Mes finances, mes projets, ma vie
25 septembre 2021

La crise sanitaire a-t-elle modifié votre vision de l’épargne ?

Si la crise du coronavirus a impacté notre quotidien et notre manière de vivre, elle a également poussé nos habitudes de consommation à la baisse. L’épargne a, dans ce contexte, atteint un niveau record. Qu’est-ce que cela signifie et que faire de tout cet argent qui dort ?

Depuis plus d’un an, notre quotidien est impacté par la crise sanitaire et les restrictions. Les lieux de cultures, les espaces de loisirs et les commerces jugés non-essentiels ont été fermés pendant des semaines, voire des mois. Le télétravail a limité les déplacements et le confinement a refroidi les envies de sortie pour beaucoup d’entre nous. Bref, globalement, le niveau des dépenses des ménages a baissé. De plus, face à un contexte sanitaire anxiogène, de nombreux consommateurs européens – Luxembourgeois compris – se montrent inquiets et jouent la carte de la prudence face à un avenir incertain. Résultat : l’épargne des ménages a bondi en 2020.

La crise, une aubaine pour l’épargne

Confinement oblige, vous avez probablement passé une partie de l’année 2020 enfermé chez vous à télétravailler, à surveiller la scolarité de vos enfants, ou tout simplement à prendre votre mal en patience. Les magasins, restaurants et espaces de loisir étant fermés, les voyages à l’étranger interdits, et les salaires dans certains cas impactés, vos habitudes ont été modifiées. Si votre budget « glace devant la télé » a peut-être augmenté, vous avez malgré tout réalisé quelques économies par la force des choses durant cette période particulière.

La consommation des ménages a chuté de 6% en 2020, tandis que l’épargne s’est accrue de 26%.

Selon une étude du Statec datant du mois de décembre 2020, la consommation des ménages a chuté de 6% en 2020. Sans surprise, cette consommation s’est concentrée autour de dépenses liées à l’alimentation ou au logement. Dans le même temps, l’épargne des ménages a augmenté.

Au Luxembourg, on estime que la baisse de la consommation et la stabilisation du revenu disponible ont permis à l’épargne de s’accroître de 26% (1,2 milliard d’euros supplémentaires par rapport à 2019). Cette épargne s’élèverait désormais à plus de 6 milliards. Rapporté à la taille de la population, ce chiffre est impressionnant. Mais que faire de tout cet argent, surtout s’il est déposé sur des comptes qui ne rapportent quasi rien.

Épargne de précaution versus consommation

Face à une situation économique générale susceptible d’affecter leur situation financière personnelle, certains ménages pourraient continuer à privilégier l’épargne, mais, cette fois, dans le but de se protéger (épargne de précaution). Selon le Statec, de nombreux Luxembourgeois pourraient également décider d’utiliser cette épargne accumulée pour investir, dans l’immobilier ou sur les marchés par exemple, plutôt que de la dépenser. D’autres pourraient vouloir reprendre leurs anciennes habitudes, voire rattraper les dépenses qu’ils n’ont pas pu effectuer, et se tourner davantage vers des biens durables (voitures, vélos, meubles, etc.).

Cette épargne accumulée constitue aujourd’hui un énorme potentiel de rebond pour l’économie.

Quoi qu’il en soit, cette épargne accumulée constitue aujourd’hui un énorme potentiel de rebond pour l’économie. Un rebond qui devrait venir en premier lieu de la consommation des ménages à hauts revenus. Cette consommation a été davantage locale et solidaire en 2020 et elle pourrait le rester à l’avenir. Faites-vous partie de ces ménages qui ont réussi à mettre un peu d’argent de côté pendant la pandémie ? Si oui, vous vous demandez sans doute quoi faire de cet argent.

Les bonnes pratiques à adopter

Comment réagir lors de périodes incertaines comme celle-ci, et quelle attitude adopter pour son épargne ? Si vous faites partie de ceux qui envisagent, dans un futur proche, d’investir et placer leur épargne, voici quelques conseils qui peuvent se révéler utiles.

Tout d’abord, apprenez à distinguer entre votre épargne de précaution, l’épargne à long terme et vos investissements. L’épargne de précaution est là pour vous aider à faire face à une dépense imprévue. Elle doit être immédiatement disponible et a donc toute sa place sur un compte épargne. L’épargne à long terme consiste à préparer l’avenir et à protéger votre famille face à une baisse sensible de vos revenus. Pour cela, il est possible d’alimenter régulièrement des plans de prévoyance-vieillesse ou des polices d’assurance-vie pour ne citer que ces deux possibilités.

Apprenez à distinguer entre votre épargne de précaution, l’épargne à long terme et vos investissements.

À côté de l’épargne, il y a l’investissement sur les marchés. myLIFE met à votre disposition une grande quantité de contenus sur le sujet, notamment un dossier spécial « investissements » qui vous explique les principales classes d’actifs disponibles et leur fonctionnement. Vous y trouverez également des recommandations sur vos premiers pas en bourse et comment investir sans se ruiner, l’importance de se faire bien accompagner et de privilégier une approche à long terme. Enfin, à travers un dossier spécial sur la finance comportementale, nous vous aidons également à prendre conscience de tous ces biais cognitifs qui influencent vos décisions d’investissement et qui empêchent d’épargner.

Selon votre profil d’investisseur et vos objectifs, votre banquier pourra vous aider à trouver la stratégie qui vous convient et faire fructifier votre capital, tout en protégeant vos investissements.

Habitués à consommer, les Luxembourgeois ont mis sur pause leurs achats et privilégié l’épargne « forcée ». Un an plus tard, plusieurs possibilités s’offrent à eux pour utiliser au mieux l’argent économisé : épargne de précaution, épargne à long terme, investissements, ou opter pour un retour à davantage de consommation. À chacun de trouver le bon équilibre entre bien vivre aujourd’hui et préparer intelligemment demain.