Mes finances, mes projets, ma vie
28 janvier 2023

Futur propriétaire, les étapes à suivre pour l’achat de votre bien

Acquérir un bien immobilier n’est pas une démarche banale, en particulier lorsqu’il s’agit d’un premier achat. Même si vous pensez avoir trouvé le bien de vos rêves, il est important de ne pas se précipiter et de considérer différents aspects importants autour de l’achat. myLIFE vous les présente.

Au Luxembourg, malgré la hausse continue des prix, nombreux sont ceux qui rêvent de devenir propriétaire de leur propre bien immobilier. Alors quand l’occasion se présente enfin, l’envie de vouloir foncer est forte… quitte à brûler quelques étapes. Ce faisant, le risque est de commettre des erreurs lourdes de conséquences. Pour éviter cela, myLIFE met en lumière pour vous quelques étapes à suivre pour mettre toutes les chances de succès de votre côté.

1. Définir un budget

Acheter son premier bien immobilier n’est pas un acte anodin. Il s’agit au contraire d’un projet qui s’anticipe et qui nécessite de garder la tête froide. Outre le fait de lister vos envies (appartement ou maison, nombre de chambres, localité, etc.), il est essentiel d’avoir une vision claire sur le budget réellement disponible avant de signer un quelconque compromis de vente. Autrement dit, de déterminer le capital que vous pouvez consacrer à votre projet (apport personnel) augmenté du crédit auquel vous pouvez prétendre. Nous vous conseillons d’estimer votre capacité d’emprunt en ligne ou en faisant appel à votre banquier. Ce dernier pourra vous aider à établir un plan de financement. N’hésitez pas à multiplier les simulations pour identifier le meilleur scénario possible pour vous. Une fois chose faite, la voie est libre pour vous lancer à la recherche du logement offrant un bon compromis entre vos besoins, vos envies et les limites de votre budget.

2. Obtenir un prêt immobilier

Après plusieurs visites du bien (de préférence avec l’aide d’un expert), le coup de cœur se confirme. Il vous faut alors d’une part signer le compromis de vente vous engageant à acheter le bien, solliciter un notaire pour préparer l’acte de vente et vous adresser à votre banque pour obtenir un prêt immobilier. Pour ce dernier, vous serez notamment attentif au montant, à la durée de remboursement et à la formule retenue, notamment en matière de taux du crédit. Pour bénéficier du financement espéré, il vous faudra constituer un dossier et fournir divers documents à votre banque (pièce d’identité, fiches de salaire, compromis de vente, preuves de revenus et de charges, etc.). Une fois l’offre définitive reçue, vous pourrez ensuite signer les actes de vente sereinement chez le notaire.

En tant que primo-accédant, vous pouvez bénéficier sous certaines conditions d’une prime d’acquisition comprises entre 250 et 9.700€.

Bon à savoir : en tant que primo-accédant, vous pouvez bénéficier sous certaines conditions d’une prime d’acquisition d’un montant compris entre 250 et 9.700€. Il vous faudra notamment pour cela introduire une demande dans un délai d’un an à compter de la signature de l’acte, avoir signé un contrat de prêt hypothécaire auprès d’une banque et ne pas être (co)propriétaire ou usufruitier d’un autre logement.

3. Déterminer les frais à débourser

Outre le prix du bien immobilier défini par le vendeur, d’autres frais sont à prévoir si vous souhaitez devenir propriétaire d’un bien immobilier. Ces frais liés à l’acquisition concernent :

    • Les frais de notaire : il vous incombe de payer au notaire l’ensemble des montants liés à l’acte de vente. Il s’agit de sa rémunération, du remboursement des frais engagés par son étude pour les services et documents essentiels à la vente et enfin les taxes à payer à l’État (droits d’enregistrement et de transcription s’élevant respectivement à 6 % et 1 %).
    • Les frais d’hypothèque : pour pouvoir emprunter, votre banque exigera très probablement une hypothèque sur votre bien afin de pouvoir le vendre et récupérer son argent si vous ne pouviez plus rembourser votre crédit. Cela se fait par acte notarié dont les frais sont à votre charge.
    • Les frais de dossier : en vous accordant un prêt immobilier, l’institution bancaire prélèvera des frais de dossier.
    • Les assurances : la banque auprès de laquelle vous avez contracté un emprunt peut vous demander de souscrire plusieurs assurances. Il s’agit notamment de l’assurance habitation et de l’assurance solde restant dû. Si la première couvre le logement, le mobilier et les effets personnels contre les risques d’incendie, les dégâts des eaux, le vol, etc., la seconde constitue une forme d’assurance décès. Elle est contractée dans le but de garantir le remboursement du solde de votre prêt à la banque en cas de décès et éviter que votre conjoint(e) ou vos enfants rencontrent des problèmes financiers. Vous pourrez en outre souscrire en option des assurances complémentaires contre le risque d’accident ou d’invalidité.

