Mes finances, mes projets, ma vie
25 mai 2020

Que penser des bureaux satellites ?

Que ce soit depuis l’Allemagne, la Belgique ou la France, les axes routiers qui mènent à la capitale luxembourgeoise sont saturés aux heures de pointes. Que faire pour enrayer la progression constante du trafic et éviter la paralysie complète du réseau ? Si elle ne constitue pas une solution miracle, l’installation de «bureaux annexes» se pose malgré tout comme une alternative sérieuse, à la fois pour les employeurs et pour les employés. Qu’est-ce qu’un bureau satellite, comment ça marche et quels en sont les avantages ?

Définition

Un bureau satellite est tout simplement un lieu de travail déporté des locaux officiels d’une entreprise donnée. Plus ou moins éloigné du siège de l’entreprise, son emplacement est généralement choisi de manière stratégique par la société qui le met en place. Par exemple, parce que de nombreux collaborateurs résident à proximité du bureau satellite, ou bien parce qu’un client important est situé dans la même zone.

Précisons qu’il ne faut pas confondre le fait de travailler en bureau satellite avec le télétravail permettant à un salarié de travailler depuis son domicile ou ailleurs. Ici, il s’agit de locaux qui sont dans des environnements placés sous la gestion de l’entreprise qui en dispose.

Il est impossible de décrire de façon absolue et précise à quoi ressemble un bureau satellite. Parfois, il peut avoir l’allure d’un bureau traditionnel au sein d’un bâtiment professionnel, ou au contraire être plus informel et prendre place dans une résidence d’habitation reconvertie grâce à un bail professionnel. Le seul trait commun à tous les bureaux satellites est sans doute qu’ils n’ont pas vocation à remplacer les bureaux officiels de l’entreprise qui vous emploie.

Pourquoi?

Travailler dans un bureau satellite peut s’avérer extrêmement pratique en cas de difficultés à rejoindre son lieu de travail habituel pour certains collaborateurs. Au Grand-Duché, où le nombre de travailleurs frontaliers ne cesse de croître, et où les axes routiers sont saturés, c’est un argument de poids. Selon la même logique, en cas de grève des transports en commun, les salariés concernés ne sont pas obligés de rallier la capitale si leur entreprise dispose d’un bureau satellite à proximité de chez eux.

Enfin, lorsqu’une société travaille sur un grand projet pour un client éloigné, les bureaux satellites permettent d’être présent à ses côtés, de pouvoir se réunir rapidement avec lui par exemple.

Quels avantages?

Pour l’employé, fini la galère des bouchons ou des trains en grève lorsqu’il va travailler. S’il dispose d’un bureau plus proche de chez lui ou du moins pas situé dans une zone encombrée, il gagne du temps, de l’énergie, et est sans doute plus productif dans son travail. C’est en cela que ces bureaux sont aussi un avantage pour les entreprises qui ne voient plus leurs employés arriver en retard et fatigués au bureau.

Pour les entreprises qui manquent d’espace, les bureaux satellites sont une perspective à considérer. Si l’on s’en tient au cas luxembourgeois, les loyers et les terrains sont bien moins chers lorsqu’on s’éloigne des grands centres urbains. C’est particulièrement vrai si l’entreprise installe des bureaux dans les régions des trois pays qui l’entourent, mais nous verrons que cela a des implications fiscales qui ont de quoi décourager.

Contrairement au télétravail, les bureaux satellites ne posent pas de problèmes particuliers pour l’employeur au niveau des assurances, du matériel de travail ou bien de la productivité.

Contrairement au télétravail, les bureaux satellites ne posent pas de problèmes particuliers pour l’employeur au niveau des assurances, du matériel de travail ou bien de la productivité. En effet, le salarié qui s’y rend se trouve dans un environnement professionnel directement rattaché à l’entreprise qui l’emploie, où celle-ci a disposé du matériel et où il est parfois entouré d’autres collaborateurs.

Bref, tout semble être en faveur des bureaux satellites. Du moins s’ils demeurent situés au Luxembourg. En effet, c’est la fiscalité du pays dans lequel se trouve le bureau satellite qui prévaut. Et ça change tout !

Quelles limites ?

Un bureau en France ou en Allemagne, c’est pour l’employeur un bureau où les salariés qui y travaillent sont soumis à la fiscalité du pays en question. Si ce peut être avantageux dans certains cas, ce n’est à priori pas le cas pour les entreprises luxembourgeoises comme pour leurs salariés. Peut-être serait-il souhaitable de s’interroger sur l’opportunité de mettre en place des conventions entre pays pour permettre et encourager l’installation de bureaux satellites à proximité des frontières luxembourgeoises. À l’instar des conventions sur le télétravail, il devrait être possible de déterminer un quota de jours travaillés dans des bureaux satellites situés hors du Luxembourg, tout en bénéficiant de sa fiscalité. Il n’appartient à myLIFE d’entrer ici dans le débat et nous n’approfondissons pas ce point davantage.

Opter pour d’autres bureaux, c’est également un investissement. Pas la peine de détailler ici ce qui peut retenir l’employeur. On pourrait cependant argumenter que la productivité des équipes est meilleure sans le stress des transports et équilibre donc cet investissement de la part de l’employeur.

Enfin, un argument plus inattendu avancé par les entreprises contre l’adoption de bureaux satellites est le déficit en termes d’image de marque et de culture d’entreprise. Il est plus prestigieux pour une compagnie d’avoir ses locaux dans la capitale ou dans une zone proche plutôt que dans une zone éloignée. La tendance va également vers un rassemblement de tous les collaborateurs au sein d’un headquarter de grande envergure. En témoignent au Luxembourg les récentes installations du groupe Ferrero au Findel, ou PWC à la Cloche d’Or.

C’est la fiscalité du pays dans lequel se trouve le bureau satellite qui prévaut. Et ça change tout !

Le cas concret du Grand-Duché

Comme nous venons de le voir, les bureaux satellites permettent notamment de désengorger les axes routiers saturés qui convergent tous plus ou moins vers la capitale. Mais où ces bureaux pourraient-ils s’installer?

Avant d’atteindre la frontière luxembourgeoise en venant de France par exemple, on remarque que de très grandes parcelles de terrain sont absolument vides, souvent non exploitées par l’agriculture, et constitueraient un fort potentiel pour développer un marché immobilier de bureaux satellites. Ces terrains sont sans doute même moins chers que ceux qui se trouvent déjà sur le territoire luxembourgeois.

Mais n’évinçons pas la perspective luxembourgeoise pour installer les bureaux satellites. Des communes comme Belval ou Leudelange, déjà développées en termes de commerces ou de locaux professionnels, ont un fort potentiel, même si elles obligent le travailleur frontalier français à s’engager déjà dans une circulation encombrée à l’approche de la capitale. Le Nord du pays constitue également une alternative attractive. Avis aux amateurs.

Les avantages que présentent les bureaux satellites sont nombreux. Plus pratiques, ils font gagner du temps à l’employé et de la productivité à l’employeur. Plus convaincant que le travail à domicile à certains égards, ce mode de travail délocalisé fait pourtant également face à des questions de fiscalité, qui constituent un frein majeur à son développement.