Mes finances, mes projets, ma vie
28 juin 2022

Comprendre l’inflation

Régulièrement à la Une des grands médias, l’inflation est une notion qui suscite beaucoup de craintes et qui est suivie de très près par de nombreux économistes. Mais que signifie-t-elle réellement ? Quels sont ses impacts sur votre pouvoir d’achat et votre épargne ? Est-elle forcément synonyme de mauvaise nouvelle ? myLIFE vous aide à y voir plus clair.

Qu’est-ce que l’inflation ?

L’inflation désigne la hausse généralisée et durable des prix d’un panier de biens et de services sur une période donnée. Une inflation de 2% sur un an signifie que ce panier de biens et de services qui vous aurait coûté 100€ il y a un an vous coûtera 102€ aujourd’hui.

L’inflation désigne la hausse généralisée et durable des prix d’un panier de biens et de services sur une période donnée.

Plusieurs facteurs peuvent influencer l’inflation et les économistes débattent régulièrement les causes et les conséquences de ceux-ci. Citons notamment :

    • une augmentation du coût des matières premières ou des coûts salariaux ;
    • une demande de biens ou services qui augmente plus rapidement que l’offre disponible ou, à l’inverse, une offre qui se réduit vis-à-vis d’une demande inchangée ;
    • une baisse de la valeur de l’euro face à d’autres monnaies, ce qui engendre notamment une augmentation du prix des importations.
    • une quantité trop importante d’argent qui circule par rapport aux biens et services disponibles sur le marché.

Pour déterminer le taux d’inflation, le Statec calcule régulièrement la hausse moyenne de l’indice des prix à la consommation. Résultat d’un exercice statistique de représentativité, cet indice est calculé sur la base des prix de milliers de biens et services représentant une grosse partie de nos dépenses moyennes. Les produits alimentaires, l’énergie, les transports ou encore le logement en font partie. La composition de cet indice évolue régulièrement avec le temps. En 2020, le taux d’inflation au Luxembourg était de 0,82%, soit un taux supérieur à la moyenne européenne.

L’inflation, un problème pour mon pouvoir d’achat ?

L’inflation exprime le fait que la valeur de l’argent, ou plus spécifiquement la valeur d’une pièce d’un euro, est variable, déterminant du pouvoir d’achat, lui aussi, variable. Lorsque l’inflation augmente, le pouvoir d’achat diminue. Une solution mise en place au Luxembourg permet de limiter cet impact négatif. Elle consiste à étudier le prix du panier de la ménagère et des produits qui le composent en vue d’adapter périodiquement les salaires en fonction des évolutions constatées. C’est le fameux mécanisme d’indexation automatique des salaires qui a été créé pour compenser la perte de pouvoir d’achat des salariés. Grâce à ce système, salaires, pensions, rentes et autres indemnités sont augmentés de 2,5% si la moyenne des six derniers mois atteint ou dépasse un seuil fixé à l’avance. De quoi regagner avec un léger retard le pouvoir d’achat perdu.

Il serait toutefois erroné de penser que l’inflation est forcément une mauvaise chose qu’il faudrait combattre à tout prix. Ce n’est pas un hasard si les grandes banques centrales déploient des politiques monétaires visant à permettre une inflation modérée et constante, idéalement à 2% ou un peu moins.

Une inflation modérée et prévisible encourage les acteurs économiques à investir dans leurs capacités de production et à créer des emplois, car leur incertitude est réduite sur les rentrées futures qui seront dégagées par ces investissements. Trop basse ou négative, l’inflation joue le rôle d’un trou noir laissant présumer une demande atone. Trop haute, elle déstabilise l’exercice d’analyse prospective de la rentabilité des projets d’investissement. Tout est une question d’équilibre !

Ce qui est vrai au niveau des entreprises l’est aussi au niveau des particuliers, mais pour des raisons un peu différentes. Si le but de l’épargnant est de renoncer à des dépenses immédiates pour accroître son capital, il attend que le rendement de son épargne lui permette au moins de compenser la hausse des prix. Sans cela, son pouvoir d’achat futur sera inférieur à son pouvoir d’achat immédiat, auquel cas l’épargne n’a plus vraiment de sens. Dans un tel cas de figure, il faut se tourner vers d’autres placements.

Épargner ou investir, quelle solution choisir ?

