Mes finances, mes projets, ma vie
18 juin 2024

Investissement : les décisions à prendre à la quarantaine

La quarantaine est synonyme à la fois de réjouissance et de contrariété sur le plan financier. Bien souvent, vous êtes au plus haut de votre pouvoir de négociation salariale grâce aux connaissances et à l’expérience acquises au cours de votre carrière. Mais c’est également à cet âge que vos obligations financières sont généralement les plus importantes, des frais liés à l’éducation de vos enfants au remboursement de votre crédit hypothécaire, entamant ainsi votre revenu disponible. Face à ces pressions financières, l’on est aisément tenté de remettre à plus tard la planification à long terme.

Prendre les bonnes décisions à la quarantaine peut vous procurer une plus grande liberté financière et vous permettre de profiter plus sereinement des décennies suivantes. Cela vous donnera peut-être la possibilité de changer de cap dans votre vie professionnelle, et vous aidera à protéger votre famille en cas de licenciement ou de maladie de longue durée. Il vous reste probablement 20 ans ou plus avant de partir à la retraite, mais les mesures que vous prenez aujourd’hui peuvent faire toute la différence demain.

Ne rien faire, c’est pire que tout

Même si votre situation financière est difficile, il est toujours possible de mettre un petit montant de côté pour plus tard. Votre carrière est loin d’être terminée, et les intérêts composés peuvent vous aider à accroître votre capital: 100€ investis à 40 ans et générant un rendement de 5% correspondraient à 271€ à 60 ans. Ces mêmes 100€ ne se monteraient qu’à 164€ si vous attendez 10 ans de plus avant d’investir. Ajoutez à cela les crédits d’impôt, et les bénéfices sont plus importants encore. Il ne faut toutefois pas oublier la réalité de l’impact inflationiste sur le pouvoir d’achat. Dans 20 ans, les prix auront très vraisemblablement augmenté sensiblement et cela aura un impact sur votre pouvoir d’achat. Reste qu’il est toujours plus intéressant d’investir pour votre retraite aujourd’hui que d’attendre demain.

Si vous êtes employé, il est possible que votre employeur vous offre une pension de retraite professionnelle en plus du système de retraite légal. Dans bien des cas, vous pouvez choisir de cotiser davantage en acceptant de gagner moins. Une solution relativement facile et avantageuse sur le plan fiscal pour stimuler votre investissement.

Gare à la dette

Vos revenus sont sans cesse mis à contribution: maison plus grande, frais de scolarité, voitures, vacances, abonnements Netflix, etc. Avant l’envolée récente des taux d’intérêt, financer certaines de ces dépenses grâce à la dette était judicieux. Les coûts d’emprunt étaient extrêmement faibles, et les investisseurs obtenaient généralement un rendement largement supérieur de leurs placements.

Mais la donne a changé en 2022. Les coûts d’emprunt des prêts hypothécaires ont sensiblement augmenté, parallèlement au relèvement des taux opéré par la Banque centrale européenne. Par ailleurs, rares sont les analystes qui anticipent un retour prochain des taux aux niveaux planchers observés au cours de la décennie précédente, tandis qu’il faudra peut-être plusieurs années pour que l’inflation retrouve la cible de 2% préconisée par les banques centrales.

L’endettement constituera une option bien plus onéreuse à l’avenir, et pourrait fragiliser les familles si celles-ci se voient contraintes de rembourser des sommes largement supérieures à ce dont elles avaient l’habitude

L’endettement constituera ainsi une option bien plus onéreuse à l’avenir, et pourrait fragiliser les familles si celles-ci se voient contraintes de rembourser des sommes largement supérieures à ce dont elles avaient l’habitude. S’il est important de mettre de l’argent de côté pour l’avenir, il faut aussi vous assurer d’être capable de rembourser vos emprunts, d’autant s’ils sont soumis à des taux d’intérêt variables susceptibles de continuer à grimper.

Planifiez votre retraite

Il vous reste encore bien assez de temps pour définir les modalités de votre retraite. Rien ne doit être définitif, mais il peut être utile de savoir si vous envisagez de prendre votre retraite à 55 ans ou à 70 et si vous préférez un repos tranquille ou des voyages à répétition. Il conviendra aussi de savoir si vous entendez exercer une activité rémunérée. Les revenus liés à un mandat d’administrateur non exécutif ou à un poste de consultant, par exemple, peuvent retarder le moment où vous devrez puiser dans votre revenu de retraite.

