Mes finances, mes projets, ma vie
24 mai 2020

Les astuces du Professeur Nabil. Leçon n°2: vos premiers pas dans l’investissement

Bonjour à tous! Vous savez déjà qu’il est possible d’investir sans se ruiner, vous vous êtes décidés et vous avez même déjà quelques idées. Bravo! Mais attention, comme disait mon ami Warren Buffett: «Suivre les règles, c’est investir. Suivre ses émotions, c’est parier.» Alors aujourd’hui, je profite de cette séance pour vous dire comment réaliser vos premiers pas en tant qu’investisseur. Ouvrez grand vos pavillons, voici les 10 commandements qui doivent guider votre activité.

1. Un plan financier tu établiras

Si vous avez décidé d’investir, c’est que vous avez au moins quelques capitaux disponibles. Mais il s’agit tout de même de fixer un cadre, de délimiter le budget exclusivement consacré à vos investissements. Restez raisonnables sur les montants engagés. N’investissez pas tel un «robinet ouvert» au risque d’aller au devant de grosses désillusions. Soyez également prévoyants! Anticipez les impôts sur vos futures plus-values ou les liquidités pour d’éventuels travaux, achats ou frais de notaire dans le cas d’un investissement immobilier.

2. Ton banquier tu appelleras

La meilleure façon d’être moins bête, c’est encore d’être malin! Ne vous lancez pas sans parler avec des spécialistes. Pour bâtir un patrimoine financier, donnez-vous les moyens de poser des bases solides et durables. Evaluer vos objectifs d’investissement (y compris votre tolérance au risque), votre capacité financière et votre connaissance et expérience en matière d’investissement en fait partie et votre banquier est le mieux placé pour cela.

Il vous sera d’une aide précieuse pour établir votre profil d’investissement et il vous accompagnera dans l’établissement du plan financier. Il vous assistera notamment pour vous indiquer quels sont les produits financiers qui vous conviennent le mieux et vous aider à définir la meilleure façon de procéder.

3. Un horizon tu fixeras

Puisque vous êtes avec votre banquier, profitez-en pour fixer avec lui des objectifs à moyen, voire long terme. L’histoire montre que les investissements sur la durée sont souvent mieux récompensés, quel que soit le domaine dans lequel vous placez votre argent.  Évitez la spéculation, surtout en début d’aventure. Les placements à court terme, juste pour faire des «coups», ne sont pas recommandés à ce stade de mes cours. Entre le moment de semer et celui de la récolte, il faut apprendre à faire preuve de patience.

Si vous n’avez pas le temps ou l’envie de vous informer, il existe toujours des alternatives intéressantes. Votre banque propose ainsi des formules de contrat conseil en investissements ou de gestion discrétionnaire.

4. Moins ignorant tu deviendras

Un bon investisseur se forme, s’informe et est au courant des dernières tendances de la bourse ou du secteur où il investit. Abonnez-vous à des revues sur l’économie, écoutez les émissions de radio ou télé dédiées à l’actualité économique, lisez du contenu sur Internet et abonnez-vous aux forums d’experts. Toutefois, je pourrais ajouter ici un commandement supplémentaire: «Les faux prophètes tu dédaigneras!» N’écoutez pas n’importe qui et ne faites pas n’importe quoi. Et méfiez-vous comme de la peste des prétendus experts qui préfèrent rester anonymes!

Si vous n’avez pas le temps ou l’envie de vous renseigner, il existe toujours des alternatives intéressantes. Votre banque propose ainsi des formules de contrat conseil en investissements  ou de gestion discrétionnaire.

5. Tes actifs tu diversifieras

Je ne le répèterai jamais assez: ne placez pas tous vos œufs dans le même panier! Diversifiez les produits ou instruments financiers dans lesquels vous investissez et variez aussi les secteurs d’activité qui s’y rapportent. Si vous avez bien travaillé le quatrième commandement, pourquoi ne pas élargir vos horizons en investissant également dans différentes régions du monde. L’économie n’est pas tout le temps à son zénith au même endroit. Attention quand-même aux frais que peut occasionner cette «dispersion» d’actifs, à commencer par les frais de change si vous investissez dans différentes monnaies.

6. De bons outils tu disposeras

Un investisseur sans mémoire est un investisseur sans avenir! Créez-vous une base de données, un historique et des tableurs pour organiser le suivi de vos placements. De bons outils informatiques  existent à cette fin. Sinon, retournez dire bonjour à votre banquier qui devrait pouvoir vous aider une fois encore.

7. Les valeurs sûres tu considéreras

Il y a autant de produits d’investissement ou d’instruments financiers que de raisons d’investir. Prenez donc votre temps pour choisir. Pour commencer, je vous invite à vous orienter vers des produits peu volatils et «sécurisants», comme les obligations d’État par exemple. Ce placement est assez sûr dans la mesure où un État fait rarement faillite. Silence! J’entends les premiers de classe qui ricanent. J’ai bien dit rarement… pas jamais.

8. Tes émotions tu gèreras

Sachez être à l’écoute des experts, mais apprenez aussi à faire fi des rumeurs sur l’état du marché. Ce sont elles qui sont souvent responsables d’emballements injustifiés pour telle action ou tel produit. Lorsque les courbes s’emballent, sachez garder votre sang-froid.

Ce qui doit motiver vos achats ou vos ventes, ce sont vos objectifs et la stratégie que vous avez fixée au départ. Bref, inspirez un grand coup, expirez doucement, restez zen et apprenez à gérer vos émotions.

Plus vous viserez un rendement élevé, plus il vous faudra prendre des risques, et ce n’est pas forcément recommandé en début d’aventure.

9. Le risque tu évalueras

Enlevez cette peinture flamande au-dessus de votre lit, je ne veux plus voir qu’un poster où est écrit en rouge fluorescent et clignotant «rendement = risque». Plus vous viserez un rendement élevé, plus il vous faudra prendre des risques, et ce n’est pas forcément recommandé en début d’aventure. Gardez bien cet équilibre à l’esprit. L’investisseur a une fâcheuse tendance à se focaliser sur le rendement tout en adoptant une attitude de déni sur le risque encouru.

10. Toujours humble tu demeureras

Restez humble à tous les niveaux. Dans les sommes que vous engagez, tout comme dans votre réussite et les décisions que vous prenez. Et plus globalement dans votre vie tout court si je peux me permettre. Bon, à chacun sa philosophie n’est-ce pas.

Quoi qu’il en soit, rien n’est acquis en matière d’investissement! N’oubliez pas que les performances passées ne préjugent pas des performances futures. C’est d’ailleurs ce qui fait l’intérêt du quotidien d’un investisseur. Il vous faudra reconsidérer régulièrement ce que vous faites. C’est assez grisant si l’on est préparé et bien organisé.

 Ces 10 commandements sont sans doute ceux qu’utilisent aussi les investisseurs confirmés. Vous voilà donc déjà sur un pied d’égalité avec eux! Ces bonnes habitudes devraient en tout cas vous éviter de faire pas mal d’erreurs lors de vos premiers pas. Pour le prochain cours, pensez à lire un ou deux ouvrages sur le sujet de l’investissement.

Allez, posez vos tablettes, c’est l’heure de la récré.