Mes finances, mes projets, ma vie
17 février 2019

Aidez votre enfant à gérer son budget

Donner de l’argent de poche à votre enfant permet de le responsabiliser, c’est un premier pas vers la vie d’adulte. Mais gérer un budget ne s’improvise pas, cela s’apprend. Et de préférence avec un peu d’aide ! Comme il n’est jamais trop tôt pour acquérir de bons réflexes financiers, myLIFE vous livre sans plus attendre quelques pistes de réflexion sur ce sujet. Profitez-en, c’est gratuit.

La pédagogie par le jeu

Pour tout enfant, l’aspect ludique est capital dans le processus d’apprentissage. La gestion financière n’échappe pas à cette règle. Ce sera donc une ligne directrice, surtout si votre enfant est très jeune. Sa mémorisation des conseils donnés n’en sera que meilleure, et le plaisir de manipuler de l’argent n’entamera pas pour autant le sérieux que vous attendez de lui.

Vous cherchez un prochain cadeau utile à lui offrir ? Il existe différents jeux disponibles dans le commerce qui devraient éveiller chez lui le sens de l’économie, du rôle et de la gestion de l’argent. Jeux de société, comme « La Bonne Paye », ou stand de la marchande avec caisse enregistreuse, c’est à lui de jouer !

Apprendre en se trompant

Essayez de ne pas trop intervenir pour éviter les faux pas. Il vaut mieux que votre enfant fasse des erreurs financières maintenant, alors qu’il n’y a pas d’enjeu important, plutôt que dans sa vie d’adulte.

Au début, laissez-le donc gérer librement son argent, se confronter à la réalité et, inévitablement, se tromper. Lorsque cela arrive, ne dramatisez pas la situation et aidez votre enfant à tirer sans drame les leçons de son erreur. Par exemple, laissez la tentation (bien légitime) de quelques friandises entamer son budget pour illustrer, le jour où il n’a pas assez d’argent pour autre chose, la nécessité de toujours garder « une poire pour la soif ».

Surtout, ne cherchez pas à « passer l’éponge » sous prétexte qu’il vous fait une crise. S’il a tout dépensé, ne faites pas l’erreur de lui payer quand même ce qu’il aurait dû s’acheter avec son propre argent de poche. Il va devoir apprendre que, « dans la vie, on ne peut pas tout avoir ».

L’idéal serait de commencer à inculquer quelques bons réflexes assez tôt à votre enfant. Sept ou huit ans semble être un âge adapté.

Progressivité et régularité

L’idéal serait de commencer à inculquer quelques bons réflexes assez tôt à votre enfant. Sept ou huit ans semble être un âge adapté. En sciences sociales, c’est l’entrée dans le stade opératoire concret, dans « l’âge de raison », comme on disait autrefois. C’est aussi l’âge où il aborde les mathématiques à l’école.

Commencez par de toutes petites sommes données occasionnellement. Vous pourrez ensuite lui donner un argent de poche régulier, dont le montant augmentera avec le temps. Du bonbon à la sortie de l’école jusqu’aux petites économies pour acheter le dernier jeu à la mode, la progressivité est fortement recommandée.

Enfin, il convient sûrement de déterminer une échéance à laquelle vous lui verserez cet argent de poche. Plus tard aussi, son salaire sera très probablement versé de façon régulière. Gérer son argent, c’est savoir gérer le temps et se projeter dans l’avenir. Mensuellement, hebdomadairement, voire quotidiennement, c’est à vous de voir. Mais soyez régulier et restez ferme sur l’idée qu’il n’y aura pas de « bonus tombé du ciel ». Préparez votre enfant aux échéances financières qui rythmeront sa vie d’adulte.

Parler d’argent

S’il n’est peut-être pas sain de thématiser l’argent à l’excès, il ne doit pas non plus être un sujet tabou, surtout dans une société où il occupe une place parfois ambiguë. Transmettre un rapport sain à l’argent fait partie de l’éducation, et cela implique d’être capable d’en parler d’une manière compréhensible par votre enfant en fonction de son âge.

Sa curiosité enfantine devrait naturellement le pousser à vous poser des questions à ce sujet. Répondez-lui à sa question, sans forcément lui faire un cours d’économie qui sorte trop largement du cadre du sujet qui le préoccupe. Lorsqu’il vous accompagne au supermarché, par exemple, expliquez-lui votre démarche d’achat, l’attention qu’il faut porter au prix des choses. Expliquez à votre enfant d’où vient l’argent que vous gagnez, par exemple, que c’est le fruit d’un travail, et que sa valeur est précieuse.

Les enfants, en particulier lorsqu’ils sont très jeunes, ont besoin de matérialiser les choses pour mieux les comprendre.