Il ne faut pas non plus oublier vos dépenses. Est-ce que vous rembourserez toujours votre crédit hypothécaire, par exemple? Aurez-vous toujours des personnes à charge? Est-il possible que vous deviez prendre soin de personnes âgées? Prévoyez-vous des dépenses non négociables dont vous ne pouvez pas vous passer, qu’il s’agisse d’une adhésion à un club de sports ou de vacances prolongées?

Examinez vos avoirs

Une fois la quarantaine passée, il peut être utile de faire l’inventaire de vos biens. Si le fossé est toujours énorme entre vos projets et vos ressources, vous disposez de suffisamment de temps pour changer les choses.

S’il est certes dangereux de compter sur un héritage, il peut être utile d’envisager la façon dont cela changerait vos projets si vous en receviez un.

Penchez-vous sur vos diverses périodes de travail et évaluez le montant de la pension à laquelle vous avez droit. Il pourrait valoir la peine de regrouper les divers avantages afin de vous assurer qu’ils sont investis efficacement. Quelles sont vos autres sources de revenus (biens destinés à la location, p. ex.)? Vous attendez-vous à hériter d’une somme ou de biens importants ? S’il est certes dangereux de compter sur un héritage, il peut être utile d’envisager la façon dont cela changerait vos projets si vous en receviez un.

Toutes ces considérations devraient vous aider à vous faire une idée de ce dont vous disposez déjà et de ce dont vous aurez besoin pour vivre comme vous l’entendez une fois à la retraite. À partir de là, vous pouvez déterminer plus précisément les montants que vous devez épargner et investir sur les 20 prochaines années.

N’ayez pas trop froid aux yeux

Vingt ans, c’est une longue période ; être trop prudent trop tôt peut être dangereux pour vos placements. Votre portefeuille doit pouvoir suivre le rythme de l’inflation, ce qui se concrétisera plus facilement grâce aux actifs dits risqués, tels que les actions, à condition que vous disposiez d’un horizon suffisamment long pour pouvoir surmonter les inévitables accès de volatilité sur les marchés. Selon l’édition 2023 du rapport de JP Morgan Asset Management intitulé « Long Term Capital Markets Assumptions », les liquidités engendreront des rendements moyens de 2,4% par an sur les 10 prochaines années, contre 7,2% pour un portefeuille composé à 60% d’actions et à 40% d’obligations.

N’en oubliez pas pour autant l’équilibre au sein de votre portefeuille. Il est facile de détenir plusieurs pools d’investissements, tels que des pensions, des fonds d’investissement ou encore des produits d’épargne fiscalement avantageux, qui évoluent tous dans des directions différentes.

Mais cela peut poser problème lorsque certains secteurs enregistrent de bonnes performances, comme c’est le cas du secteur technologique ces dix dernières années. Le portefeuille peut ainsi se retrouver vulnérable à tout changement de cap des marchés. Examinez périodiquement l’équilibre global de vos investissements et assurez-vous qu’ils vous permettent d’atteindre vos objectifs.

Ne négligez pas l’assurance

Si vous avez des personnes à charge, il vaut la peine d’envisager de contracter une assurance vie et/ou maladie grave. Cela est d’autant plus important si vous êtes indépendant et que vous ne disposez donc d’aucun filet de sécurité fourni par la société qui vous emploie. L’argent lié à une assurance vie ou maladie grave contribuera à subvenir aux besoins de votre famille en remboursant votre crédit hypothécaire ou en générant un revenu qui pourrait remplacer votre salaire.

De même, il est important de rédiger un testament et de veiller à ce que vos volontés concernant votre régime de retraite et vos produits d’assurance vie soient à jour. Dans le cas contraire, les personnes auxquelles vous souhaitez léguer de l’argent ne le recevront peut-être pas lors de votre décès.

Gardez à l’esprit qu’à la quarantaine, il n’est pas trop tard. Vous pouvez encore modifier sensiblement votre bien-être financier futur en passant votre situation en revue et en procédant aux changements nécessaires. Il vous suffit de trouver le temps.