Mes finances, mes projets, ma vie
30 novembre 2021

Agir contre l’écart de revenus à la retraite

En matière d’égalité salariale entre les hommes et les femmes, le Luxembourg a fait des progrès ces dernières années. Il enregistre les écarts de revenus parmi les plus faibles d’Europe. Cependant, des inégalités subsistent et se font particulièrement ressentir au moment de prendre sa pension. Que faire pour résorber cela et maintenir son niveau de vie à la retraite ?

Faibles écarts de salaires mais fortes inégalités des pensions

Depuis plusieurs années, le Luxembourg s’efforce de réduire les écarts de salaires injustifiés entre les sexes. Outre un ministère dédié à l’égalité entre les femmes et les hommes, ainsi que le vote d’une loi en 2016 élevant les inégalités salariales au rang d’infraction au code du travail, le pays a mis en place des outils visant à améliorer l’équité entre travailleurs et travailleuses : programme Actions Positives du ministère de l’Égalité entre les femmes et les hommes, promotion de la mixité de tous les métiers, flexibilité du congé parental, investissement en matière d’accueil de la petite enfance, mesures d’équilibre entre vie privée et vie professionnelle, etc.

En 2018, le Grand-Duché devient le second pays de l’Union européenne où l’écart salarial entre les hommes et les femmes est le plus faible. (…) Il est aussi celui où l’on enregistre le plus de différences quant au montant de la pension de retraite.

En 2018, le Grand-Duché devient le second pays de l’Union européenne où l’écart salarial entre les hommes et les femmes est le plus faible. Le revenu moyen annuel masculin est de 7,2% supérieur au salaire féminin, mais l’intervalle n’est plus que de 1,6% si l’on considère le salaire moyen horaire (Statec 2021).

Malgré cette évolution positive, le pays est aussi celui où l’on enregistre le plus de différences quant au montant de la pension de retraite. En 2019, Eurostat relevait un décalage de 44% entre la pension des hommes et celle des femmes de plus de 65 ans au Luxembourg. Un chiffre largement au-dessus de la moyenne européenne (29%) qui s’explique en partie, mais pas uniquement, par les inégalités du passé.

Comment expliquer cet écart ?

Le montant de la pension de retraite au Luxembourg dépend essentiellement de deux facteurs : les revenus perçus au cours de la carrière et le nombre de mensualités cotisées. L’indemnité est ensuite ajustée en fonction du coût de la vie et du facteur de revalorisation en vigueur. Or, ce sont précisément sur les rémunérations et les périodes d’assurances que l’on note des variations entre les deux sexes.

Les femmes comptent souvent des périodes d’assurance plus courtes. On les retrouve davantage dans des emplois à temps partiel (78% de ces postes sont occupés par des femmes) et, malgré une évolution notable, elles mettent encore fréquemment leur carrière entre parenthèses pour l’éducation d’un enfant ou pour prodiguer des soins à une personne dépendante, par exemple.

De plus, bien qu’ils se réduisent, les écarts salariaux continuent d’exister. Les femmes sont surreprésentées parmi les professions aux faibles revenus. Et, même si désormais 26% d’entre elles exercent des fonctions de direction, leur rémunération est moins importante que celle de leurs homologues masculins. Sans oublier que celles qui sont à la retraite bénéficie d’une pension calculée sur base de leurs revenus du passé, lorsque les inégalités de traitement étaient sensiblement plus marquée qu’aujourd’hui.

Tout cela pour dire quoi ? Que si les inégalités professionnelles entre les hommes et les femmes diminuent dans notre pays, il faudra encore patienter quelques années pour que cela se traduise par une réduction similaire des écarts au niveau des pensions de retraite. Pas optimal, mais inéluctable si aucune mesure nouvelle n’est prise pour rectifier cela. La question est alors : que faire si vous êtes une femme pour anticiper au mieux la baisse de revenus au moment de votre retraite ?

