Mes finances, mes projets, ma vie
26 novembre 2020

Retraite, un non-sens (financier) ?

D’un point de vue financier, quel intérêt y a-t-il à prendre sa retraite ? N’est-il pas plus sensé de continuer à travailler et à mettre de côté plutôt que de faire une croix sur un revenu régulier et puiser dans l’investissement et l’épargne que l’on a mis des années à construire ? Certes. Mais là n’est pas vraiment la question. C’est plutôt sur le timing qu’il convient de s’interroger : à partir de quand la retraite devient-elle financièrement possible et à quel moment est-elle réellement une bonne idée ?

Votre situation financière actuelle

Peu importe ce que vous avez épargné pour votre retraite, le principal est que vous disposiez de ressources financières saines, ce qui revient essentiellement à présenter un endettement minimal. Si la plupart des fournisseurs de prêts hypothécaires laissent volontiers courir les échéances au-delà de la retraite, il devient de plus en plus difficile, et même plus coûteux, de rembourser une dette sans salaire. Votre revenu disponible sera nettement plus confortable si vous parvenez à rembourser votre crédit hypothécaire avant votre départ à la retraite (en plus d’autres créances accessoires telles que les prêts non garantis ou les encours de carte de crédit).

Pensez qu’il est généralement préférable de prendre sa retraite une fois les plus grosses dépenses acquittées. Pour beaucoup, il s’agit de rembourser un emprunt hypothécaire. Mais cela peut être aussi payer des frais de scolarité ou d’université. Dans ce cas, il sera peut-être prudent d’attendre que les enfants aient trouvé un emploi stable assurant leur indépendance financière, avec peut-être même déjà un bien immobilier ? Cela ne vous empêchera pas de leur donner un petit coup de pouce de temps en temps, mais ils seront certainement moins susceptibles d’avoir des besoins d’argent urgents.

Vos ambitions

Avez-vous une idée précise de la vie que vous souhaitez mener une fois retraité(e) ? Posez-vous la question avant de quitter un emploi salarié. Il serait dommage d’oublier de prendre en compte vos désirs de vacances, de sorties ou de voiture neuve.

Visualisez votre vie de retraité, et faites-vous une idée de ce que cela vous coûtera.

Visualisez votre vie de retraité, et faites-vous une idée de ce que cela vous coûtera. Prenez en compte les dépenses importantes, comme les voyages ou l’ameublement de votre logement, et voyez ce que pouvez économiser en quittant votre grande maison familiale pour un petit appartement.

Préparez-vous également à devoir faire face à des dépenses imprévues. Deux personnes sur trois sont un jour amenées à suivre un traitement médical de long terme, ce qui coûte cher. La prise en charge par l’État est soumise aux caprices de la politique gouvernementale et les prestations varient considérablement d’un pays à l’autre. Comme beaucoup de retraités, vous voudrez peut-être vous assurer d’avoir accès à des soins autres que ceux couverts par l’État.

Votre patrimoine

Pour éviter les mauvaises surprises, sachez exactement quelles sont les ressources financières dont vous disposez. Commencez par évaluer vos actifs de pension : à combien de régimes différents (sous-entendu, de prestataires différents) êtes-vous affilié(e)  ? Tout au long de sa vie professionnelle, un travailleur peut avoir fait carrière auprès de plusieurs employeurs, s’être mis à son compte et avoir cotisé à un système de prévoyance-vieillesse individuel. Il peut être utile de regrouper tous ces actifs de pension en un seul régime (ou deux) afin d’en avoir une vision plus claire.

Outre vos actifs de pension, vous possédez peut-être un bien en location ou un portefeuille d’investissements, qui peuvent à terme venir alimenter vos ressources financières. L’idée est de faire un état des lieux complet de votre patrimoine et de voir comment il est possible d’en tirer un revenu. Vous trouverez sur Internet une foule de calculateurs qui peuvent vous aider à déterminer le revenu que vous pouvez espérer dégager à partir d’une somme donnée. Cet exercice vous permettra d’évaluer le temps que durera votre épargne et, partant, votre budget de dépenses.

Selon des statistiques actuarielles, si un couple prend sa retraite à l’âge de 65 ans, on estime à 50% les chances que l’un des conjoints vive au moins jusqu’à 92 ans.

Et puis, il faudra bien se poser la question de l’espérance de vie, sujet peu réjouissant auquel bien des gens préféreraient ne pas devoir penser. Difficile de prévoir le temps que nous passerons sur cette terre. Et bien souvent d’ailleurs, nous le sous-estimons. Selon des statistiques actuarielles, si un couple prend sa retraite à l’âge de 65 ans, on estime à 50% (respectivement 25%) les chances que l’un des conjoints vive au moins jusqu’à 92 ans (respectivement 97 ans).

Cela vaut le coup de se demander si l’on ne peut pas reporter d’un an ou deux son départ à la retraite. Chaque année qui passe améliore votre situation : le volume des actifs disponibles pour créer votre revenu de retraite augmente à mesure que le nombre d’années à financer diminue.

Votre état d’esprit

Le travail, ce n’est pas qu’une question d’argent. Si certains sont impatients de dire adieu aux corvées ingrates, à un patron lunatique et à des collègues agaçants, pour d’autres, la retraite sera un véritable déchirement. Une activité professionnelle qui nous correspond peut être source d’épanouissement intellectuel, de camaraderie, d’éveil et peut surtout apporter à la vie cette structure sans laquelle beaucoup pourraient se sentir perdus.

Les gens sont de plus en plus nombreux à travailler au-delà de l’âge de la retraite légale. Au Royaume-Uni, par exemple, le nombre de personnes de plus de 70 ans qui exercent encore une activité professionnelle a doublé en dix ans, pour atteindre près d’un demi-million. Et cela n’a en général rien à voir avec un besoin d’argent. Ils ne sont tout simplement pas prêts à rejoindre le terrain de golf ou les allées de leur jardin.

Il faut garder à l’esprit que la retraite ne doit pas forcément être absolue. Les produits financiers dédiés sont aujourd’hui beaucoup plus flexibles. Il est possible de poursuivre une activité de consultance ou indépendante bien après sa retraite, voire d’intervenir sur des projets ponctuels. Et pourquoi pas envisager une « deuxième carrière » : créer votre entreprise ou devenir bénévole au sein d’une organisation qui vous tient à cœur ?

Prendre sa retraite n’a guère d’intérêt sur un plan purement financier. Il y a cela dit un bon et un mauvais moment pour l’envisager. Si après avoir pris en compte tous les aspects ci-dessus, le chemin à suivre vous paraît évident, le moment est peut-être venu de franchir le pas.

Certains sont impatients de dire adieu aux corvées ingrates quand d’autres redoutent de perdre la structure et la motivation que leur procure leur activité professionnelle. C’est une question de timing – tout qui envisage de prendre sa retraite doit s’assurer de disposer des moyens financiers suffisants pour satisfaire ses besoins et ses désirs sur une période qui risque d’être plus longue qu’il l’imagine.