Mes finances, mes projets, ma vie
3 décembre 2022

Quelle stratégie d’investissement pour financer votre retraite ?

Qui dit espérance de vie en augmentation dit aussi davantage d’années à pouvoir profiter de sa retraite. À condition d’en avoir les moyens grâce à une planification minutieuse ! En effet, il est indispensable de traiter de manière proactive le volet financier en adoptant une gestion financière appropriée le plus tôt possible.

Si une espérance de vie plus longue constitue une bonne nouvelle, elle est aussi perçue comme un casse-tête financier pour beaucoup. Comment bien vivre sa future retraite avec, en perspective, une diminution sensible de ses revenus et donc de son niveau de vie si rien n’est entrepris pour compenser cette baisse ? Casse-tête renforcé par la crainte que nos systèmes sociaux soient incapable à l’avenir de financer la totalité de cette retraite allongée. Le défi consiste alors à se constituer des réserves suffisantes qui pourront être mobilisées le moment venu.

Comment, en en évitant les risques excessifs, transformer votre épargne-pension en une source de revenus pérennes capable de combler les pertes de pouvoir d’achat relatif à une baisse soudaine de revenus et à l’inflation ? Comment espérer de surcroît pouvoir encore léguer quelque chose à vos héritiers ? La réponse est simple : en étant capable de créer des revenus pour la retraite à partir de vos actifs. Votre patrimoine doit générer des revenus. Simple dans le principe, mais pas forcément dans la concrétisation au cours de laquelle le sang-froid de chacun est mis à rude épreuve par les soubresauts des marchés financiers.

Le premier constat est donc sans appel : la retraite, cela se prépare. Comment ? En ne comptant pas sur les seuls revenus de la pension légale et en se constituant un capital suffisant capable de générer des revenus le moment venu. myLIFE vous propose de baliser les principales considérations à garder en tête pour y arriver.

Investir à long terme permet (…) aussi et surtout de profiter de l’effet de capitalisation.

L’effet de capitalisation, le Saint Graal de l’investissement

En préambule, on n’insistera jamais assez sur l’importance de commencer le plus tôt possible à préparer sa retraite. À l’évidence, plus l’horizon de temps avant la retraite est long, plus la constitution d’un patrimoine conséquent à l’âge de la retraite sera facilitée. Investir à long terme permet non seulement de lisser les variations de performance et de réduire les risques, mais cela permet aussi et surtout de profiter de l’effet de capitalisation. Cela consiste à capitaliser vos intérêts, c’est-à-dire de ne pas les dépenser mais à les conserver dans vos investissements afin de percevoir des intérêts sur ces intérêts l’année suivante, et ainsi de suite selon une courbe exponentielle. Selon la légende, Einstein aurait dit de ces intérêts « composés » qu’ils étaient la 8e merveille du monde et la plus grande force de l’univers, avant d’ajouter que « celui qui comprend l’intérêt composé en bénéficie, celui qui ne le comprend pas le paie ». Comprenez ici que, hormis les considérations fiscales, rembourser ses dettes le plus vite possible est aussi une des clés de la même équation.

Le principe des intérêts composés est progressivement bénéfique à la capitalisation des intérêts et des plus-values, mais immédiatement dévastateurs en cas de moins-value dans la mesure où l’exponentielle est alors décroissante. Il est ainsi crucial de comprendre qu’une perte de 50% hier n’est pas effacée par 50% de hausse aujourd’hui. En effet, une perte de 50% sur 1.000€ nous amène à un montant de 500€. Une hausse de 50% sur ces 500€ nous conduit à 750€, soit 25% de moins que nos 1.000€ de départ. Une autre manière d’illustrer cela consiste à rappeler qu’un marché en baisse de 90% correspond à un marché en baisse de 80% qui a ensuite encore baissé de 50% en plus. Un marché en hausse de 90% est un marché en hausse de 80% qui a ensuite encore augmenté de 5,56%.

La force des intérêts composés, c’est leur puissance exponentielle.

La force des intérêts composés (et plus globalement des « rendements composés »), c’est leur puissance exponentielle. Utilisée à votre avantage, cette force est particulièrement utile pour préparer votre retraite. À condition de la conjuguer avec des versements réguliers.

Privilégier les versements réguliers

Si vous êtes encore jeune, votre plus grand atout n’est probablement pas l’argent, mais bien le temps et un peu de discipline pour épargner de manière régulière. Combien vous épargnez aura un impact beaucoup plus important que vos retours sur investissements. S’astreindre à épargner et réussir à augmenter régulièrement votre capacité d’épargne est la chose la plus importante pour accumuler un capital pension suffisant. L’adage populaire « le temps c’est de l’argent » prend ici tout son sens.

Mettre en place un plan d’investissement régulier et préprogrammé permet une progression plus régulière en bénéficiant d’un effet de lissage face aux turbulences des marchés. Ici aussi, c’est mathématique. Avec les versements programmés, vous achetez moins quand les marchés montent et plus quand ils baissent. Le tout est de ne pas paniquer au milieu des turbulences.

