Mes finances, mes projets, ma vie
27 septembre 2022

Entrepreneur : courage, détermination et bien plus encore

Quelles sont les qualités d’un bon entrepreneur ? Nous avons cherché à le savoir pour vous.

Le nombre de créations d’entreprises augmente depuis plusieurs années au Luxembourg, passant d’environ 2.300 par an au début du siècle à plus de 3.500 actuellement, selon une étude du groupe de réflexion « Idea ». Les autorisations de commerce ont elles aussi progressé, de 4.500 en 2010 à plus de 6.000 aujourd’hui. Si la pandémie de coronavirus a très certainement ralenti ce rythme, les créations d’entreprises poursuivront probablement leur progression à l’avenir. L’échec fait aussi partie du jeu, surtout pour les jeunes entreprises. En règle générale, quatre start-ups sur cinq font faillite.

Prendre ses responsabilités

Avant de se lancer, il convient de connaître les qualités nécessaires pour être entrepreneur et de savoir quelles sont vos forces. Selon une étude du célèbre « Massachusetts Institute of Technology » (MIT), les indépendants qui réussissent présentent souvent certains traits de caractère, dont la confiance en soi, un sens élevé des responsabilités, une peur limitée de l’échec et une tolérance à l’incertitude supérieure à la moyenne.

Ils doivent en outre disposer d’une certaine capacité de persuasion et de négociation pour discuter des prix, gagner des clients et convenir de conditions. Les personnes plutôt créatives ont souvent des difficultés à cet égard. Par ailleurs, les entrepreneurs peuvent aussi passer beaucoup de temps seuls. Si cela peut convenir aux personnes plus introverties, d’autres éprouveront un sentiment de solitude.

Le fait de pouvoir décider de ses horaires peut certes sembler tentant, mais il faut garder à l’esprit qu’un indépendant ne gagne de l’argent que lorsqu’il travaille. Les vacances sont par conséquent synonymes de perte de revenus, alors que les employés ont droit à des congés payés. Il est en outre très difficile de refuser des contrats et même les indépendants expérimentés craignent de perdre des clients dans un tel cas. Cela peut donner lieu à un allongement du temps de travail.

Tôt ou tard, tout entrepreneur est confronté à l’échec d’une idée ou d’un projet. Les échecs font partie du jeu et il faut en tirer les leçons. Des décisions difficiles devront être prises et leur mise en application nécessitera détermination et ténacité.

Un entrepreneur doit avoir une grande force intérieure pour relever ces défis. Pour reprendre les mots de l’écrivain Samuel Beckett (traduction libre) : « Déjà essayé. Déjà échoué. Peu importe. Essaye encore. Échoue encore. Échoue mieux. »

Discipline financière exigée

La discipline financière est également une qualité importante pour les indépendants. En effet, leurs impôts ne sont pas déduits automatiquement de leur salaire mensuel et il leur incombe dès lors de veiller à leur paiement.

Les sociétés et les entreprises individuelles dont le chiffre d’affaires annuel est supérieur à 35.000€ doivent demander un numéro de TVA au Luxembourg. Cela entraîne certaines obligations de déclaration, mais signifie également que la TVA facturée doit être reversée. Pour rappel, le taux normal de TVA au Luxembourg est de 17 %. Des taux réduits s’appliquent aux biens essentiels tels que le chauffage et l’éclairage, le loyer et le carburant.

En tant que créateur d’entreprise, vous devez également vous assurer que vous avez toujours droit aux prestations de sécurité sociale, notamment à la pension légale. Les cotisations peuvent être versées en même temps que l’impôt sur le revenu. Dans le cas d’une société à responsabilité limitée (s.àr.l. ou GmbH), c’est un peu plus compliqué, car vous êtes alors responsable du respect des délais de paiement.

L’assurance est incontournable

En renonçant à la sécurité d’un emploi fixe, ce n’est pas seulement un salaire régulier et déterminé qu’on abandonne, mais aussi divers autres avantages, incluant souvent un régime de retraite, une assurance maladie et une assurance décès proposés par l’entreprise, ainsi que d’éventuels suppléments.

Pour les travailleurs indépendants, la prévoyance-retraite risque de s’avérer insuffisante, tout comme les prestations sociales en général.

Pour les travailleurs indépendants, la prévoyance-retraite risque de s’avérer insuffisante, tout comme les prestations sociales en général. C’est en particulier ces éléments qui devraient être inclus dans la planification financière. Dans ce contexte, il est bon de savoir que le régime de retraite complémentaire du Luxembourg, qui était auparavant réservé aux salariés, a été ouvert aux indépendants en 2019. Une assurance couvrant le décès et les risques tels que les accidents, la maladie ou l’invalidité est également très judicieuse. Les entreprises peuvent déduire les primes correspondantes des impôts.

En ce qui concerne le salaire, il faut tenir compte du fait qu’un certain temps est nécessaire pour qu’une entreprise s’établisse sur le marché. La patience est donc également de mise ici. Si le fait d’être indépendant présente des avantages et des inconvénients, notamment sur le plan administratif, il permet presque toujours de mieux concilier vie professionnelle et vie privée. Savoir que les efforts fournis se traduisent directement au niveau du revenu peut également s’avérer très satisfaisant. Certaines personnes trouvent cela beaucoup plus motivant que le travail dans une grande entreprise.

La capacité de persuasion, une qualité indispensable

Les entrepreneurs doivent sans cesse « vendre », c’est-à-dire présenter, leur entreprise, que ce soit pour convaincre des investisseurs ou motiver leurs collaborateurs. Cela nécessite énormément d’énergie, une motivation à toute épreuve et une certaine détermination.

Un entrepreneur doit à la fois être le chef d’équipe et un membre de celle-ci.

L’esprit d’équipe est également indispensable, faute de quoi il sera impossible de reconnaître les opportunités et d’orienter l’entreprise dans la bonne voie. Un entrepreneur doit à la fois être le chef d’équipe et un membre de celle-ci. Il doit, dans la mesure du possible, structurer son entreprise de manière à ce que les compétences se complètent. Cela s’applique également à l’équipe dirigeante. En effet, la personne qui peut amener une start-up à une phase de croissance n’est pas nécessairement celle qui est capable de soutenir son développement lorsque l’entreprise sera mature. Si un entrepreneur peut trouver aisé d’apposer son empreinte personnelle sur une entreprise comptant jusqu’à 100 personnes, son impact sera sans doute plus limité dans une société de 500 ou 1.000 personnes. Un bon entrepreneur sait par conséquent quand sa contribution à une entreprise a atteint ses limites et sera en mesure de prendre une décision réfléchie au bon moment pour transmettre les responsabilités de première ligne à la prochaine génération de dirigeants.