Mes finances, mes projets, ma vie
20 octobre 2020

L’illusion des nombres et des séries en investissement

Féru de lecture financière, vous avez réussi quelques bons placements sur les marchés dans le passé. Ce n’était pas dû au hasard, vous êtes du type prudent et avez su engranger de l’expérience. Aujourd’hui, vous pensez être suffisamment aguerri pour savoir déceler une opportunité et provoquer votre réussite. Mais êtes-vous également capable de faire la différence entre votre compétence, la chance et un phénomène aléatoire ?

La question qui vous est posée est celle de savoir si, au-delà des définitions et des critères officiels, vous êtes véritablement un investisseur averti ? Par exemple, êtes-vous parfois tenté de succomber à ces annonces qui inondent le web et vous font croire que vous pouvez devenir un trader hors pair en quelques clics ? Si oui, prenez le temps de lire cet article dont l’objectif est simple : vous éviter de spéculer sur les marchés comme si vous étiez un joueur de casino sous l’emprise de ses émotions et qui se laisse piéger par des lois statistiques qui n’en sont pas.

Attention à l’apparente simplicité

L’investisseur connecté que vous êtes a forcément été la cible d’une de ces annonces en ligne évoquées ci-dessus. Elles vous proposent des options d’investissement binaires avec des perspectives de rendement étonnamment attractives. Il vous suffit de parier à la hausse ou à la baisse sur un titre et ce pour une très courte période de temps allant de quelques minutes à quelques jours.

Ce n’est pas parce que la décision d’investissement à prendre est simple– seulement deux options possibles – que les règles du jeu sont triviales.

Bien entendu, vous n’êtes pas naïf. Et pourtant, la perspective d’investir un peu de temps et d’argent pour obtenir des gains intéressants a éveillé votre appétit. Méfiance, ce n’est pas parce que la décision d’investissement à prendre est simple – seulement deux options possibles – que les règles du jeu sont triviales. Les produits sont en effet complexes et intègrent souvent des effets de levier. Leur variation dépend de facteurs financiers, sociaux et géopolitiques multiples et, surtout, leurs mouvements sont parfois totalement imprévisibles sur des périodes aussi courtes, même pour des investisseurs avertis.

Les autorités de régulation financières, comme l’ESMA au niveau européen ou la CSSF au niveau national, n’ont cessé de mettre en garde ces dernières années contre les promesses alléchantes des plateformes en ligne. Il est en effet aisé de se laisser griser, de s’emporter et d’être la victime d’effets de levier mal compris ou de nos propres biais cognitifs qui nous donnent l’illusion de pouvoir maîtriser le market timing. Ces plateformes parviennent à séduire car ce sont davantage nos émotions, que notre jugement et la rationalité statistique qui guident généralement nos actions lorsque nous investissons notre propre argent.

L’illusion de la loi des petits nombres

Certains pensent qu’investir sur les marchés s’apparente à jouer au casino. Si cette affirmation est certainement excessive pour les professionnels de l’investissement, elle n’est pas si exagérée que cela pour de nombreux investisseurs amateurs. Ces derniers se comportent plus souvent qu’il n’y paraît comme des joueurs de casino cherchant à déceler des signes leur permettant de maîtriser leur chance.

Ainsi, surtout lorsqu’on spécule sur de courtes durées, nous recherchons n’importe quel signe pouvant nous aider à orienter nos décisions. Y compris des signes irrationnels. Les sites qui proposent à l’investisseur lambda de choisir entre deux options, jouent ainsi souvent avec le biais cognitif bien connu de l’erreur du parieur et de sa croyance erronée en la loi des petits nombres.

Nous avons tendance à croire que si un événement s’est produit plus fréquemment dans le passé que ce que nous avions anticipé, il est moins susceptible de se reproduire à l’avenir.

L’erreur du parieur est un biais cognitif qui va à l’encontre de la logique statistique. Nous avons ainsi tendance à croire que si un événement s’est produit plus fréquemment dans le passé que ce que nous avions anticipé, il est moins susceptible de se reproduire à l’avenir. Cette erreur est aussi connue sous le nom d’illusion Monte Carlo en référence à un événement qui s’est produit dans un casino de la principauté en 1913. Dans un jeu de roulette, la balle est tombée 26 fois de suite sur la couleur noire. Ne pouvant croire que la couleur noire allait continuer à sortir, des joueurs ont ainsi continué à parier contre cette couleur, tour après tour, perdant à l’époque des millions de francs.