Le rendement et l’inflation

Que l’on parle de pension, ou de n’importe quel autre objectif d’investissement, la capitalisation et les investissements réguliers sont des stratégies indémodables. Mais il ne faut pas non plus oublier que l’épargne et l’investissement ne sont que le reflet d’un choix personnel de postposer une consommation immédiate pour une consommation différée. L’objectif implicite de cette décision de postposer sa consommation est donc à minima de maintenir son pouvoir d’achat et, idéalement, de le bonifier. C’est ici qu’intervient le concept de l’illusion monétaire, situation dans laquelle le rendement de vos investissements est inférieur à l’inflation et pour laquelle votre situation réelle aura empiré. Dit autrement, votre pouvoir d’achat n’augmente réellement que si le rendement obtenu est supérieur au taux de l’inflation.

Le rendement et le risque

Toute rentabilité potentiellement élevée d’un placement s’accompagne d’un risque important, et tout placement sûr est assorti d’une faible rentabilité. C’est ce que l’on appelle communément le couple rendement-risque. Chaque investisseur a sa propre appréciation de l’équilibre optimal risque/rendement. Le comportement vis-à-vis du risque se rapproche d’une fonction composée d’une multitude de paramètres (situation financière, capacité d’épargne, horizon d’investissement, expérience en investissement, tolérance aux risques, …). En clair, chaque investisseur est unique. D’où la nécessité d’établir votre profil d’investisseur avant tout investissement.

Traditionnellement, c’est ce couple risque/rendement qui permet de définir la répartition optimale entre les différentes typologies d’actifs financiers pour un portefeuille d’investissements. Avec un principe simple : les actions sont risquées et investir en actions exige donc un rendement plus important en compensation pour supporter le risque. Sur le long-terme, les actions délivrent en général un rendement positif. Le prérequis est donc d’avoir au minimum un tempérament raisonnablement optimiste, mais aussi d’avoir du temps et de diversifier ses investissements.

Plus vous êtes jeune, plus vous avez du temps jusqu’à la retraite et plus vous pouvez envisager un niveau de risque plus important. Tandis que vous serez forcément soumis aux turbulences des bourses, vous pouvez laisser le temps faire son œuvre pour effacer les pertes éventuelles. Si vous approchez de la retraite et prévoyez de vivre de vos investissements à court terme, vous aurez moins de temps devant vous pour effacer les pertes et c’est alors une approche plus prudente qui s’impose. À l’approche de la retraite la priorité passe, en général, de la création de richesse à la protection de la richesse.

La diversification est un must

Une des décisions les plus importantes pour chaque investisseur est relative à la part de leur argent qui doit être allouée aux investissements à haut risque et à haut rendement comme les actions, et la part à allouer aux investissements à risque et rendement plus faibles, comme les obligations. La diversification joue un rôle déterminant, non seulement pour limiter les risques, mais aussi pour augmenter les opportunités. En effet, un panier d’actions peut bénéficier de la « destruction créatrice », mais c’est presque impossible pour une action individuelle.

Pour bien gérer votre diversification et calibrer correctement le risque en fonction de votre situation, le support d’un banquier est selon nous un must.

Se faire accompagner

Un célèbre dicton affirme que « le meilleur moment pour planter un arbre c’était il y a 20 ans. Le deuxième meilleur moment c’est maintenant ». À priori, chacun d’entre nous aspire à la liberté financière, grâce à laquelle nous n’aurions plus à nous soucier de travailler et de payer les factures. À la retraite, cette liberté consiste à pouvoir profiter de sa retraite sans diminution de son niveau de vie. Le défi est donc de transformer son pécule, résultant souvent de l’accumulation d’une vie de travail, en une source de revenus stable qui évite les risques excessifs, efface les effets de l’inflation et complète à la hauteur de vos attentes les revenus de la pension légale. Ce travail est délicat et nécessite des ajustements réguliers.

À l’évidence, il vaut mieux ne pas vous lancer seul dans l’élaboration de votre stratégie d’investissement pour la retraite à moins de disposer d’une solide expérience et d’une bonne dose de self-control. Votre banquier peut vous y aider. Il est à vos côtés pour inventorier avec vous l’ensemble des placements et y appliquer une stratégie qui vous correspond. Investir pour sa pension nécessite un plan et de la discipline. Un plan qui doit vous aider à quantifier le niveau de risque que vous êtes prêt à prendre pour atteindre vos objectifs. Cela vous permettra de tracer un fil conducteur, de vous fixer un cap et d’y faire appel dès que le contexte devient agité. À chacun de trouver ce qui lui convient et de ne pas oublier qu’il existe par ailleurs des solutions complémentaires pour planifier sa retraite : prévoyance vieillesse, assurance vie, etc. Une gestion rigoureuse de votre budget, par exemple selon la règle des 50-30-20, vous aidera à pouvoir implémenter correctement votre stratégie d’investissement pour une retraite sereine.