Mes finances, mes projets, ma vie
25 septembre 2018

La diversification, un défi de taille pour les entrepreneurs

Les meilleurs atouts des propriétaires d’entreprise constituent souvent également leurs plus grandes faiblesses. La détermination, la volonté de prendre des risques et la capacité à ne pas dévier de son objectif sont, de toute évidence, des qualités nécessaires pour construire une entreprise, mais elles ne se prêtent pas forcément à l’établissement d’une planification saine en matière d’investissement.

Les propriétaires d’entreprise doivent prendre des risques lorsqu’ils se lancent dans une entreprise, c’est inéluctable. Ils renoncent parfois à un revenu sûr et endossent l’entière responsabilité de leur investissement dans leur entreprise et de la richesse des autres qui leur ont confié leur argent sous forme de prêt ou d’investissement. Ils doivent déjouer des statistiques défavorables – on estime le taux d’échec des nouvelles entreprises à 80% dans les 18 premiers mois – et généralement surmonter des obstacles considérables.

Si les qualités évoquées sont l’essence même des grands entrepreneurs, elles ne sont pas toujours idéales pour ce qui relève d’adopter une vision équilibrée en matière de planification patrimoniale. Prenons d’abord la capacité à ne pas dévier de son objectif. Les propriétaires d’entreprise ont tendance à détenir toute leur richesse dans un ou deux actifs seulement, généralement leur entreprise et leur(s) bien(s) immobilier(s). Cette approche est somme toute logique à première vue. À quoi bon consacrer sa vie à son entreprise si ce n’est pour récolter le fruit de ses propres efforts. Souvent même, les propriétaires d’entreprise pensent pouvoir dégager un rendement sur investissement bien meilleur qu’un gestionnaire patrimonial.

Ces entrepreneurs sont également enclins à se montrer quelque peu présomptueux. Cette attitude peut les pousser à sous-estimer les risques et à négliger tout l’intérêt de diversifier.

Ces entrepreneurs sont également enclins à se montrer quelque peu présomptueux. Après tout, ils défient les statistiques en s’attelant à créer leur propre entreprise. Cette attitude peut les pousser à sous-estimer les risques et à négliger tout l’intérêt de diversifier, que ce soit pour ce qui concerne leur entreprise ou leur portefeuille de placements et leurs actifs.

Il s’agit là certes d’un instinct remarquable sans lequel ces entrepreneurs ne pourraient réussir dans leur activité principale. Néanmoins, prendre d’autres mesures pour protéger à la fois leur entreprise ainsi que leur patrimoine personnel n’est pas sans intérêt. Tout simplement déjà par souci de bon sens. Les entreprises sont sans cesse à la merci des conditions du marché. Certains secteurs sont de nature cyclique, ce qui signifie que même les entreprises les plus robustes peuvent se retrouver confrontées à des forces qui les dépassent. Songez à la politique de taux de la banque centrale ou encore aux innovations technologiques disruptives.

Et puis il y a aussi les problèmes de liquidités. En effet, les propriétaires d’entreprise qui ont besoin de pouvoir disposer rapidement de liquidités n’ont pas toujours la possibilité de vendre tout de suite une partie de leurs activités. Et trouver de nouvelles sources de financement prend du temps. Bref, il y a donc un certain bon sens à se tourner vers les autres options qu’offre la planification patrimoniale personnelle pour empêcher de mettre en péril l’existence de l’entreprise en raison de considérations financières personnelles.

Le style de vie a lui aussi un rôle à jouer. Les propriétaires d’entreprise qui se sont échinés des heures durant pendant plusieurs dizaines d’années pour constituer une entreprise stable peuvent nourrir ensuite le souhait de commencer à profiter de la richesse qu’ils se sont attachés à créer. L’objectif ne sera alors plus le même. De la création de richesse, on passera à la protection du patrimoine, ce qui peut nécessiter de modifier la stratégie de planification financière.

Diversifier ses activités

Parmi les facteurs clés pour protéger la richesse de l’entreprise, on retrouve les bonnes pratiques commerciales. Si l’idée de vendre leur start-up pour plusieurs millions d’euros à un puissant groupe peut, dans une certaine mesure, séduire de nombreux entrepreneurs, cette forme de concrétisation rapide de la valeur de l’entreprise est en pratique assez rare, sans compter qu’elle est souvent sous-tendue par une innovation technologique exclusive extraordinaire en plus de devoir intervenir à un moment propice. Même en présence d’une activité prospère, se retirer est rarement simple. Pour survivre, les entreprises doivent être créées pour durer plutôt que pour rapporter des bénéfices à court terme.

Dès lors, construire dans une optique de long terme, et non pas pour une période fugace, requiert une certaine diversification. Diversification des clients, des revenus ainsi que des financements, tous ces éléments étant primordiaux pour la survie et la croissance à long terme de l’entreprise. À titre d’exemple, bon nombre de propriétaires d’entreprise continuent d’injecter leur propre capital ou celui de leurs amis et de leur famille dans leurs affaires.