Comme bon nombre d’autres ménages, vous préférez peut-être conserver votre argent à l’abri, bien au chaud, sur un compte épargne, plutôt que d’investir. En cas d’inflation, et en raison des faibles taux d’intérêt, sachez que votre épargne peut, elle aussi, connaître une « réduction du pouvoir d’achat ». En effet, si les taux d’intérêt proposés pour vos comptes sont inférieurs au taux de l’inflation, la valeur de votre argent diminue. Intuitivement, nous savons tous que 500€ aujourd’hui ne permettent pas d’acheter autant qu’avec 500€ il y a 15 ans. Même si le montant disponible sur votre compte reste le même ou augmente très légèrement, vous risquez donc de perdre en pouvoir d’achat et de vous appauvrir. Pourquoi ne pas envisager d’autres solutions plus rentables pour placer vos excédents de liquidités ? Pour cela, rien de tel qu’une bonne discussion avec votre banquier afin d’établir ensemble un plan financier adapté à votre situation. Par ailleurs, indépendamment de la question de l’inflation, il est sain de s’interroger sur la bonne pondération entre l’épargne et l’investissement, et de bien maîtriser le principe de la pyramide des placements.

En généralisant, on peut dire que l’inflation a tendance à pénaliser l’épargnant et le consommateur, tandis qu’elle avantage l’emprunteur et l’investisseur.

Qui sont les gagnants et les perdants de la hausse de l’inflation ?

Si l’inflation met à mal le pouvoir d’achat, une hausse de celle-ci est-elle nécessairement négative pour tous ? Selon votre situation, l’impact peut varier. En généralisant, on peut dire que l’inflation a tendance à pénaliser l’épargnant et le consommateur, tandis qu’elle avantage l’emprunteur (à taux fixe) et l’investisseur. Prenons quelques exemples pour illustrer l’impact potentiel de l’inflation.

Exemple 1 :
Vous êtes étudiant et avez souscrit un prêt étudiant ou garanti par l’État pour financer votre scolarité ? Bonne nouvelle : soit votre taux de crédit est fixe, soit la variation est prise en charge par l’État. Le montant total de votre dette reste identique, tandis que sa valeur réelle diminue lorsqu’elle est rapportée au coût de la vie.

Exemple 2 :
Vous avez réussi à placer quelques économies sur un compte épargne en vue de compenser la baisse de vos revenus à la retraite. Mauvaise nouvelle : votre pouvoir d’achat diminue. Si l’inflation est supérieure de 2% au rendement de votre épargne pendant 10 ans, votre pouvoir d’achat sur le montant disponible aura baissé d’environ 18% !

Exemple 3 :
Vous prévoyez d’emprunter de l’argent afin de financer un projet ? Si elle est correctement anticipée, la hausse de l’inflation est bénéfique, à condition de privilégier un taux fixe. En effet, un taux fixe étant proposé en principe à un taux supérieur au taux variable du moment, le montant de vos intérêts sera plus important en début de prêt, mais il ne sera pas impacté par une inflation à la hausse. À l’inverse, le choix d’un taux variable vous permettrait d’économiser à court terme, mais l’addition risque d’être salée en bout de course si, à cause de l’inflation, les taux se redressent sensiblement avant l’échéance du remboursement.

Exemple 4 :
Votre objectif est de diversifier votre patrimoine et d’investir ? L’augmentation de l’inflation, si elle reste contrôlée, devrait être favorable aux marchés boursiers, dans la mesure où elle stimule l’économie. Une telle situation signifie la perspective de bénéfices accrus pour les entreprises, et, pour l’investisseur, l’espérance de dividendes plus généreux et d’une valorisation à la hausse de ses actions.

Exemple 5 :
Vous êtes une personne retraitée sans autre revenu que le montant de votre pension ? Une hausse généralisée des prix, notamment au niveau de l’alimentation et de l’énergie, signifie pour vous une perte pure et simple de pouvoir d’achat. Heureusement, le mécanisme d’indexation automatique des salaires au Luxembourg permet d’atténuer cette baisse lorsqu’il est activé. L’idéal demeure toutefois de bien anticiper sa retraite et de s’adapter à la diminution de ses revenus le moment venu.

Rouage important du bon fonctionnement de nos économies capitalistes, l’inflation doit être contrôlée et bien anticipée pour ne pas nuire au pouvoir d’achat. Ses impacts sont très différents selon la situation de chacun. N’hésitez pas à en parler avec votre banquier, il pourra vous aider à prendre les bonnes décisions.