De la tirelire au compte bancaire

Les enfants, en particulier lorsqu’ils sont très jeunes, ont besoin de matérialiser les choses pour mieux les comprendre. C’est un précepte pédagogique de base. Ainsi, pour rendre concrets des thèmes comme l’épargne, ou pour simplifier la visibilité sur son budget, rien ne vaut un lieu où l’enfant pourra « stocker » son argent. Tirelire cochon, coffre-fort, malle aux trésors, les objets ne manquent pas pour placer son argent de poche, les pièces de la petite souris ou les enveloppes du père Noël. L’aspect ludique a son importance dans cette affaire, vous l’avez bien compris.

Lorsque votre enfant est plus âgé et qu’il a acquis les mécanismes de base liés à la gestion financière, sans doute est-il temps de lui donner accès à un compte bancaire. C’est également le moment pour lui d’apprendre à se servir d’une carte de débit, voire d’une carte de crédit, si vous estimez qu’il est capable de la gérer. Après tout, bien des adultes n’y arrivent pas tout à fait!

Les banques luxembourgeoises proposent toutes des comptes en banque pour les jeunes. Pas d’inquiétude pour les parents, ces comptes peuvent être limités, et donc ne pas autoriser le découvert bancaire. C’est une étape franchie avec sécurité vers encore plus d’autonomie.

Les dépenses

Il semble logique que l’argent de poche donné à votre enfant ne soit pas dédié aux achats pour la maison, aux courses, ou bien même à des dépenses indispensables, comme ses vêtements. Établissez en revanche les dépenses dont il sera dorénavant responsable à partir de l’argent que vous lui confiez.

Généralement, vous le laisserez gérer les dépenses dites « non nécessaires », les achats pour son propre plaisir. À lui de s’acheter tel tee-shirt floqué du dernier groupe de hard rock à la mode (dont l’écoute du prix frappe les oreilles aussi), alors que vous lui en avez déjà acheté quatre. Certes, ces derniers étaient plus basiques, mais correspondaient, eux, à la nécessité de s’habiller.

Autre exemple qui peut vous servir à illustrer cette distinction lorsqu’il est adolescent: l’alimentation. Le réfrigérateur de la maison est plein, mais libre à lui d’aller commander une pizza… avec ses propres deniers.

En établissant cette grille avec lui, vous déterminez, d’une part, ce qui est du ressort de son budget, et vous l’incitez, d’autre part, à réfléchir sur le bien-fondé de telle dépense ou non. Tâchez d’être le plus clair possible sur ce qui rentre dans ses dépenses pour éviter les crises sur un malentendu. Avec un adolescent, de telles crises peuvent rapidement prendre des proportions impressionnantes.

Si gérer son budget signifie gérer des achats, c’est également apprendre à ne pas dépenser l’intégralité de son argent. C’est même sans doute le point le plus important.

Les économies

Si gérer son budget signifie gérer des achats, c’est également apprendre à ne pas dépenser l’intégralité de son argent. C’est même sans doute le point le plus important. S’il est relativement « simple » de dépenser de l’argent disponible, constituer une épargne exige une certaine rigueur, une projection dans le temps et un sens de l’anticipation. Des valeurs fondamentales, mais qui ne viennent pas spontanément. Une fois encore, il vous faut rendre concrète la nécessité d’épargner pour que cette notion soit bien assimilée par votre chère tête blonde.

Vous pouvez, par exemple, commencer cet apprentissage par un projet d’achat « coûteux » pour justifier le besoin de faire des économies. Ce robot laser excède le montant dont dispose junior ? Il pourra l’acquérir dans deux mois s’il cumule un peu d’argent chaque mois et y ajoute l’argent reçu à son anniversaire. Ensemble, imaginez un parcours financier pour parvenir à concrétiser ce projet. Dans un souci pédagogique, certaines banques vont jusqu’à proposer des cartes bancaires permettant aux enfants jusque 12 ans de pouvoir effectuer uniquement des dépôts sur leur compte épargne. De quoi les sensibiliser le plus tôt possible à la nécessité de l’épargne.

Par la suite, sans doute peut-on introduire la notion un peu plus abstraite d’« imprévus financiers ». N’hésitez pas à lui faire part des nécessités que vous avez d’épargner. Expliquez-lui qu’il faudra changer les pneus de la voiture dans trois mois et que vous préparez un capital pour cela.

Avoir été habitué à manipuler de l’argent tôt et, surtout, avoir eu des parents pour encadrer et développer cet apprentissage est sans doute le meilleur moyen de ne pas se retrouver dans l’embarras par rapport à sa gestion financière à l’âge adulte. Pédagogie, sens du jeu et progressivité sont les valeurs principales dont devront faire preuve les parents.