Mes finances, mes projets, ma vie
5 août 2020

Prendre une année sabbatique

La retraite est une perspective de plus en plus lointaine pour les moins de 50 ans. Les gouvernements ne cessent de repousser l’âge pivot, tandis que les prestations versées par les entreprises sont de moins en moins généreuses. Face à ce constat, l’année sabbatique offre à ceux qui sont encore en âge de le faire l’opportunité de voyager, de faire du bénévolat ou d’entamer une reconversion.

La demande croissante en la matière a contribué à l’émergence d’un véritable marché, et il existe désormais des solutions à même de répondre à toutes les préférences et à tous les budgets. Cependant, un tel projet peut nécessiter d’importantes ressources financières, mais aussi, et surtout, avoir des conséquences sur votre carrière. Comment être sûr qu’une année sabbatique ne grève pas de manière permanente votre patrimoine ?

Examinez les possibilités offertes par votre entreprise

Si vous justifiez d’une ancienneté suffisante au sein de votre entreprise, vous devriez pouvoir prétendre à un congé sabbatique. Un tel congé n’est généralement pas rémunéré, mais vous aurez l’assurance de retrouver votre poste à votre retour. Dans la pratique, de nombreuses personnes décident finalement de ne pas réintégrer leur emploi, mais il est toujours bon d’en avoir la possibilité. Même si votre entreprise ne vous offre pas la possibilité de prendre des congés sabbatiques au sens strict, elle peut vous permettre de prendre un congé sans solde, notamment dans le but de suivre une formation ou de parfaire vos compétences.

Vous pouvez également avoir accès à des programmes spécifiques en lien avec votre profession. C’est toujours le cas dans les secteurs fortement demandeurs de personnel, tels que celui de la santé, mais il existe aussi des programmes permettant aux comptables, par exemple, de participer à des projets caritatifs à l’étranger. De nouvelles opportunités peuvent ainsi s’offrir à vous, sans pour autant remettre en question tout votre parcours professionnel.

Pensez à votre retraite

Les femmes ont pu constater de longue date que, dès lors qu’elles interrompent leur carrière pour se consacrer aux enfants, même pour de courtes périodes, leurs prestations de retraite peuvent s’en ressentir fortement. Lorsque vous ne travaillez pas, non seulement vous ne cotisez pas, mais vous perdez également l’effet cumulatif des cotisations. À titre d’exemple, une absence de cotisations de 10.000 EUR peut entraîner à long terme une perte de prestations de 40.000 à 45.000 EUR, sur la base d’un taux de croissance de 5%, 30 ans plus tard.

Pour ceux qui peuvent se le permettre, il est utile de continuer à cotiser au titre de la retraite pendant une interruption de carrière.

Pour ceux qui peuvent se le permettre, il est utile de continuer à cotiser au titre de la retraite pendant une interruption de carrière. Si vous n’avez aucun revenu, cela peut influer sur le montant de l’abattement fiscal dont vous pouvez bénéficier, mais même des cotisations relativement faibles peuvent faire une grande différence à plus long terme.

Louez votre logement

À l’instar de la plupart des candidats au congé sabbatique, vous envisagerez sans doute de louer votre logement, ce qui pourra vous permettre de financer les diverses activités que vous planifierez. En outre, les loyers que vous percevrez constitueront souvent un revenu supplémentaire non négligeable pour rembourser votre prêt hypothécaire ou faire face à d’autres échéances. Cependant, vous ne devrez pas considérer ce revenu comme un bénéfice pur : vous serez également assujetti à l’impôt à ce titre, et devrez aussi payer des commissions de location et d’autres frais.

Au Luxembourg, les revenus locatifs sont imposés au taux progressif standard de l’impôt sur le revenu. Le bénéficiaire est en droit de déduire certains frais, notamment les intérêts hypothécaires, les frais d’entretien et de réparation et les frais d’agent immobilier, du revenu imposable et, s’il en résulte un déficit, celui-ci peut être déduit d’autres revenus aux fins de l’impôt.

Si vous avez souscrit un prêt hypothécaire, vous devrez informer le prêteur des périodes de location. Dans la plupart des cas, vous serez autorisé à conserver le même prêt pour des locations temporaires, mais certains prêteurs pourront vous demander de basculer sur un prêt hypothécaire « acheter pour louer » (buy-to-let), généralement assorti d’un taux d’intérêt plus élevé, si la location s’étend sur une période plus longue.

Ceux qui décideront de ne pas louer leur logement devront veiller à ce que leur assurance couvre les périodes pendant lesquelles leur logement restera vacant – ce qui n’est pas automatique.

Ceux qui décideront de ne pas louer leur logement devront veiller à ce que leur assurance couvre les périodes pendant lesquelles leur logement restera vacant – ce qui n’est pas automatique.

Examinez l’impact sur votre situation fiscale

Si vous vous situez dans une tranche d’imposition élevée, il se peut que le fait de prendre une année sabbatique vous fasse passer temporairement dans une tranche inférieure. Si tel est le cas, il peut être intéressant d’examiner votre situation au regard de la fiscalité des revenus du capital. N’est-ce pas là l’occasion de réaliser d’importantes économies d’impôt ?

Il est aussi possible que vous soyez considéré comme ne résidant pas au Luxembourg ou dans un autre pays où vous vivez normalement pendant une certaine période de l’année, ce qui peut également offrir des opportunités de planification fiscale, que vous pourrez examiner avec votre conseiller financier.

Bien entendu, nous espérons que vous ne serez pas dévoré par un alligator en descendant l’Amazone ou que vous ne rencontrerez pas une araignée venimeuse aux fins fonds du bush australien, mais ces possibilités, aussi éloignées soient-elles, doivent être prises en compte.

Il est toujours conseillé de faire un testament, d’autant plus si vous vous lancez dans un voyage à travers le monde. Ce document doit établir clairement comment vous souhaitez répartir votre patrimoine. Nul besoin de le rédiger en termes compliqués – bien qu’il faille tenir compte des règles du droit luxembourgeois en matière de réserve héréditaire – ni de débourser une somme importante pour l’établir, mais c’est là l’un des points importants à considérer avant de partir.

Assurance médicale

Rien n’est plus susceptible de ruiner vos finances que des dépenses de santé imprévues. Être évacué en hélicoptère d’un endroit isolé peut coûter des milliers d’euros. En outre, si vous partez dans des pays moins développés, vous ne souhaiterez peut-être pas dépendre des services de santé locaux en cas de maladie ou de blessure grave. Malgré son coût élevé, une assurance voyage est indispensable.

Une année sabbatique peut être une merveilleuse opportunité de développer vos compétences et d’enrichir votre esprit, ou simplement de découvrir le monde tant que vous avez le temps, l’énergie et les moyens de le faire. Si elle est bien planifiée, il n’y a aucune raison que vos finances en pâtissent, mais il est important de prendre correctement en compte les principaux aspects d’un tel projet afin de pouvoir vous lancer en toute sérénité dans une expérience qui pourrait changer votre vie.

Face à ce constat, l’année sabbatique offre à ceux qui sont encore en âge de le faire l’opportunité de voyager, de faire du bénévolat ou d’entamer une reconversion.