Mes finances, mes projets, ma vie
24 mai 2020

Les astuces du Professeur Nabil. Leçon n°1: comment investir sans se ruiner?

Budget, investissements, épargne ou patrimoine, le Professeur Nabil partage son avis éclairé sur de multiples sujets d’ordre financier. Sa particularité: informer sur l’essentiel tout en s’autorisant parfois une pensée plus audacieuse qui invite à sortir des sentiers battus.

Bonjour à tous!

Aujourd’hui, nous allons étudier ensemble l’investissement, ou plutôt comment investir sans se ruiner. J’en vois qui ricanent au fond, mais sachez qu’il n’est pas nécessaire d’être millionnaire pour investir en bourse ou ailleurs. Il existe différents types de placements tout aussi accessibles qu’intéressants si l’on sait où chercher et comment procéder. Quitte à faire preuve parfois de patience ou de créativité pour atteindre un résultat satisfaisant. Vos moyens sont limités? Et alors? Placer des sommes raisonnables minimise le risque tout en conservant 100% du plaisir d’investir.

Avant de vous proposer quelques idées d’investissement classiques ou plus surprenantes, je débute par quelques recommandations théoriques importantes. À vos stylos!

  • Astuce n°1: patience est mère de toutes les vertus. Soyez patient, car qui dit petites sommes, dit évolution lente. Comptez sur l’effet «boule de neige». Avec le temps et en faisant les bons choix, le bébé va grandir.
  • Astuce n°2: qui veut aller loin ménage sa monture. Voyez à long terme pour vos investissements, projetez-vous dans le temps et évitez les raccourcis douteux. Veillez à demeurer consistant et cohérent dans votre approche, gardez la tête froide lorsque les marchés bougent.
  • Astuce n°3: ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier. Tout miser sur un seul produit ou sur un seul instrument financier, c’est mettre en péril l’intégralité de son investissement. La diversification est une règle d’or!

(…) aucun investissement attractif n’est sûr à 100%. N’investissez donc jamais plus que la perte que vous pouvez supporter.

  • Astuce n°4: n’ayez pas les yeux plus gros que le ventre. L’objectif de tout investissement étant si possible de dégager un rendement présumé intéressant, il est indispensable de se souvenir qu’aucun investissement attractif n’est sûr à 100%. N’investissez donc jamais plus que la perte que vous pouvez supporter.
  • Astuce n°5: l’union fait la force. Bien investir requiert un certain niveau de connaissance et d’expérience, de l’humilité et du temps. Lorsqu’un de ces éléments fait défaut, il vaut mieux se faire accompagner par les bonnes personnes. Votre banquier est là pour cela.

Vous êtes à présent armés, passons à la pratique! Voici donc quelques idées d’investissements raisonnables ou plus originaux qui vous feront dire: merci, Professeur Nabil! Attention, certains d’entre eux sont nettement plus risqués que d’autres alors écoutez attentivement Professeur Nabil avant de vous lancer: n’investissez rien tant que vous n’avez pas fait établir de manière sérieuse votre profil d’investisseur! En effet, la pertinence d’un investissement dépend toujours de la situation spécifique de celui qui investit.

  • La bourse. Le choix des instruments financiers disponibles est immense. Disposant d’un budget limité, les «ETF» («exchange-traded funds») ou fonds indiciels présentent un grand intérêt. Leur coût de gestion est très faible, et ces fonds présentent une large diversification d’actifs dans votre portefeuille.
  • L’immobilier. Oui, je sais, on a parlé de petit budget. Pas de panique, il n’est pas question ici de vous pousser à de grands investissements dans la pierre. «L’immobilier» comprend aussi des biens comme les garages. Hééé oui, acheter un garage constitue un investissement raisonnable et potentiellement rentable. Dans des villes où trouver une place de parking équivaut à chercher une aiguille dans une botte de foin, c’est un placement intelligent. Selon son emplacement et ses dimensions, votre garage pourra se louer plusieurs centaines d’euros par mois au Luxembourg. Vous doutez? Jugez vous-même.

Misez sur ce qui vous plaît et qui coûte peu aujourd’hui avec l’espoir que cela prendra beaucoup de valeur avec le temps.

  • Il y a ce que j’appelle «l’investissement plaisir». Bon, pour le moment ce jeune peintre de Strassen n’est pas coté sur le marché de l’art, mais dans 10 ans… Qui sait?! Idem pour les 12 bouteilles de Bordeaux 2015, bien posées dans votre cave à bonne température. Vous m’avez compris, misez sur ce qui vous plaît et qui coûte peu aujourd’hui avec l’espoir que cela prendra beaucoup de valeur avec le temps. Dans le pire des cas, vous vous retrouvez avec un tableau qui vous plaît ou de bonnes bouteilles à boire entre amis.
  • L’entrepreneuriat. Pourquoi ne pas investir dans des sociétés et notamment dans le secteur du digital? Vous croyez dans le potentiel de cette petite start-up qui développe des logiciels informatiques ou de cette PME qui fabrique du savon qui ne glisse pas des mains. Elles recherchent sûrement des investisseurs. Mais attention, renseignez-vous bien et faites-vous accompagner par des experts avant d’y mettre vos économies. Ce n’est pas sans risque! Dans le même esprit, pensez au crowdfunding (financement communautaire) et aux possibilités offertes par l’économie participative.
  • Les solutions d’épargne et les assurances-vie. Pour ce genre d’investissements, passez directement saluer votre banquier qui sera ravi de vous voir. Taux, primes, échéances, il vous dira tout et bien plus encore sur le sujet et les différentes possibilités qui s’offrent à vous.
  • Et si vous investissiez dans la nature ou les animaux? Ne riez pas, c’est sérieux. Par exemple investir dans une vache! Aussi incongru que cela puisse paraître, investir dans un ou des bovidés offre un rendement moyen de 5% sur la vente du lait. Certes cela requiert un peu d’espace, mais vous pouvez aussi trouver un arrangement avec l’exploitant agricole près de chez vous. Vous doutez encore? Regardez l’exemple de nos voisins belges. Dans le même esprit, il y a le cheval de course. Évidemment, c’est un pari osé, mais c’est aussi et avant tout une passion, voire un mode de vie à part entière. Enfin, il est possible d’investir dans la forêt. Vous avez le choix entre une prise de parts au sein d’un groupement forestier ou bien un achat direct à une commune. Vous obtiendrez un bénéfice sur la vente du bois ou sur la vente des billets si vous créez un parcours de promenade ou une réserve animalière par exemple.
  • Il est également possible d’investir sur un étudiant. Vous devenez alors le mécène d’un jeune talent prometteur. En deux mots, c’est vous qui financez ses études et il vous rembourse avec un intérêt lorsqu’il entrera dans la vie active. L’offre n’existe pour le moment qu’avec des universités américaines mais elle débarquera sûrement un jour chez nous. Étudiez ce que propose déjà Upstart.

Le panorama est large n’est-ce pas? J’espère que ce listing vous aidera à y voir plus clair. C’est peut-être justement dans la diversification de vos placements que réside la solution à notre question de départ. Quel que soit le sujet dans lequel vous allez investir, sachez que vous allez devoir vous investir, vous aussi. De ce fait, optez pour un sujet qui vous plaît un minimum, dans lequel vous trouvez un intérêt personnel, au-delà de l’aspect pécuniaire.

Fin du cours, pensez à vivre heureux… c’est encore ce qui vous rapporte le plus!