En agissant de la sorte, ces joueurs ont ignoré la loi statistique selon laquelle, sur un échantillon tiré au hasard, des résultats aléatoires successifs sont statistiquement indépendants les uns des autres. Les coups de roulette n’ont pas de lien entre eux !

Le cerveau de ces joueurs s’est laissé berné par l’illusion que le hasard est un processus équitable et qu’une sorte de justice, d’équilibre, va finir par rétablir ce que l’on pense être l’ordre des choses. Le même phénomène s’observe lorsqu’on joue à pile ou face. Il nous semble presque logique de parier sur pile si face est sorti deux fois de suite. Mais le hasard ne produit pas forcément de suites logiques. Contrairement à nous, la pièce de monnaie n’a pas de mémoire et il y a toujours, à chaque lancer, 50% d’obtenir pile ou face, peu importe l’historique des lancers précédents.

Hélas, beaucoup d’investisseurs privés se laissent prendre à cette illusion d’une sorte de loi des petits nombres. Cela peut typiquement conduire à la vente trop précoce d’actions dont la valeur ne cesse de monter au prétexte qu’il s’agit d’une série gagnante qui touche à sa fin, que le pic est atteint et que la valeur ne peut que baisser. À l’inverse, beaucoup de petits investisseurs gardent trop longtemps et sans raisons rationnelles des actions perdantes dans leur portefeuille car ils pensent, comme des joueurs de casino, que la roue va bien finir par tourner et qu’ils vont finir par se refaire. C’est là une vision romancée de l’aléatoire qui ne tient pas compte des fondamentaux économiques de leurs actions en portefeuille.

L’illusion de la loi des séries

Revenons à nos investissements « simples » et à court terme sur les plateformes en ligne. Vous avez réussi deux ou trois paris de suite ? Super. Cela ne signifie pas pour autant que la chance est avec vous, que vous avez une bonne main ou que vous êtes dans une bonne série.

Ce dernier phénomène a été documenté comme étant le « hot hand fallacy » ou l’illusion de la loi des séries en français. Il a été observé pour la première fois en 1985 dans le milieu du basketball. Lorsque des joueurs réussissaient plusieurs fois d’affilée des paniers à trois points, les spectateurs et par ricochet les joueurs eux-mêmes finissaient par croire qu’ils avaient une bonne main et qu’ils étaient dans une sorte de spirale gagnante. À première vue, si une série gagnante semblait effectivement se dessiner, il était possible de constater que, sur une plus longue période, les statistiques de ces joueurs n’étaient pas meilleures que celles de certains rivaux n’ayant pas ces moments « on fire » comme on dit dans le milieu.

Le même phénomène s’observe dans l’investissement à (très) court terme. On peut être tenté de se laisser griser et réinvestir immédiatement de petits gains sur d’autres paris avec de plus gros volumes parce qu’on pense avoir du nez et avoir perçu une tendance. Pourtant, rien ne dit que l’événement va se reproduire et il faut savoir accepter que, parfois, la chance seule et l’aléatoire font plus d’effets que la compétence. Les traders les plus expérimentés savent cela très bien.

Il faut impérativement se méfier de notre envie de croire à une sorte de contrôle sur des phénomènes aléatoires.

Que faut-il retenir de tout cela ? Que nous avons tendance à croire ce que nous voulons croire et qu’il faut impérativement se méfier de notre envie de croire à une sorte de contrôle sur des phénomènes aléatoires. Il s’agit là d’une histoire plaisante à entendre  mais dont les conséquences peuvent être lourdes. Cela signifie-t-il que l’investissement revient à jouer au casino ? Pas s’il est géré de manière professionnelle, en tenant compte de nos biais cognitifs et avec une perspective à long terme. À court terme, reconnaissons que, parfois, l’aléatoire explique davantage de mouvements que des tendances qui ne peuvent être observées que sur du long terme.

Vous voilà prévenu !