix déterminé et les gains réalisés compenseront une partie de la perte liée à la baisse des cours sur son portefeuille.

Si ces avantages peuvent être attractifs, il ne faut pas oublier que, comme tout produit d’investissement, les Futures comportent aussi des risques.

Ainsi, avec l’effet de levier, si les gains peuvent être démultipliés, les pertes peuvent l’être également… Il faut aussi faire attention à la volatilité du sous-jacent, car plus ce dernier est volatil, plus les appels de marge vont varier et risquent donc de faire perdre du capital. Enfin, les Futures ne donnent aucune garantie, ce qui signifie qu’il est possible de perdre l’ensemble de l’argent investi, voir plus.

Vous connaissez désormais les bases du fonctionnement d’un contrat Future ! Mais compte tenu des risques liés à ce type d’investissement, nous vous recommandons de toujours vous renseigner auprès d’un professionnel et d’établir votre profil d’investisseur avant de franchir le pas. Bonne chance !