Mes finances, mes projets, ma vie
30 novembre 2021

La gestion commune, une solution judicieuse

Au sein d’un couple, comment s’organiser en matière de budget ? Une question très intéressante à laquelle chacun peut apporter une réponse différente. Il n’existe en effet aucun modèle universel. Dans les faits, la méthode dite à cinquante-cinquante est particulièrement prisée.

Selon cette approche, les dépenses communes sont couvertes par les deux parties. Dans la pratique, les deux partenaires versent une même somme sur un compte commun. Ils peuvent décider conjointement d’adapter ce montant en fonction des dépenses courantes et de leurs projets. Efficace et pratique !

La proportionnalité comme maître mot

Se pose naturellement la question de la répartition équitable. Comment répartir les charges ? Qui paie quoi ? Quelle contribution possible au budget pour chacun des partenaires ? Chaque couple doit ainsi décider ensemble de ce qu’il convient de faire. Si l’un des deux partenaires reste à la maison pour s’occuper des enfants, il est clair que le principe de partage à cinquante-cinquante ne fonctionne plus. Il en va de même pour deux personnes dont les revenus sont sensiblement différents. Dans de tels cas, l’un des deux partenaires se retrouverait dans l’impossibilité de contribuer à la même hauteur que l’autre, ou cela serait tout simplement considéré comme injuste. C’est pourquoi de nombreux couples choisissent de gérer leur budget selon le principe de la proportionnalité. Cela signifie que la contribution de chacun est fonction de ses moyens. Par exemple, si le partenaire A gagne deux fois plus que le partenaire B, il participe également deux fois plus au budget du ménage, soit une contribution à hauteur de 66,7 %.

Aucun des partenaires ne doit se sentir exclu.

Dans certains couples, l’un des deux partenaires s’occupe de payer toutes les factures et prend seul les décisions financières du quotidien. Aucun problème du moment que l’autre partenaire n’est pas mis à l’écart des décisions à prendre. C’est une chose que de vouloir prendre en charge le volet financier complet pour en débarrasser son partenaire, mais tenir seul les cordons de la bourse peut également mener à une frustration et à des tensions importantes. Pour éviter une telle situation, certains couples agissent au cas par cas. Ainsi, ils ne se fixent pas de règles strictes et adaptent leur façon de faire au type de dépenses. Cette solution flexible peut mener à un équilibre positif. Elle présuppose tout naturellement un dialogue franc, qui ne laisse aucune place aux non-dits.

Frais d’habitation

Dans le cas de couples, il arrive souvent que l’un des partenaires emménage dans l’appartement de l’autre. Se pose alors la question du loyer. Il est possible de décider de séparer les frais de logement des autres dépenses courantes. Dans ce cas, on peut supposer que les frais liés à l’appartement représentent environ la moitié du total du budget d’un ménage. Le partenaire qui conserve son appartement s’occupe du loyer ou du remboursement du crédit, tandis que l’autre prend en charge les autres dépenses du ménage. Dans le cas de dépenses imprévues ou liées à de nouveaux projets, le couple devra décider comment les couvrir.

Le régime de la communauté de biens est une option pouvant faciliter bien des choses.

La solution « la plus simple »

Il existe une solution qui ne convient certes pas à tout le monde (et pour de bonnes raisons), mais qui règle toutes les questions relatives au partage des dépenses, à savoir la mise en commun de tous les biens et moyens financiers. Le principe du régime de la communauté de biens est on ne peut plus simple : « tout ce qui t’appartient m’appartient, et inversement. »

6.280€

Selon des données officielles (Statec 2020), le revenu mensuel disponible moyen d’un ménage luxembourgeois est de 6.280 euros.

Ici, pas de question de proportionnalité, d’équité ou de répartition des charges, dans la mesure où tout appartient au couple. Les salaires sont versés sur un compte commun, qui sert à couvrir les dépenses tant communes que personnelles. Cela signifie donc dans une certaine mesure que le couple forme une entité distincte, qui ne peut se résumer aux deux personnes qui la composent. Cette situation suppose bien entendu une confiance totale en son partenaire et sa relation à l’argent. Envisager cette solution dès les premières semaines d’une relation est risqué. Mais elle est et reste une option permettant de faciliter la gestion des finances.

De nombreuses possibilités existent : égalité, proportionnalité, mutualisation, prise en charge des frais par un des deux partenaires, etc. Ce qui fonctionne pour un couple ne convient pas nécessairement à un autre. Au sein d’un seul et même couple, les solutions choisies peuvent également évoluer au fil des différentes étapes de la vie et des décisions professionnelles de chacun. Il est donc très important de pouvoir en parler de manière ouverte et de s’assurer qu’aucun des deux membres du couple ne se sente lésé par les décisions prises.

Tout est une question de confiance.

Les dépenses d’un ménage sont un sujet épineux, qui n’en reste pas moins important pour la stabilité à long terme d’un couple. L’argent ne fait certes pas le bonheur, mais une gestion saine et commune des finances y contribue.