Durant leur vie active, les femmes peuvent compléter leur future pension en se constituant une épargne, en réalisant des investissements (…).

Améliorer vos revenus à la retraite

Plusieurs solutions sont envisageables afin d’anticiper une baisse de revenus à la retraite. Durant leur vie active, les femmes peuvent améliorer leur future pension en se constituant une épargne, en réalisant des investissements ou encore en poursuivant une activité professionnelle une fois pensionnées.

Ouvrir un compte épargne

En économisant régulièrement sur plusieurs décennies, elles peuvent se constituer un capital utilisable dès le moment de leur retraite. Un compte épargne alimenté mensuellement par virement automatique est un bon moyen de mettre de l’argent de côté sans y penser. Et plus on commence tôt, moins l’effort à fournir sera important ! Compte tenu des taux actuels, le rendement proposé est toutefois très faible.

Adhérer à un régime de pension complémentaire professionnel (2e pilier)

Certains employeurs proposent de financer un régime de retraite complémentaire pour leurs salariés afin de compléter la pension légale. Les employés peuvent, s’ils le souhaitent, y contribuer personnellement et déduire jusqu’à 1.200€ par an. Au moment de la retraite, les prestations sont versées sous forme de capital ou de rente viagère exonérée.

→ Depuis janvier 2019, les régimes complémentaires de pension sont également accessibles aux indépendants.

Souscrire à un contrat de prévoyance-vieillesse (3e pilier)

Le contrat de prévoyance-vieillesse est un instrument d’épargne individuel  défini par un contrat avec une banque ou une assurance. En y souscrivant, vous choisissez la manière dont votre capital est investi : placement sécurisé ou risqué. Le contrat doit être conclu pour une durée minimale de 10 ans et prend fin entre 60 et 75 ans. Pendant toute la durée du contrat, vous pouvez bénéficier de déductions fiscales jusqu’à 3.200€ par an en fonction du montant des primes versées. À l’échéance, les bénéficiaires choisiront soit le paiement intégral du capital taxé à la moitié de leur taux global d’imposition des revenus, soit une rente viagère exonérée à 50% ou une combinaison des deux.

Investir dans des produits financiers ou d’assurance

Fonds d’investissement, produits structurés, assurance vie, etc. Les options sont nombreuses pour se constituer un capital utilisable à la retraite. Les néophytes s’adresseront de préférence à leur conseiller bancaire qui leur présentera les opportunités et les risques des différents placements en tenant compte de leurs objectifs et de leur profil.

Devenir propriétaire d’un ou de plusieurs biens immobiliers

En devenant propriétaire de leur logement, vous évitez de devoir verser un loyer ou rembourser un emprunt immobilier une fois à la pension. Les biens immobiliers, vendus ou loués, apporteront si besoin des revenus complémentaires.

→ Les femmes indépendantes ou chefs d’entreprise ont la possibilité, par exemple, d’investir dans les locaux de leur entreprise.

Les femmes retraitées peuvent améliorer leurs revenus en poursuivant une activité professionnelle tout en touchant leur pension.

Cumuler emploi et pension

À la retraite, vous pouvez améliorer vos revenus en poursuivant une activité professionnelle tout en touchant votre pension. Il convient cependant de vérifier si les critères de cumul sont respectés afin qu’il n’y ait pas d’incidence sur le montant de la retraite, notamment dans le cas d’une pension de vieillesse anticipée.

Bon à savoir : certaines options permettent de compléter une carrière d’assurance incomplète : Baby Year, assurance facultative, continuée ou complémentaire, etc.

Finalement, l’ensemble des choix réalisés au cours de la vie active impactent la future pension. C’est pourquoi, il ne faut pas hésiter à se rapprocher de son conseiller bancaire qui sera d’une aide précieuse pour étudier les différents moyens permettant de maintenir son niveau de vie quand le moment de la retraite sera venu.