Mes finances, mes projets, ma vie
14 décembre 2018

Les voitures anciennes, une passion rentable?

Les rassemblements de voitures anciennes sont parfois appelés Concours d’élégance. Un terme bien mérité pour ces bijoux de design et d’ingénierie, les innovations de l’automobile moderne suscitant rarement la même passion. Mais outre le plaisir indéniable de les admirer, de les conduire ou d’être vu à leur volant, les voitures anciennes peuvent-elles aussi être un investissement rentable pour leurs propriétaires?

Les véhicules de légende, auxquels se rattachent une histoire palpitante, font monter les enchères à des niveaux impressionnants. En juillet 2017, par exemple, l’Aston Martin DB5 conduite par Pierce Brosnan dans Goldeneye, film de la franchise James Bond sorti en 1995, a été mise aux enchères lors du Festival of Speed de Goodwood en Angleterre.

La maison d’enchères Bonhams a tablé sur des offres pouvant atteindre 1,6 million GBP (2,1 millions USD) pour la DB5 – un montant nettement inférieur aux 38 millions USD payés en 2014 pour une Ferrari 250 GTO de 1962, qui avait elle-même battu le record de 31 millions USD précédemment détenu par une voiture de course Mercedes-Benz W196R de 1954.

«Je n’ai pas trouvé la voiture de sport de mes rêves, alors je l’ai construite» – Ferdinand Porsche

Un marché qui s’essouffle

Le marché des voitures anciennes a connu une décennie en or jusqu’en 2017. D’après le consultant international en immobilier Knight Frank, la valeur des voitures anciennes a bondi de 469% entre 2006 et février 2016.

Le marché s’est toutefois essoufflé depuis, de nombreux segments des véhicules de luxe affichant une performance nulle ou en baisse en 2017. Lors du Festival of Speed, souvent considéré comme un baromètre du marché, aucune vente n’a franchi la barre du million de GBP.

Si ce ralentissement a tour à tour été attribué à la hausse des taux d’intérêt aux États-Unis et au Royaume-Uni, en ce qu’elle aurait dissuadé les investissements spéculatifs, ou à la pénurie de ventes «star», l’activité soutenue sur le marché d’actions pourrait également avoir joué un rôle.

Une corrélation négative semble en effet exister avec les marchés d’actions et d’obligations: les voitures anciennes affichent de bonnes performances lorsque les investisseurs s’inquiètent du prix des actions et vice-versa. Il est également possible que les spéculateurs se soient tournés vers les crypto-monnaies.

Des investisseurs spécialisés

Quoi qu’il en soit, les analystes affirment pour la plupart que les «amateurs» ont quitté le marché, le laissant aux mains d’investisseurs spécialisés plus exigeants, experts dans le domaine et ayant une idée précise de ce qu’ils souhaitent. Cela signifie qu’il n’existe plus d’acheteur naturel pour chaque véhicule. La singularité du pédigrée des voitures anciennes revêt une importance croissante: un propriétaire célèbre ou une apparition dans un film à succès permettront d’obtenir les valorisations les plus élevées.

Les observateurs du marché s’accordent toutefois à dire qu’il s’agit d’un ralentissement et non pas d’un repli. Le Hagerty Market Rating, principal indice des prix des voitures anciennes, a repris sa progression régulière cette année et le nombre d’enchères augmente. Pour l’année 2018 et les suivantes, le type de voitures fortement valorisées par le marché a toutefois changé.

Hagerty répartit les voitures en sept grandes catégories: 1950s American, Affordable Classics, Blue Chip, British Cars, Ferrari, German Collectibles et «Muscle» cars. Les voitures haut de gamme ont généralement conservé leur valeur. Les passionnés de voitures de collection sont toujours disposés à débourser plus de 1 million GBP pour une Aston Martin DB5 cabriolet des années 60.

Si les véhicules européens onéreux figuraient précédemment en tête de liste, les voitures américaines moins chères sont désormais plus prisées, tirées par le Pickup Chevrolet série C/K de 1973-1987 et le Dodge Power Wagon de 1945-1968.