En règle générale, les entrepreneurs sont très réticents à céder une partie du contrôle qu’ils exercent, sous quelque forme que ce soit, à des actionnaires ou à des bailleurs de fonds externes. Or trouver des sources alternatives de financement peut s’avérer tout aussi crucial pour une entreprise que l’intégration de nouvelles idées créatrices de valeur. À plus forte raison lorsqu’une source de financement semble s’épuiser pour une raison ou une autre. Rappelons qu’un flux de trésorerie trop faible est souvent synonyme de coup de grâce pour les petites entreprises.

De la même manière, s’efforcer de diversifier le plus possible ses clients, et donc les sources de revenus, apparaît comme une saine pratique commerciale. La chose n’est certes pas toujours possible, mais il s’agit d’un objectif à poursuivre.

Diversification du portefeuille personnel

La diversification du patrimoine personnel se révèle sans doute plus importante encore que la diversification des activités. Une entreprise est vulnérable lorsqu’elle dépend du charisme et de l’impulsion d’une seule personne. Celle-ci peut en effet connaître des problèmes de santé, familiaux ou conjugaux ou encore être prise par d’autres distractions. Même le propriétaire d’entreprise le plus averti ne pourra anticiper chaque risque, surtout s’agissant de sa vie privée.

Il apparaît tout à fait logique que les propriétaires d’entreprise investissent une partie de leur patrimoine en dehors de leur entreprise et dans des actifs qui ne sont pas corrélés à leur principale source de revenus.

Partant de là, il apparaît dès lors tout à fait logique que les propriétaires d’entreprise investissent une partie de leur patrimoine en dehors de leur entreprise et dans des actifs qui ne sont pas corrélés à leur principale source de revenus. Les entrepreneurs technologiques, par exemple, pourraient sélectionner une série d’actions technologiques afin d’y investir à titre privé. S’il n’y a rien d’anormal à investir dans un secteur que vous connaissez bien, il convient également de détenir des actifs en dehors de votre secteur de prédilection.

Une partie considérable du capital financier et émotionnel de l’entrepreneur est déjà corrélé au secteur dans lequel son entreprise opère. À imaginer que ce secteur rencontre des difficultés, il n’aura alors plus aucune issue de secours. Certains entrepreneurs pourraient être tentés d’investir selon le principe du «tout ou rien». Néanmoins, ceux qui assument des responsabilités financières et qui ont leur regard tourné vers l’avenir n’axeront pas leur investissement sur ce principe. Les propriétaires d’entreprise doivent pouvoir sortir des carcans qu’ils connaissent et placer une partie de leurs actifs dans les secteurs qui ne sont pas soumis aux mêmes conditions de marché. Si leur entreprise traverse une mauvaise passe, ces autres investissements pourront éventuellement rattraper le coup.

Ce principe vaut d’ailleurs tant pour la diversification géographique que sectorielle. Si la plus grande partie des activités d’un entrepreneur est basée dans une seule juridiction, il est tout à fait logique de partir en quête d’investissement ailleurs. Le casse-tête du Brexit a bien mis en exergue comment les entreprises qui dépendent d’un seul pays peuvent rapidement devenir vulnérables en raison de troubles politiques soudains.

Élaborer un plan de diversification

Bien que la combinaison idéale entre liquidités, obligations, placements en bourse, immobilier et autres actifs variera d’un entrepreneur à l’autre et dépendra de circonstances individuelles, de l’âge du propriétaire d’entreprise, de ses préférences et de sa tolérance au risque, le point de départ en matière de diversification est toujours le même. Si l’entreprise doit faire face à un problème financier majeur – une récession économique, une catastrophe naturelle telle qu’un incendie ou une inondation, ou encore une maladie écartant le chef d’entreprise pendant une période prolongée –, les finances de l’entreprise et personnelles pourront-elles se maintenir à flot?

Lorsque l’entreprise mène une activité à haut risque, dépend fortement des conditions économiques et mobilise une grande partie du patrimoine individuel, il convient de ne pas prendre des risques de même ampleur ailleurs: le portefeuille doit être équilibré, en contenant également des actifs assortis d’un risque plus faible et moins vulnérables au climat économique.

La solution devra couvrir non seulement l’aspect investissement, mais aussi l’aspect assurantiel, notamment en matière de risque homme-clé ou de couverture maladie.

Élaborer un plan de diversification implique de procéder à une analyse approfondie: habitudes individuelles de dépense, engagements familiaux, assurance retraite, etc. La solution devra donc couvrir non seulement l’aspect investissement, mais aussi l’aspect assurantiel, notamment en matière de risque homme-clé ou de couverture maladie.

La combinaison d’actifs pour un entrepreneur sera vraisemblablement différente de celle des autres investisseurs. L’entrepreneur doit tenir compte en premier lieu de son activité, étant donné que dans la plupart des cas il s’agit de l’actif majeur qu’il possède. Il doit toujours pouvoir envisager de céder intégralement ou partiellement son entreprise, ce qui est susceptible d’influer sur la planification en matière de fiscalité, de succession et de transmission de patrimoine.

Mettre tous ses œufs dans le même panier, comme ont tendance à le faire les entrepreneurs, peut constituer une source de grande motivation, mais également une source de grandes souffrances lorsque les choses tournent mal. En diversifiant, les entrepreneurs s’efforcent donc de poser des bases solides qui leur permettront de se relever en période de difficultés.