Outre ces dépenses, des frais pour le déménagement sont à prévoir, notamment la location d’un camion pour le transport ou l’intervention de professionnels.

4. Prendre en compte l’entretien du bien

Quel que soit l’état du bien immobilier envisagé, il est important de bien anticiper l’aspect de son entretien. Contrairement à la location, vous êtes seul responsable pour la réalisation d’éventuelles réparations ou rénovations. Ces dernières peuvent représenter une dépense importante à laquelle vous n’êtes peut-être pas préparé. Si vous avez le moindre doute, faites inspecter le bien pour identifier les problèmes susceptibles de s’aggraver avec le temps et anticiper leur entretien. En effet, il vaut toujours mieux prévenir que guérir. Tous les propriétaires le savent, il y a toujours quelque chose à faire. Et à moins d’être bricoleur, cela aura un coût. Attention aussi à anticiper les dépenses collectives si vous habitez une copropriété.

À la fois lieu de vie et investissement, votre bien immobilier mérite que vous en preniez soin pour votre propre sécurité et dans l’intérêt de votre patrimoine.

5. Faire appel à des professionnels qualifiés

Votre futur bien immobilier nécessite d’importants travaux de rénovation pour être pleinement habitable ? Veillez à ce que ceux-ci soient exécutés dans les règles. Peindre un mur n’est pas sorcier, vous pouvez tout à fait y arriver seul et à peu de frais. En ce qui concerne les travaux plus complexes (raccordements électriques par exemple), il est en revanche recommandé, voire indispensable d’embaucher des professionnels capables de garantir la qualité des travaux réalisés et leur conformité aux réglementations en vigueur. À la fois lieu de vie et investissement, votre bien immobilier mérite que vous en preniez soin pour votre propre sécurité et dans l’intérêt de votre patrimoine.

Vous souhaitez réaliser des travaux de rénovation pour améliorer l’efficience énergétique de votre habitation ? Renseignez-vous, il existe des aides financières pour « la promotion de la durabilité, de l’utilisation rationnelle de l’énergie et des énergies renouvelables dans le domaine du logement ».

6. Gérer ses économies à bon escient

Une fois le bien idéal trouvé, l’envie est grande de le personnaliser à son goût en changeant la décoration ou en réalisant quelques adaptations pour améliorer l’ambiance de votre intérieur. Il sera parfois nécessaire de freiner vos ardeurs. En effet, entre l’acompte, les frais d’agence et de déménagement ainsi que les droits d’enregistrement, une grande partie de vos économies sera probablement déjà épuisée. Ajoutez à cela les dépenses mensuelles élevées (factures d’énergie, d’eau, de déchets ou encore assurances), un effort particulier sera sans doute nécessaire pour garder la maîtrise de votre budget. Il vous faudra alors freiner ou retarder vos envies de personnalisation. Laissez-vous le temps d’économiser à nouveau pour ne pas mettre en péril votre nouveau statut de propriétaire par une frénésie d’achats.

7. Se mettre en ordre fiscalement

Pris par l’excitation d’un premier achat, certains futurs propriétaires oublient l’impact fiscal de cette acquisition. Or, ce changement de statut peut avoir des conséquences sur votre situation et votre déclaration d’impôts. Il est important de se familiariser avec les règles fiscales applicables ou de faire appel aux conseils d’un comptable pour vous assurer que vous êtes en ordre et pour ne pas passer à côté des éventuels avantages auxquels vous pourriez prétendre. Sur ce sujet, faire appel à un expert constitue généralement un bon investissement, surtout si vous n’avez encore aucune connaissance en la matière.

L’achat d’un premier bien immobilier s’anticipe et exige une certaine discipline pour éviter les mauvaises surprises. Pour être un succès, ce projet important doit se préparer étape par étape et main dans la main avec des professionnels (banquier, notaire, etc.). Pour en savoir davantage, n’hésitez pas à consulter le dossier complet proposé par myLIFE sur le sujet.