Mes finances, mes projets, ma vie
26 novembre 2022

À chaque âge son épargne

Les projets de vie sont différents à 20, 40 ans ou 60 ans. Un jeune adulte cherchera plutôt à s’installer et à se constituer un patrimoine, là où un retraité voudra conserver son niveau de vie et optimiser sa succession. Les priorités évoluent au fil du temps, tout comme les moyens financiers disponibles. Pour vous aider à faire les bons choix aux moments clés de votre vie, myLIFE vous donne quelques pistes afin d’optimiser votre épargne selon votre âge.

Jeune actif : entre 20 et 30 ans

Prenons l’exemple de José. Au début de sa vie active, il souhaite profiter de ses premiers salaires en se faisant plaisir : partir en week-end entre amis, s’offrir un nouveau téléphone, équiper son appartement, etc. Une partie importante de ses avoirs doit être facilement disponible.

Mais il ne doit pas oublier de se constituer une épargne de précaution lui permettant de faire face aux imprévus. Il n’est pas à l’abri d’une panne de véhicule, d’un rappel de charges locatives ou encore d’un remplacement de machine à laver.

Pour cela, il peut opter pour un compte d’épargne liquide et sécurisé. Ce type de placement lui donne la possibilité de déposer et de retirer de l’argent à tout moment sans contrainte. Il lui suffit de programmer un virement automatique chaque mois afin d’épargner sans y penser. Plus il débutera tôt et moins l’effort à fournir sera important.

Les cotisations et primes versées sur un compte épargne-logement sont en partie déductibles des revenus imposables.

Le jeune homme envisage aussi de devenir propriétaire dans les années à venir. Un apport financier sera nécessaire pour concrétiser son projet immobilier. Ses parents ne l’ayant malheureusement pas fait pour lui lorsqu’il était enfant, il songe à ouvrir un compte d’épargne-logement. Cela lui permettra, s’il répond aux critères fixés par le législateur, d’obtenir un crédit immobilier à des conditions avantageuses pour son achat ou pour la réalisation de travaux. En outre, les cotisations et primes versées sur ce type de contrat sont en partie déductibles de ses revenus imposables.

Adulte : entre 30 et 50 ans

José parvenu à la trentaine, vient d’acheter une maison avec sa femme. Ils attendent leur premier enfant. Il envisageait de souscrire un crédit immobilier suffisamment tôt afin de ne plus avoir à le rembourser lorsqu’il serait en retraite. Pour protéger sa famille, il compte également souscrire une assurance solde restant dû liée à ce crédit. Avec l’heureux événement qui se prépare, José pense désormais « famille » et projets de vie à long terme. Le futur papa cherche donc des solutions d’investissement et d’épargne adaptées à ses objectifs, et il souhaite investir dans une solution d’épargne pour préparer l’avenir du bambin.

Il peut contracter une assurance-vie qui lui permettra d’économiser régulièrement et dont le rendement potentiel sera notamment fonction du niveau de risque accepté. En outre, par ce moyen, José assure la sécurité financière de ses proches en cas de décès et profite, sous conditions, d’avantages fiscaux durant toute la durée du contrat.

Même si la retraite peut paraître lointaine, il peut également commencer à se constituer un complément de revenus pour sa future pension. Il a la chance d’avoir un employeur qui finance un régime de pension complémentaire. José le complète par le versement de cotisations personnelles, déductibles des impôts. Bien entendu, ces dernières dépendent toujours de la législation en vigueur qui peut évoluer, ainsi que de la situation de chacun.

Il est possible aussi de souscrire un contrat de prévoyance-vieillesse  auprès d’une banque ou d’une compagnie d’assurance. Il choisit alors la manière dont ses cotisations sont investies – placement sécurisé ou plus risqué – et il peut bénéficier d’avantages fiscaux pendant toute la durée du contrat (minimum 10 ans). Au moment de la retraite, il pourra bénéficier d’un remboursement sous forme de capital, de rente viagère ou d’une combinaison des deux.

Les placements financiers à long terme sont une bonne solution pour limiter les risques tout en maximisant ses chances d’optimiser ses rendements.

