Mes finances, mes projets, ma vie
12 juillet 2020

Qu’est-ce qu’une SICAV?

Le domaine de l’investissement vous intéresse, mais vous n’êtes pas très à l’aise avec les termes financiers qui s’y attachent. myLIFE décrypte pour vous certaines notions et formules particulières. Aujourd’hui, nous nous intéressons à la SICAV. Explications.

Les OPCVM (Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) font partie de la famille des fonds au Luxembourg. Ils sont destinés principalement aux investisseurs de détail et sont le plus souvent constitués sous la forme de SICAV (Société d’Investissement à Capital Variable).Vous avez déjà mal à la tête? Pas de panique, nous n’allons pas vous perdre dans la technique des fonds ni dans une multitude de sigles.

Une SICAV est tout simplement un fonds destiné à toutes personnes qui souhaitent déléguer la gestion de leurs investissements à un spécialiste plutôt que de passer eux-mêmes trop de temps à suivre les marchés financiers. A travers la SICAV, vous allez donc, par exemple, pouvoir investir en bourse, sans pour autant être un expert!

Comment ça marche?

La SICAV est une société anonyme dont les parts sont offertes au public et dont l’objet exclusif est de placer des fonds en valeurs mobilières (ou autres actifs financiers liquides) en répartissant les risques d’investissement et de faire bénéficier les investisseurs des résultats de la gestion de leurs actifs. Le capital social de la SICAV est à tout moment égal à la valeur de son actif net, d’où son nom. Soumise à la surveillance de la CSSF (Commission de Surveillance du Secteur Financier), elle est composée d’un conseil d’administration, d’une assemblée générale et d’actionnaires (les souscripteurs). Elle peut être indépendante ou se présenter comme une filiale d’une banque ou d’une assurance.

Concrètement, les capitaux de plusieurs investisseurs sont rassemblés dans la SICAV, puis confiés à un gérant professionnel qui va les investir en valeurs mobilières (actions, obligations, etc.). En réalisant des achats, ventes ou encore en échangeant des titres, ce professionnel s’occupe de la gestion quotidienne du portefeuille du fonds (la SICAV ne peut pas gérer des actifs qui ne sont pas compris dans son portefeuille). Son objectif est d’assurer le meilleur rendement possible pour les investisseurs dans le respect de la stratégie d’investissement de la SICAV.

Plusieurs types de SICAV

Il existe plusieurs types de sociétés, qui adoptent une politique d’investissement plus ou moins risquée. Parmi les principales, on trouve la SICAV en actions (risque élevé, avec l’objectif d’une bonne rentabilité à long terme), la SICAV en obligations (plus sécurisée, ambitionnant une rentabilité moyenne), la SICAV diversifiée (réalisant à la fois des placements en actions et en obligations, pour obtenir la meilleure plus-value possible), ou encore la SICAV monétaire, appelée aussi SICAV en trésorerie (placement à court terme peu risqué, mais aussi peu rentable). Le choix de placer votre argent dans l’une ou l’autre dépendra de vos objectifs et de votre profil d’investisseur.

Afin de permettre à l’investisseur de faire un choix éclairé, la SICAV a l’obligation de détailler toutes ses caractéristiques dans un Prospectus qu’elle doit lui fournir. Ce document renseigne les objectifs du fonds, sa stratégie d’investissement, ses risques ou encore les frais. S’il est indispensable de savoir dans quoi vous vous engagez, tenter de bien lire et comprendre tout le Prospectus peut s’avérer fastidieux! C’est pourquoi il existe ce qu’on appelle le KIID: le document d’information clé pour l’investisseur.

Un KIID est un document dont les règles de fond et de forme sont uniformes pour les différents pays de la Communauté européenne. Le KIID présente les caractéristiques essentielles d’un fonds. Ces informations vous permettront de comprendre la nature du produit proposé, les risques qui lui sont associés et de prendre votre décision en connaissance de cause. Ce document limité à deux pages contiendra les informations suivantes:

  • description des objectifs et de la politique d’investissement;
  • profil de risque et de performance du fonds;
  • coûts et frais liés;
  • historique des performances;
  • informations pratiques.

Lisez donc attentivement ce KIID ainsi que la dernière «factsheet» du produit, et posez toutes les questions nécessaires à votre banquier avant de signer quoi que ce soit.

Vous diversifiez vos placements et diminuez ainsi votre prise de risque: le capital étant placé sur plusieurs supports, la baisse d’une action est souvent compensée par la hausse d’une autre.

La SICAV, des avantages, mais pas que

Même en achetant une petite part d’un portefeuille, vous accédez à un large choix d’instruments et de marchés financiers. Vous diversifiez vos placements et diminuez ainsi votre prise de risque: le capital étant placé sur plusieurs supports, la baisse d’une action est souvent compensée par la hausse d’une autre.

A savoir que les sommes investies sont en principe disponibles à tout moment, ce qui signifie que le souscripteur peut acheter et vendre ses actions dans la SICAV lorsqu’il le souhaite. Pour éviter les mauvaises surprises, il est toujours possible de consulter dans la documentation de la SICAV les informations relatives aux sorties. Par contre, il n’est pas possible de connaître à l’avance le rendement exact du placement, la valeur du titre étant déterminée sur base de la prochaine valeur du fonds. Lorsque cette dernière est calculée quotidiennement, elle est connue le lendemain de la transaction. Il n’est toutefois pas rare que la VNI (valeur nette d’inventaire) soit calculée de manière hebdomadaire, mensuelle, voire bimensuelle.

Concernant la fiscalité des OPCVM, il faut savoir que les distributions se font sans retenue à la source, avec seulement une taxe d’abonnement (exonération dans certains cas).

La SICAV n’a-t-elle que des avantages? Non. Outre les risques de marché inhérents à la stratégie d’investissement, il faut être conscient qu’investir son épargne dans ce type de véhicules engendre des coûts. Ainsi, le souscripteur va devoir payer des droits de souscription, des frais de gestion et parfois même de sortie. C’est le prix de l’expertise sollicitée et de votre tranquillité d’esprit!

Voilà, vous en savez à présent un peu plus sur ce véhicule d’investissement. Si vous êtes tenté par l’investissement sans être spécialiste, nous vous conseillons avant tout de respecter les 10 commandements de l’investissement, pour être certain de ne pas partir sur le mauvais chemin. Sachez aussi qu’il est toujours utile de discuter avec votre conseiller bancaire, qui devrait pouvoir répondre à vos questions.