Une fiscalité allégée

Outre les considérations de marché, des arguments irréfutables plaident en faveur de l’achat de voitures anciennes. Toutes les nouvelles voitures, ou presque, se dépréciant rapidement, une personne qui dépense de toute façon beaucoup d’argent pourrait privilégier un véhicule ancien, plus à même de garder sa valeur et susceptible d’être exonéré de certaines taxes.

Au Luxembourg, une nouvelle loi sur les véhicules historiques est entrée en vigueur en février 2016. Sous réserve qu’une voiture ait le statut de véhicule historique, la taxe sur les véhicules routiers sera nettement réduite. Pour obtenir ce statut, le véhicule doit avoir au moins 30 ans, être en bon état de marche, avoir la même apparence qu’au moment de sa fabrication et les caractéristiques correspondantes. Ces points doivent être certifiés par un expert de la SNCA, l’autorité des transports routiers.

Les voitures anciennes peuvent également bénéficier d’un traitement plus avantageux au regard de l’impôt sur le capital. Au Royaume-Uni, aucun impôt sur les plus-values n’est exigible sur les bénéfices de la vente d’une voiture ancienne. Quel que soit le type, les voitures sont réputées être un «actif défectible» d’une durée de vie utile inférieure à 50 ans, même si elles sont encore en parfait état.

Maintenance et réparations

Ce marché ne s’adresse toutefois pas aux novices. La possession d’une voiture ancienne n’est pas comparable à la détention d’une nouvelle voiture: le garage le plus proche ne pourra pas intervenir pour chaque réparation et les coûts de fonctionnement et de maintenance peuvent être considérables.

Même pour les propriétaires qui se considèrent compétents pour effectuer les réparations, les voitures anciennes nécessitent souvent des compétences spécialisées. Par ailleurs, elles n’afficheront probablement pas la même efficience énergétique qu’un véhicule moderne. Il s’agit de véhicules «d’exposition», idéaux pour être montrés au public, mais beaucoup moins pour les trajets quotidiens.

Nombreux sont ceux qui se tournent vers les ventes aux enchères ou les magazines spécialisés afin de dénicher un joyau ignoré. Pour commencer, il est nécessaire d’établir un budget précis, qui devra inclure le coût de l’assurance et des taxes pour la voiture, la commission du commissaire priseur, et le transport à domicile en toute sécurité.

La «provenance» est primordiale. Presque toutes les voitures anciennes ont subi des réparations, et les acheteurs doivent être rassurés sur la bonne exécution de celles-ci. Un historique de propriété et de maintenance long constitue la meilleure protection.

Des fonds investis en voitures anciennes

Bernie Ecclestone, le milliardaire et ancien propriétaire de la franchise de courses Formule 1, qui a débuté comme vendeur de voitures d’occasion à Londres, est un fervent collectionneur de voitures anciennes. Son conseil aux personnes qui souhaitent gagner de l’argent avec ce type de véhicule est simple: «Achetez bon marché».

Le conseil de l’ancien patron de la Formule 1, Bernie Ecclestone, pour gagner de l’argent avec les voitures anciennes est simple: achetez bon marché.

Cela étant, M. Ecclestone est connu pour s’emballer s’il trouve la perle rare. Il a déboursé 4,1 millions d’euros pour s’offrir la McLaren 1993 d’Ayrton Senna. Par ailleurs, la restauration des voitures anciennes étant lente et onéreuse, payer le prix de la qualité peut s’avérer un conseil plus avisé pour un nouvel investisseur.

À l’image d’autres objets de collection comme le vin et compte tenu du prix élevé des actifs individuels, des fonds d’investissement ont été créés afin de rassembler l’argent des investisseurs dans le but d’investir dans ces véhicules, mais leur succès a été mitigé. Si les gérants de fonds offrent leur expertise en matière d’achat et de vente de voitures anciennes, ils prélèvent souvent des frais de gestion annuels élevés.

Par ailleurs, il manque aux fonds d’investissement deux éléments essentiels, qui font tout le plaisir de la détention d’une voiture ancienne: la contempler et la conduire. Bien que certains fonds permettent d’admirer, voire même de conduire occasionnellement les véhicules, c’est incomparable avec le fait d’avoir sa voiture dans le garage, prête à sortir pour faire un tour en ville.