Au bout de quelques années, José peut également songer à développer son patrimoine. Ses revenus sont plus élevés qu’en début de carrière, il a donc la capacité de diversifier ses investissements progressivement. Les possibilités sont multiples pour se constituer un capital et les placements financiers à long terme sont une bonne solution pour limiter les risques tout en maximisant ses chances d’optimiser ses rendements : actions, obligations, SICAV, produits structurés, etc.

José peut aussi investir dans la pierre et se tourner vers l’investissement locatif ou l’acquisition d’une résidence secondaire. Il bénéficiera d’un joli complément de revenus grâce aux loyers qu’il percevra ou lorsqu’il revendra le bien. Son conseiller bancaire peut l’aider à établir un plan financier adapté à ses objectifs, à son profil et aux risques qu’il est prêt à prendre.

La pyramide des placements

Si l’épargne de précaution est indispensable pour faire face aux coups durs, il n’est pas pertinent de laisser toutes ses économies sur des comptes d’épargne avec une rémunération faible, voire nulle. En effet, si le taux de l’inflation est supérieur à celui de votre compte épargne, l’inflation a un impact négatif sur l’argent qui perd de sa valeur.

C’est pourquoi, il est conseillé d’associer plusieurs types de placements à moyen et à long terme : compte d’épargne, assurance-vie, contrat de prévoyance-vieillesse, produits financiers, etc. Le principe est de trouver le bon équilibre entre les placements sécurisés peu rentables et les investissements plus risqués généralement plus lucratifs à long terme. Pour mieux comprendre ce principe, découvrez le principe de la pyramide des placements.

Futur retraité : entre 50 et 65 ans

Les enfants ont grandi et José aura bientôt remboursé son prêt immobilier. Sa rémunération est confortable et il veut utiliser son argent pour aider ses enfants mais aussi pour mettre un terme à ses crédits en cours. Enfin, c’est le moment pour lui d’envisager plus sérieusement sa retraite.

Il n’est pas trop tard pour ouvrir une assurance-vie, opter pour un contrat de prévoyance-vieillesse ou se lancer dans l’immobilier locatif.

Avec l’aide d’un gestionnaire de patrimoine, il peut passer en revue ses différents placements et les ajuster afin de s’assurer que ses futurs revenus seront à la hauteur de ses attentes. Les solutions d’épargne sont encore nombreuses à son âge et il n’est pas trop tard – si ce n’est déjà fait – pour ouvrir une assurance-vie, opter pour un contrat de prévoyance-vieillesse ou se lancer dans l’immobilier locatif. S’il est bien entouré et dispose de l’expertise nécessaire, José peut également continuer à diversifier ses investissements financiers avec des placements alternatifs ou des produits de luxe.

Cependant, plus il avancera en âge, plus il sera judicieux pour lui de réduire son exposition aux risques et, progressivement, choisir des produits plus sécurisés avec l’objectif de maintenir son niveau de vie.

Retraité : après 65 ans

José peut maintenant profiter d’une retraite bien méritée. Nouvelles occupations, voyages, coup de pouce financier aux enfants : sa pension et son épargne lui permettent d’avoir l’esprit tranquille. Le temps est donc venu de commencer à planifier sa succession et d’envisager les différentes options qui s’offrent à lui pour assurer l’avenir de ses proches.

Une fois encore, l’assurance-vie est un outil intéressant pour faciliter la transmission de son patrimoine, notamment à destination de personnes qui ne sont pas des membres de la famille.

Les dons ou le démembrement de propriété (transfert de la nue-propriété) peuvent aussi être financièrement intéressants. Selon les liens qui unissent les personnes concernées, les droits de donation peuvent parfois être moins élevés que les droits de succession et, au Luxembourg, une donation sans enregistrement auprès d’un notaire est possible dans certains cas très précis : ils sont donc sans frais pour le bénéficiaire. Cela vaut la peine de se renseigner. Afin d’être conseillé sur les moyens de sauvegarder ses intérêts et ceux de ses proches, José peut se rapprocher d’un expert en planification successorale.

Quelques pistes se dessinent désormais pour optimiser votre épargne selon votre âge. Si comme José, vous voulez prendre les décisions les mieux adaptées à votre profil, rien ne vaut l’accompagnement d’un spécialiste. Il vous informera sur les différentes solutions d’investissement proposées par la banque en tenant compte de votre profil, ainsi que des aspects fiscaux et réglementaires propres à vos choix. À vous de jouer !