Mes finances, mes projets, ma vie
12 juin 2021

Retraite ne rime pas nécessairement avec perte de revenus

Profitez davantage de la vie en planifiant votre retraite à l’avance avec méthode et avec l’aide d’un professionnel.

Selon les chiffres officiels du ministère compétent, la pension brute moyenne au Grand-Duché s’élevait en août 2020 à 3.862,75€ par mois, soit une pension nette moyenne de 3.743,67€. 75 % des retraités au Luxembourg touchent une pension inférieure ou égale à 4.766,43€ et les 25 % restants perçoivent un montant supérieur.

Les chiffres ci-dessus démontrent que le niveau des pensions au Luxembourg est beaucoup plus élevé que dans les pays voisins. Et pourtant, le départ à la retraite entraîne souvent une perte de revenus considérable, notamment si cette étape n’a pas été préparée durant la vie active ou que la préparation s’est révélée insuffisante. Il est alors difficile de compenser la baisse inévitable des revenus.

Certaines raisons compréhensibles peuvent expliquer le manque ou la mauvaise préparation de la pension : partenariat, carrière, enfants, ressources financières limitées – de nombreux jeunes professionnels ont des priorités et des préoccupations bien éloignées de cette question. La question de la retraite (et de ses conséquences financières) passe alors au second plan. Toutefois, compte tenu de la perte de revenus moyenne d’environ 20 % à la retraite, il est absolument nécessaire de planifier à long terme et de manière préventive. Par ailleurs, selon les dernières prévisions, le Luxembourg ne devrait plus guère être en mesure de maintenir d’ici 20 ou 30 ans le niveau actuel, et relativement élevé, des pensions.

Selon les dernières prévisions, le Luxembourg ne devrait plus guère être en mesure de maintenir d’ici 20 ou 30 ans le niveau actuel, et relativement élevé, des pensions.

Que faire ?

Alors, comment anticiper la retraite ? Tout d’abord, il convient de connaître sa situation à l’égard de la retraite. En créant un dossier qui rassemble tous les documents nécessaires, vous gardez une vue d’ensemble. De nombreux justificatifs sont en effet nécessaires pour faire valoir ses droits à la retraite. Il faut par exemple être en mesure de justifier les périodes d’assurance obligatoire (emploi, chômage, congé parental, « baby years », etc.) et les périodes équivalentes (études et formation professionnelle entre 18 et 27 ans, années d’éducation d’enfants de moins de 6 ans, etc.). Cette collecte de documents est également utile dans le cadre de la planification, qui ne doit pas être laissée au hasard.

En règle générale, le montant de la pension attendue dépendra dans une large mesure de ce que vous faites ou avez fait pour l’obtenir. Il est judicieux de commencer à épargner tôt, même si vous ne pouvez mettre qu’une somme limitée de côté. En effet, de petites sommes épargnées régulièrement sur plusieurs décennies donneront en fin de compte un montant total important, qui vous sera fort utile. Bien entendu, il faut veiller à la liquidité de son épargne afin de conserver la souplesse nécessaire pour réaliser des projets ou des achats à court terme. Épargner pour l’avenir ne veut pas dire s’imposer des restrictions excessives. Comme souvent, tout est une question d’équilibre.

Être propriétaire de son logement est bien sûr un avantage considérable au moment de la retraite. Un emprunt contracté tôt permet d’éviter le remboursement de mensualités élevées à l’âge de la retraite. Bien évidemment, les prix de l’immobilier sont actuellement élevés et le crédit souhaité n’est pas facile à obtenir, surtout si la banque exige un apport de fonds propres. Les taux d’intérêt sont en revanche avantageux. Ils se sont établis à un niveau extraordinairement bas, qui devrait être mis à profit si l’on souhaite investir dans l’avenir. N’hésitez pas à contacter votre banquier afin de déterminer votre capacité d’emprunt.

Diverses pensions complémentaires

Revenons à la pension, ou plutôt aux différentes possibilités qui existent en plus du régime public. Le législateur luxembourgeois a prévu des mesures visant à promouvoir les régimes professionnels (deuxième pilier) et la prévoyance personnelle (troisième pilier).

Si un employeur propose un régime de retraite complémentaire, les salariés peuvent y contribuer par des cotisations personnelles jusqu’à un montant de 1.200€ par an, déductible fiscalement en tant que dépense spéciale.

Si un employeur propose un régime de retraite complémentaire, les salariés peuvent y contribuer par des cotisations personnelles jusqu’à un montant de 1.200€ par an, déductible fiscalement en tant que dépense spéciale. Au moment du départ à la retraite, les prestations sont versées sous forme de capital ou de rente viagère et sont totalement exonérées de l’impôt sur le revenu au Luxembourg. Elles sont toutefois soumises à une retenue à la source forfaitaire de 20% à charge de l’employeur.

La réforme fiscale entrée en vigueur le 1er janvier 2017, prévoit une déduction fiscale annuelle de 3.200€ pour l’assurance prévoyance-vieillesse, quel que soit votre âge. Au moment du départ à la retraite (au plus tôt à 60 ans), vous bénéficiez soit d’un remboursement sous la forme d’une rente viagère exonérée à 50 %, soit du paiement intégral du capital taxé à la moitié du taux global, soit d’une solution intermédiaire combinant remboursement en capital et rente viagère.

L’investissement comme protection

Autre possibilité pour préparer financièrement sa retraite : investir. Qu’il s’agisse de fonds d’investissement, de produits d’assurance ou de produits structurés, il existe de nombreuses possibilités de placement permettant de constituer un capital à plus long terme et de garantir votre niveau de vie pendant votre retraite. Dans ce cas également, il n’est pas nécessaire d’y consacrer des sommes astronomiques. À cet égard, il est intéressant de déterminer son profil d’investisseur. En fin de compte, il s’agit d’identifier les opportunités et les risques associés aux investissements souhaités et de définir les objectifs à atteindre.